Aide à la rhinite vaso-motrice neurovasculaire

La rhinite vasomotrice neurovégétative fait référence aux maladies chroniques de la cavité nasale. D'après son nom, les causes de la maladie sont des troubles de la régulation nerveuse de la membrane muqueuse. Manifesté par une détérioration de la respiration et un écoulement séreux du nez. Vu de la concha, aucun changement inflammatoire caractéristique n'est observé. L'utilisation de médicaments vasoconstricteurs pour guérir n'est pas nécessaire, mais nécessite principalement des effets sur le système nerveux.

Rhinite vasomotrice neurovégétative

Classification

L'adoption de la classification finale de la rhinite chronique n'est pas complètement terminée. Une variété d'étiologie, de pathogenèse et de changements morphologiques rendent cette tâche plus difficile. La rhinite vasomotrice ne fuit pas avec des signes d'inflammation de la membrane muqueuse et est de nature fonctionnelle. Il existe deux formes de la maladie:

  1. rhinite neuro-végétative vasomotrice.
  2. Rhinite allergique vasomotrice.

V.I. Voyachek a distingué ces maladies dans le groupe «fausse rhinite». Ils ne s'accompagnent pas de la destruction de complexes cellulaires de la membrane muqueuse, de l'accumulation d'exsudat purulent. L'influence principale sur le développement de la rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative est réalisée par le trouble de la régulation nerveuse. Dans le même temps, le réseau vasculaire de la membrane muqueuse se dilate et contribue à l'œdème tissulaire et à la détérioration respiratoire. Des signes de dystonie neurocirculatoire, d'hypotension et de bradycardie sont souvent observés chez ces patients.

Causes de la rhinite autonome

La rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative se manifeste dans le contexte de troubles du système nerveux. Le centre de la régulation nerveuse de la paroi vasculaire et de la muqueuse nasale est situé dans l'hypothalamus. Le stress, le surmenage et l'hypotension affectent l'hypothalamus et, en réponse, il est difficile de respirer. Causes du développement de la rhinite neurovégétative:

  • troubles fonctionnels du cerveau: névrose, dystonie neurocirculatoire, dystonie végéto-vasculaire;
  • maladies de la thyroïde: hypothyroïdie, thyroïdite auto-immune;
  • recevoir des médicaments vasoconstricteurs en gouttes: galazoline, otrivine, rinonorm, etc.
  • contact constant avec la poussière au travail et à la maison;
  • courbure du septum nasal, des polypes et des crêtes de la conque;
  • rester constant dans l'air froid.

La principale raison de l'apparition des symptômes de la maladie est la réaction des vaisseaux au stimulus. Ils se dilatent, épaississent la paroi de la membrane muqueuse, perturbant la microcirculation du sang. Les cellules réagissent par une sécrétion active de mucus, le volume de la concha diminue. Cette image est observée plus souvent dans une moitié du nez, peut facilement aller de l'autre côté.

Symptômes de la forme neuro-végétative

Le tableau clinique de chaque forme de rhinite vasomotrice est similaire. La forme neuro-végétative se manifeste par des sécrétions nasales abondantes, des accès d'éternuement, des difficultés respiratoires nasales, une sensation de brûlure et une maigreur. Une caractéristique particulière est la nature périodique des symptômes. Ils apparaissent tôt le matin après le sommeil, ce qui indique une perturbation du système nerveux autonome. Une exposition prolongée au froid, au surmenage, au stress émotionnel accroît la manifestation des symptômes.

Au début, les patients se plaignent de congestion dans une moitié du nez. Dans le même temps, la respiration libre de l'autre moitié est maintenue. Cette condition peut changer pour permettre une récupération complète, mais les symptômes apparaîtront avec un changement de la position de la tête, avec des contraintes statiques prolongées. Ces symptômes surviennent chez les personnes souffrant de dystonie, d'hypotension et de névrose neurocirculatoires. Dans ce cas, la rhinite vasomotrice est traitée par un neurologue.

La saisonnalité de la rhinite neurovégétative est inhabituelle. Les symptômes apparaissent à tout moment de l’année, contrairement à la rhinite allergique, lorsque le nez qui coule et la congestion nasale se produisent lorsque les plantes fleurissent au printemps ou en été. L'influence continue des facteurs pathologiques conduit à la manifestation constante de symptômes et à l'hypertrophie de la membrane muqueuse. Le résultat d'un tel traitement est la formation de polypes dans la cavité nasale, qui nécessite un traitement chirurgical.

Diagnostic de la maladie

Les plaintes de congestion nasale et d'écoulement nasal sont très courantes chez les personnes en bonne santé. Ces symptômes ne font attention que lorsqu'ils interfèrent sérieusement avec le sommeil et le travail. Tout d'abord, avec de tels problèmes, vous devez contacter un oto-rhino-laryngologiste. Le médecin effectuera les examens suivants:

  1. rhinoscopie antérieure. Avec cette méthode, le médecin ORL examine la cavité nasale des deux côtés et évalue l'anatomie. Lorsque la forme végétative dilate les vaisseaux de la conque nasale inférieure, le contenu de mucus transparent, l'oedème de la membrane muqueuse augmente.
  2. L'analyse du mucus nasal est réalisée en grattant avec un coton-tige dans la cavité du cornet. Le matériau est examiné au microscope. En faveur de la rhinite neuro-végétative, le rapport normal des neutrophiles et des éosinophiles - 1:10, l'absence de mastocytes.
  3. La rhinomanométrie aide à déterminer le volume d'air lors d'une inspiration et d'une expiration à l'aide d'un appareil spécial. La méthode est appliquée avant et après le traitement. Un gonflement de la membrane muqueuse des muqueuses nasales peut gêner la respiration nasale, alors que le volume d'air inhalé est réduit à 40% du côté sain.
  4. Une radiographie du crâne facial est réalisée pour déterminer la courbure de la cloison nasale, l'accumulation de liquide dans les sinus paranasaux, la suspicion de corps étrangers.
  5. Le SKT du crâne facial est effectué dans des cas exceptionnels. En cas de suspicion de polypes de la cavité nasale, de tumeurs malignes, d'effets résiduels post-traumatiques.

Un test sanguin général et une consultation de neurologue peuvent être ajoutés aux mesures de diagnostic. Les résultats de l'analyse présentent parfois une éosinophilie caractéristique de la rhinite allergique. Les patients ayant établi une forme de rhinite neurovégétative sont examinés par un neuropathologiste. Étant donné que les manifestations de la maladie sont associées à la labilité du système nerveux, le TRI ou la dystonie neurocirculatoire.

Traitement

La tâche principale du traitement de la forme neuro-végétative de la rhinite vasomotrice consiste à éliminer les facteurs provoquants. Ils ont souvent une nature réflexe et sont associés au système nerveux. Normalisation de la journée de travail, sommeil sain et sain, limitation des situations stressantes, exercices matinaux pour réduire la fatigue, renforcer le tonus du système nerveux autonome. Ce complexe affecte le travail du cerveau et, en conséquence, régule la respiration nasale.

Dans les crises aiguës de rhinite vasomotrice et de forte détérioration de la respiration nasale, les alpha-adrénomimétiques sont utilisés par voie topique. Ces médicaments contractent fortement les vaisseaux sanguins, réduisent le gonflement de la membrane muqueuse et la sécrétion d'exsudat muqueux. Parmi ceux-ci, les plus efficaces sont les sprays et les gouttes de galazoline, pour transporter l'otrivine, la nazivine et le lazolvan. Dans la phase aiguë, introduire dans chaque narine 2-3 gouttes de 3 t / j ou 1-2 injections 3-4 fois par jour. Cependant, leur utilisation à long terme contribue à la dépendance, à une efficacité réduite, à des saignements de nez fréquents et à une atrophie des muqueuses.

Les antihistaminiques sont capables d'éliminer l'œdème, de réduire la perméabilité de la paroi vasculaire et de la rhinorrhée, de maintenir le tonus vasculaire, d'inhiber la libération de médiateurs inflammatoires. Parmi les médicaments de ce groupe peuvent être largement utilisés Erius, Telfast, Traxil. Utilisez 1 comprimé 1 fois le matin. La durée du traitement est de 4 semaines maximum avec une pause obligatoire de 1-2 mois. Ces médicaments n'ont pas de propriétés sédatives et n'affectent pas le taux de réaction ni la fonction cardiaque.

Les procédures de restauration sont applicables à tous les troubles neuro-végétatifs. L'électrophorèse sur le collet, le massage, la douche, le durcissement créent un effet de renforcement général. Dans le même temps, les vaisseaux du cou se dilatent, l'apport sanguin au cerveau et la conductivité des influx nerveux sont améliorés et la fonction des complexes membranaires cellulaires est normalisée. Le rayonnement laser basse fréquence appliqué localement, affecte la membrane muqueuse d'un champ magnétique constant. Les radiations de l'extérieur sont projetées sur la base du nez et de l'intérieur - sur le cornet inférieur.

Un traitement chirurgical doit être utilisé pour les polypes, les crêtes et les épines du septum nasal. Ces conditions contribuent à la violation de la régulation nerveuse des vaisseaux sanguins et des cellules mucineuses. Dans ces zones, il se produit un œdème muqueux, une dilatation des vaisseaux sanguins et une diminution de la quantité d'air inhalé. Des formations supplémentaires sont brûlées à l'aide d'un rayonnement laser (laser) ou d'un coagulateur.

Complications de la maladie

La forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice avec symptômes exprimés contribue à la formation de complications. Souvent, des polypes se forment dans la conque et le septum nasaux. Ils bloquent le passage nasal et les ouvertures des sinus. Le traitement chirurgical consiste à enlever le polype.

Une sinusite frontale purulente et une sinusite surviennent dans le contexte d'un long trajet de rhinite vasomotrice. Le gonflement des muqueuses entraîne l'accumulation d'exsudat visqueux, ce qui empêche son élimination naturelle. Attache la flore bactérienne et la formation de contenu purulent dans les sinus paranasaux. Les patients se plaignent de maux de tête, de fièvre et d'écoulements purulents du nez. Le traitement nécessite l'utilisation d'antibiotiques et le lavage des sinus avec des antiseptiques après la ponction du sinus paranasal.

Rhinite neurovégétative

La rhinite neurovégétative est une affection caractérisée par un gonflement de la muqueuse nasale et une congestion nasale. On appelle habituellement rhinite nez qui coule, c'est-à-dire une inflammation du mucus. Mais la rhinite neuro-végétative apparaît en médecine sous le terme "faux", car les muqueuses du nez atteintes de cette maladie ne sont pas enflammées.

Une telle pathologie fait référence à une variété vasomotrice du rhume, ne contient aucun composant infectieux, ne dépend pas de la saison et du climat, des plantes à fleurs ou de la présence d'autres allergènes.

Qu'advient-il d'une personne souffrant de cette maladie? Quelles sont les causes de la "fausse allergie"? Comment traiter la rhinite vasomotrice neuro-végétative?

Nous allons essayer de trouver des réponses à toutes ces questions.

Rhinite neurovégétative - présentation générale

Les troubles vasomoteurs provoquant l'écoulement nasal peuvent avoir une nature d'origine différente. En fonction de cela, les types de rhinite allergique, neuro-végétative et hormonale sont isolés.

Dans la forme de rhinite neurovégétative, des lésions de la muqueuse nasale surviennent en raison d'une dysrégulation du tonus vasculaire. Les membranes internes de la cavité nasale deviennent enflées, une congestion nasale est observée (généralement alternativement, puis d'une part, puis de l'autre).

Selon le déroulement des processus dégénératifs, sécrète une rhinite vasomotrice aiguë, subaiguë et chronique d'étiologie neuro-végétative.

En fait, cet état de la muqueuse n’est pas une maladie, mais appartient à la liste des signes de maladies endocriniennes, de dystonie vasculaire ou de troubles du système nerveux central.

Le tableau clinique peut varier en sévérité et type de sévérité. En ce qui concerne ce dernier, il existe deux types de rhinite neuro-végétative:

  • Rhinite sèche (sans écoulement nasal)
  • Rhinorrhea (hypersecretion du nez, dans lequel une quantité accrue de mucus est sécrétée)

De telles formes peuvent alterner, se manifester avec une fréquence différente. La principale caractéristique de la fausse rhinite est la difficulté à respirer par le nez.

Comment ça se passe?

Dans la physiologie normale du nez due à la circulation sanguine dans les canaux vasculaires, la concha est rétrécie et élargie, contrôlant le flux d'air inhalé. Les violations du tonus vasculaire conduisent au fait que le soi-disant cycle nasal est perdu, il devient plus court ou plus long. L'écoulement de sang faiblit, il s'accumule trop dans les tissus mous de la cavité nasale et, par conséquent, la membrane muqueuse se gonfle.

En raison de ces processus pathologiques, la performance des structures nasales diminue: humidification, filtration, réchauffement de l'air sont incomplets, la sécrétion du nez est perturbée et les voies nasales sont obstruées.

Pourquoi est-ce que cela se passe?

Le système nerveux végétatif est responsable de la régulation du tonus des vaisseaux sanguins, ainsi que du travail stable de tout l'organisme. Ce département du système nerveux central n'est pas sujet à la conscience et est considéré comme autonome. L'activité et l'état des fibres nerveuses sont extrêmement difficiles à suivre et à surveiller. Les violations du système neurovégétatif ne sont toujours pas bien comprises. Par exemple, certains spécialistes ne reconnaissent même pas la maladie comme une dystonie vasculaire.

D'une manière ou d'une autre, si le rétrécissement et la dilatation des vaisseaux ne se produisent pas complètement, cela pose de nombreux problèmes. Plusieurs facteurs peuvent conduire à un dysfonctionnement du système nerveux autonome:

  • Hérédité (le tonus vasculaire est le plus souvent perturbé chez ceux dont les proches ont des problèmes similaires)
  • Formes sévères de grippe (l'intoxication du corps provoque parfois des modifications physiologiques du système nerveux central)
  • Troubles endocriniens
  • L'utilisation de médicaments nasaux et d'autres médicaments qui affectent le tonus vasculaire
  • Mauvaise qualité de vie

Je voudrais accorder une attention particulière à cette dernière circonstance et déchiffrer cette définition plus précisément. Bien sûr, chacun de nous sait ce qu'est un mode de vie correct, mais il est rarement utilisé dans la pratique. Le faible niveau d'existence n'est pas la pauvreté (morale ou matérielle). Ce sont les mauvaises habitudes, la malnutrition, l’absence de régime, le faible degré de mobilité, le manque d’air frais. Le rythme moderne dicte ses propres règles, beaucoup n’ont tout simplement pas le temps de se détendre, de manger normalement, de reconstituer leurs réserves d’énergie. Mais en même temps passé la masse de cellules nerveuses. Et l'expression «toutes les maladies d'origine nerveuse» convient parfaitement pour expliquer les causes du développement de troubles neuro-végétatifs.

Les aliments nocifs et une alimentation irrégulière ont un effet négatif sur le métabolisme, conduisant au béribéri. Le travail sédentaire implique des processus stagnants, le manque d'oxygène, l'affaiblissement général du corps. Le stress constant provoque des exacerbations de maladies chroniques, diminue l'immunité, augmente l'anxiété, l'irritabilité. Et tout cela dans un complexe se reflète dans l'activité vasculaire.

L'équilibre mental est une chose très fragile. L'un des signes de la dystonie vasculaire est l'excitabilité excessive, des pensées obsessionnelles sur leur propre état. Une personne écoute ses sentiments, attend des signaux alarmants et, les recevant, elle est encore plus nerveuse, ce qui stimule l’apparition de nouveaux problèmes.

La rhinite vasomotrice neurovégétative survient à la suite de perturbations des mécanismes nerveux et la réaction hyperergique de la muqueuse nasale se développe sous l'effet des stimuli les plus simples. Que comprend la liste des agents pathogènes?

  • Forte odeurs
  • Assaisonnements
  • Plats chauds ou boissons
  • Alcool
  • Tabac (tabagisme actif et passif)
  • Air froid
  • Stress physique, émotionnel et mental
  • Changement climatique
  • Rester au soleil
  • Les rhumes

La formation de polypes, de crêtes, de pics dans le nez et le déplacement de la cloison nasale (congénitale ou due à une blessure) sont une autre raison clé de l'apparition d'une affection similaire dans la cavité nasale.

Signes de rhinite autonome

La caractéristique susmentionnée définissant la rhinite neuro-négative, la congestion nasale, entraîne l'apparition de signes accompagnant l'état pathologique de la membrane muqueuse. Dans certains cas, il s’agit d’une formation accrue de mucus nasal épais. En d'autres termes, le nez qui coule d'habitude. Les autres symptômes incluent:

  • Maux de tête constants (migraines)
  • Pression artérielle basse
  • Pouls faible
  • Détérioration de l'odorat
  • Démangeaisons dans la cavité nasale (provoquant souvent des éternuements)
  • Température corporelle inférieure à la normale
  • Doigts et orteils froids
  • Trouble du rythme cardiaque
  • Transpiration excessive
  • Excitabilité excessive

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de "rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative" est établi en tenant compte de la présence des symptômes susmentionnés, c'est-à-dire des principaux signes de troubles du système nerveux autonome. De plus, les diagnostics instrumentaux sont effectués avec l'aide d'un oto-rhino-laryngologiste. La rhinoscopie - examen des espaces internes du nez - vous permet de définir les paramètres suivants inhérents à cette pathologie:

  • pâleur des muqueuses,
  • surface cyanotique (totale ou partielle) des tissus
  • excroissances (polypes)

Des tests de laboratoire sont effectués pour déterminer la nature exacte de l'origine de la rhinite. Afin d'éliminer les composants viraux et bactériens, le bacposev est prélevé dans le nez. Il est également nécessaire d'effectuer des tests d'allergie. Ils consistent en l'administration d'allergènes par voie sous-cutanée et l'identification de la réaction locale du corps. Dans le même but, un test sanguin général et biochimique est utilisé.

Il peut être nécessaire d’ajouter la conclusion d’un neurologue, d’un immunologiste et d’un endocrinologue aux résultats de ces examens.

Des complications

Avec cette forme de rhinite vasomotrice, il existe un risque d'inflammation des sinus nasaux et paranasaux. En raison d'une ventilation altérée et d'une hypersécrétion du nez, les sinus sont obstrués par du mucus, ce qui entraîne l'apparition d'une sinusite et d'une sinusite. Les complications possibles incluent également:

  • L'otite
  • Polyproduction
  • Atrophie et hypertrophie de la muqueuse nasale
  • Apnée du sommeil
  • Aggravation de problèmes neurologiques dus au manque de sommeil, au manque d'oxygène, à un inconfort permanent
  • Affaiblissement de l'immunité générale

Traitement

Le traitement de la rhinite autonome dépend de la gravité de l'état du patient. Dans certains cas, il suffit d'exclure les facteurs provocateurs, d'éviter l'hypothermie et les situations stressantes. Une dégénérescence grave de la muqueuse nécessite une approche plus approfondie. La lutte intentionnelle contre une telle lésion devrait comprendre un ensemble de méthodes non médicamenteuses et un traitement médicamenteux.

Traitement médicamenteux

En tant que traitement médicamenteux, les procédures suivantes sont généralement prescrites pour la forme neurovegative du rhume:

  • Lavage avec des solutions salines de la cavité nasale (grâce à leur effet, la muqueuse se calme, les gouttes gonflées, les voies nasales sont nettoyées)
  • Utilisation de sprays nasaux ou de gouttes à effet vasoconstricteur (avec prudence, uniquement sur prescription d'un médecin, afin de ne pas provoquer une dépendance)
  • Utilisation de corticostéroïdes
  • Médicaments antihistaminiques
  • Prendre des sédatifs
  • Blocus novocainique (introduction d'une solution de novocaïne à 1% dans le cornet inférieur)
  • Administration intraravine de mélanges sclérosants

Méthodes sans drogue

L'objectif principal ici est la restauration progressive de la stabilité émotionnelle et le renforcement de l'immunité du patient. Comme les lésions de la muqueuse nasale se produisent dans ces cas sur les nerfs, les experts conseillent vivement d'éviter les situations stressantes, de clarifier les relations, de minimiser l'impact négatif des programmes télévisés et des jeux informatiques agressifs, et d'améliorer les conditions de travail.

Le patient doit maintenir un mode de vie sain, abandonner ses mauvaises habitudes, procéder à une modération progressive et douce, établir une activité physique modérée.

En outre, les experts ont recommandé:

  • Recevoir des médicaments fortifiants, des multivitamines et des biostimulants
  • Acupuncture
  • Massage des fosses nasales
  • Massage thérapeutique général
  • Natation
  • Électrophorèse nasale
  • Exposition aux UV
  • Bains de soleil
  • Physiothérapie
  • Longues promenades au grand air

Opérations

Dans le cas où les méthodes de traitement conservateur n'apportent pas de résultats visibles et qu'il n'y a pas de dynamique positive, des interventions chirurgicales sont prescrites. Les examens préalables nécessaires sont effectués en tenant compte de l'état général du patient, du degré de lésions muqueuses, de la présence de maladies chroniques. En fonction de ces facteurs, une procédure chirurgicale spécifique est sélectionnée.

L'objectif principal de ces opérations est d'éliminer l'excès de tissu (avec la forme hypertrophique de la maladie), de stimuler les membranes muqueuses (avec sous-trophrophie). Les principales méthodes chirurgicales de restauration de la respiration nasale comprennent:

  • Galvanoplastie (méthode obsolète)
  • Vasotomie sous-muqueuse
  • Radioélectrocoagulation intraracine
  • Désintégration par ultrasons
  • Photodestruction laser

L'utilisation de la technologie laser est actuellement considérée comme l'intervention invasive la plus efficace, sûre et sans douleur.

Cependant, les techniques les plus innovantes n'excluent pas le risque de complications et de conséquences indésirables. Toute opération est un stress énorme pour le corps, vous devriez donc essayer de l'éviter de toutes vos forces.

Les mesures préventives bien connues sont particulièrement pertinentes dans les troubles neuro-végétatifs. Ne négligez pas les règles de la nutrition et un mode de vie sain. En cas d'anomalie congénitale de la structure ou de traumatisme du nez, il est nécessaire de procéder à la correction des heures supplémentaires, d'éliminer les polypes afin de ne pas déclencher les processus dégénératifs.

Aussi pour la prévention de la fausse rhinite est conseillé:

  • Examiné régulièrement par des spécialistes (neurologue, immunologiste, endocrinologue, ORL, allergologue)
  • Utiliser des agents nasaux à effet vasoconstricteur exclusivement sous la surveillance d'un médecin
  • Faire du sport (le choix du type d'exercice et du niveau de charge doit être approuvé par les médecins)
  • Traiter ou au moins atténuer les symptômes des troubles somatiques.
  • Évitez de travailler dans des emplois dangereux et dans des activités où il existe un risque accru et des situations stressantes constantes.

Prenez soin de votre santé et renforcez-la, ainsi que votre nez, vos nerfs, vos vaisseaux sanguins et tout le reste.

Rhinite hron. neurovégétatif vasomoteur

La forme neuro-végétative de la rhinite vasomotrice est causée par des perturbations des mécanismes nerveux responsables de la physiologie normale du nez, qui entraînent des réactions hyperergiques de la muqueuse nasale par des stimuli ordinaires. Ces patients ne détectent le rôle étiologique d'aucun allergène.

  • Cure des infections aiguës et chroniques, en particulier dans la cavité buccale, le pharynx, les sinus paranasaux
  • Durcissement du corps.
  • http://www.med74.ru/infoitem1295.html

    Dans la survenue de la forme neuro-végétative de la rhinite vasomotrice, des changements endocriniens dans le corps, les effets réflexes sur la muqueuse nasale sont importants.

    Symptômes: Les trois mêmes symptômes sont observés: éternuements répétés, difficulté à respirer par le nez et écoulement nasal, mais ils sont variables. Souvent, les crises ne surviennent qu'après le sommeil ou se reproduisent plusieurs fois lorsque la température de l'air, les aliments changent, lorsqu'ils sont surchargés de travail, lorsque la pression artérielle augmente, le stress émotionnel, etc.

    Traitement: destiné à réduire la réactivité du système nerveux.

    la cryodestruction azote liquide ou intervention chirurgicale - conchotomie.

    Algorithme pour le traitement de la rhinite vasomotrice

    Les activités de traitement devraient commencer par l'identification des causes possibles conduisant à la formation d'une hyperréactivité nasale et au traitement de la maladie sous-jacente, par exemple la correction de la fonction thyroïdienne, le traitement de la dystonie neurocirculatoire. Il est nécessaire de conseiller au patient d'éviter les effets de facteurs de déclenchement (courants d'air, fumée de tabac, odeurs fortes, etc.), d'appliquer des schémas de durcissement. Les anomalies de la structure du septum nasal constituent l'une des causes les plus fréquentes des troubles de l'innervation vasomotrice: des crêtes et des pointes qui entrent en contact avec la paroi latérale de la cavité nasale et sont à l'origine d'effets réflexes pathologiques. Dans ce cas, le seul traitement efficace sera la chirurgie du septum nasal.

    Le traitement médical médicamenteux de la TA peut commencer par la nomination de corticostéroïdes topiques et d'antihistaminiques (desloratadine), bien qu'ils ne devraient pas avoir le même effet qu'avec la RA. Dans le cas de la pression artérielle causée par l’abus de gouttes vasoconstrictrices, le patient peut essayer de réduire progressivement la dose de décongestionnant jusqu’à ce qu’ils soient complètement abandonnés à la suite de l’effet des corticostéroïdes topiques. Une autre option thérapeutique peut être la physiothérapie (électrophorèse intranasale au zinc ou au calcium) ou l’acupuncture. http://art.russ-med.ru/full_allergy_09_russ-med.htm

    Les traitements conservateurs pour BP sont souvent inefficaces. Lorsque toutes les possibilités de traitement non chirurgical ont été épuisées, des indications apparaissent pour l'opération, dont le but est de réduire la taille de la conque nasale inférieure et de rétablir la respiration nasale. L'opération dans ce cas devrait être peu invasive et être effectuée sur le fond d'un cours de traitement de la toxicomanie. La préférence est donnée aux méthodes d'exposition sous-muqueuses (ultrasons, laser, conchotomie au rasoir).

    Le traitement de la rhinite vasomotrice doit être complet et ciblé. Tous les types d'effets thérapeutiques proposés sur le corps peuvent être divisés en spécifiques et non spécifiques. Le succès d'une hyposensibilisation spécifique dépend de la détection précoce d'un allergène, car au fil du temps, les patients développent une polyallergie.

    Prise en compte des mécanismes de la rhinite vasomotrice (la pathogenèse est basée sur le gonflement des corps caverneux et le débordement de sang entraînant des difficultés respiratoires nasales; le composant allergique est basé sur la dilatation des capillaires qui alimentent les muqueuses nasales et augmentent leur perméabilité avec la formation d'un œdème de la membrane muqueuse et d'un liquide riche thérapie secrète) est effectuée plus souvent par étapes. Le composant principal de la thérapie de base complexe est l'introduction de médicaments désensibilisants, des hormones topiques avec des pommades, en aérosol, en utilisant la méthode de la phonophorèse et de l'électrophorèse, par voie parentérale. La tactique du traitement dépend de la gravité des manifestations cliniques.

    Procéder au blocage de la novocaïne, à la cryothérapie, à la coagulation par infrarouge (IRC), à la désintégration par ultrasons, à la vasotomie, à l’hypobarothérapie associée à une désensibilisation, au rayonnement ultraviolet, à des exercices thérapeutiques, à des bains d’air et de soleil et à de nombreuses autres méthodes d’effets de physiothérapie, en tenant compte des indications et des contre-indications.

    L'effet bénéfique de la thérapie au laser sur la rhinite vasomotrice est associé à une amélioration du métabolisme transcapillaire de la membrane muqueuse de la cavité nasale, conduisant à la restauration des mécanismes tissulaires de l'homéostasie, à l'élimination de l'œdème et du gonflement. La kinésithérapie au laser dans la rhinite vasomotrice chronique doit être utilisée à des doses d'anti-inflammatoires et sous-formes subatrophiques, en association avec les méthodes de traitement médicales traditionnelles.

    Selon les auteurs, l'utilisation de lasers dans la rhinite chronique peut être étendue par une ponction au laser (en particulier lorsque la forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice). Passez souvent 1 ou 3 cours pour 1-15 sessions.

    En cas de rhinite vasomotrice, l'application de la cryo-stimulation a un effet anti-inflammatoire et anti-œdème moins prononcé, le traitement est souvent accompagné d'une longue période de réparation.

    Selon les indications, l'administration locale de médicaments sclérosants est parfois utilisée: alcool 70%, solution de sodium salicylique à 20%, solution de dibuzénate de quinine à 5%. Mélange injecté par voie intracrânienne: 1 ml d'une solution de novocaïne à 2%, 1 ml d'une solution à 6% de bromure de thiamine et 0,5 ml d'une émulsion d'hydrocortisone.

    Certains auteurs proposent l'utilisation locale de médicaments à action cholinergique: antovent, intratronium, etc. Utilisez des médicaments tels que le trental, la propectine.

    L'utilisation d'immunostimulants par voie intranasale par voie parentérale et intramucysaire (simnine, lévomizol) a été développée.

    En l'absence d'effet du traitement conservateur, en présence de modifications irréversibles de la membrane muqueuse de la cavité nasale, un traitement chirurgical en douceur est recommandé. Différentes variantes des opérations sous-muqueuses effectuées sur les conques nasales sont également réalisées: électrodéposition, électrocoagulation, ostéoconchotomie, microchirurgie sous-muqueuse du vaccin, mucosotomie, conchotomie et autres méthodes.

    La rhinite vasomotrice est une affection fonctionnelle associée à une dysrégulation du tonus des vaisseaux sous la muqueuse de la conque nasale inférieure. Normalement, les conchages nasaux inférieurs régulent le volume d'air inhalé, diminuant ou augmentant de taille (en raison du remplissage du sang) en fonction de la température et de l'humidité, ainsi que le ton des vaisseaux dans l'une des concha nasales inférieures plus que dans l'autre (le ton change approximativement 1 fois par heure). - soi-disant "Cycle nasal". Dans la rhinite vasomotrice, le cycle nasal est soit raccourci soit rallongé, soit en général des deux côtés du tonus vasculaire est faible. Les signes caractéristiques de la rhinite vasomotrice sont la congestion alternée de l’un des moitiés du nez ou l’apparence de congestion lorsqu’on prend la position couchée du côté de la personne.

    Spray nasal sous la forme d'une suspension de couleur blanche ou presque blanche.

    GCS pour utilisation locale. Il a un effet anti-inflammatoire et anti-allergique. L'effet anti-inflammatoire local du médicament se manifeste lorsqu'il est utilisé à des doses ne provoquant pas d'effet systémique.
    Ralentit la libération des médiateurs inflammatoires. Il augmente la production de lipomoduline, qui est un inhibiteur de la phospholipase A, ce qui provoque une diminution de la libération d'acide arachidonique et, en conséquence, une inhibition de la synthèse de produits du métabolisme de l'acide arachidonique - endopéroxydes cycliques, les prostaglandines. Il met en garde contre l'accumulation régionale de neutrophiles, qui réduit l'exsudat inflammatoire et la production de lymphokines, inhibe la migration des macrophages, entraîne une diminution des processus d'infiltration et de granulation. Réduit l'inflammation en réduisant la formation de substance chimiotactique (effet sur les réactions allergiques tardives), inhibe le développement d'une réaction allergique immédiate (en raison de l'inhibition de la formation de métabolites de l'acide arachidonique et de la réduction de la libération de médiateurs inflammatoires des mastocytes).
    Dans des études avec des tests de provocation avec l'application d'antigènes sur la membrane muqueuse de la cavité nasale, une activité anti-inflammatoire élevée du médicament a été démontrée, à la fois au début et à la fin de la réaction allergique. Par rapport au placebo, une diminution du niveau d'activité de l'histamine et des éosinophiles a été établie, ainsi qu'une diminution (par rapport au niveau initial) du nombre d'éosinophiles, de neutrophiles et de protéines d'adhésion des cellules épithéliales.

    - traitement de la rhinite allergique saisonnière et annuelle chez l'adulte, l'adolescent et l'enfant à partir de 2 ans;
    - exacerbation de la sinusite chronique chez les adultes (y compris l'âge sénile) et les enfants à partir de 12 ans (comme aide au traitement antibactérien complexe);
    - prévention de la rhinite allergique saisonnière d'intensité modérée à sévère (il est recommandé de le pratiquer 2 à 3 semaines avant la floraison des plantes dont le pollen provoque l'exacerbation de la maladie).

    Pour le traitement de la rhinite saisonnière et annuelle, les adultes (y compris les personnes âgées) et les enfants à partir de 12 ans doivent recevoir 2 injections dans chaque narine 1 fois / jour (dose quotidienne totale - 200 µg). Une fois l’effet clinique souhaité atteint, la dose du médicament en traitement d’entretien est de 100 µg (1 injection par narine 1 fois par jour). Si nécessaire, la dose du médicament peut être augmentée à 4 injections dans chaque narine (dose quotidienne totale - 400 mg). Les enfants âgés de 2 à 11 ans doivent prendre 50 mcg (1 injection) dans chaque narine 1 fois par jour (la dose quotidienne totale est de 100 mcg).
    Une dynamique positive des symptômes cliniques est généralement observée au cours des 12 premières heures suivant la première utilisation du médicament.
    Pour le traitement des exacerbations de la sinusite chronique dans le cadre d'un traitement complexe aux antibiotiques, on prescrit aux adultes (y compris les personnes âgées) et aux enfants à partir de 12 ans 100 µg (2 injections) dans chaque narine 2 fois / jour. La dose quotidienne totale est de 400 microgrammes. Si nécessaire, vous pouvez augmenter la dose quotidienne allant jusqu'à 800 mg (4 injections dans chaque narine 2 fois / jour). Après avoir réduit les symptômes de la maladie, une réduction de la dose est recommandée.
    La distribution stéréotypée du médicament (dans laquelle chaque touche est pressée avec une suspension de 100 mg éjectée, ce qui correspond à 50 µg de furoate de mométasone pur) est établie en environ 6 à 7 presses «de calibrage». Si le médicament n'a pas été utilisé pendant 14 jours ou plus, un réétalonnage est nécessaire avant utilisation.
    Avant utilisation, le flacon doit être secoué vigoureusement.

    Effets indésirables observés dans le traitement de la rhinite allergique saisonnière et pérenne: chez l’adulte - saignements de nez (c.-à-d. Saignements apparents ainsi que sécrétions de mucus ou de caillots sanglants au sang), pharyngite, sensation de brûlure au nez; irritation de la muqueuse nasale. Les saignements de nez, en règle générale, s'arrêtaient d'eux-mêmes et n'étaient pas lourds; ils sont survenus à une fréquence légèrement supérieure à celle utilisée avec le placebo (5%), mais égale ou inférieure à celle prescrite pour d'autres SCS étudiés pour utilisation intranasale, qui ont été utilisés comme contrôle actif (dans certains cas, la fréquence des saignements nasaux était jusqu'à 15%). L'incidence des autres effets indésirables était comparable à celle du placebo). Saignements nasaux, maux de tête, sensation d'irritation au nez, éternuements (le taux d'incidence est comparable à l'incidence d'effets secondaires chez les enfants sous placebo).
    Effets secondaires observés lors de l'utilisation de Nasonex dans les cas de sinusite chronique chez l'adulte et l'adolescent: mal de tête, pharyngite, sensation de brûlure au nez, irritation de la muqueuse nasale. Les saignements de nez étaient modérément prononcés et la fréquence de leur survenue lors de l'utilisation de Nasonex était comparable à celle des saignements de nez sous placebo (5% et 4%, respectivement).
    Très rarement, avec GCS intranasal, il y avait des cas de perforation de la cloison nasale ou une augmentation de la pression intraoculaire.

    - L'âge d'enfant jusqu'à 2 ans;
    - infection non traitée avec implication dans le processus de la membrane muqueuse de la cavité nasale;
    - chirurgie récente ou traumatisme nasal (jusqu'à la guérison de la plaie);
    - tuberculose respiratoire (y compris latente), infection virale fongique, bactérienne, systémique non traitée (y compris causée par le virus de l'herpès simplex avec lésions oculaires);
    - Hypersensibilité au médicament.

    Grossesse et allaitement

    Aucune étude adéquate et strictement contrôlée sur la sécurité d'emploi de Nasonex pendant la grossesse et l'allaitement n'a été menée. Après utilisation intranasale du médicament à la dose thérapeutique maximale, la mométasone n'est pas détectée dans le plasma sanguin, même à la concentration minimale; par conséquent, on peut s’attendre à ce que l’effet du médicament sur le fœtus soit négligeable et que sa toxicité potentielle pour la reproduction soit très faible.
    Néanmoins, pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi que chez les femmes en âge de procréer, Nasonex est utilisé en cas d’urgence. Les nouveau-nés dont la mère a utilisé GCS pendant la grossesse doivent être soigneusement examinés afin de détecter une éventuelle hypofonction surrénalienne.

    Après l'application de Nasonex pendant 12 mois, aucun signe d'atrophie de la muqueuse nasale n'a été noté. Lors de l'étude de spécimens de biopsie de la muqueuse nasale, il a été révélé que le furoate de mométasone présentait une tendance à la normalisation du tableau histologique.
    En cas d'utilisation prolongée du médicament (comme pour tout traitement à long terme), un examen périodique de la muqueuse nasale par le médecin ORL est nécessaire. Avec le développement d'une infection bactérienne ou fongique locale du nez ou du pharynx, un traitement médicamenteux est recommandé pour arrêter et démarrer un traitement spécifique. L'irritation de la membrane muqueuse de la cavité nasale et du pharynx, poursuivie pendant une longue période, est une indication pour l'arrêt du médicament.
    Avec l'utilisation prolongée du médicament, aucun signe de suppression de la fonction du système hypothalamo-hypophyso-surrénalien n'a été observé.
    Les patients qui vont au traitement avec le spray nasal Nasonex après un traitement à long terme avec une action systémique glucocorticoïde nécessitent une attention particulière. L'abolition de l'action systémique des glucocorticoïdes chez ces patients peut entraîner une insuffisance de la fonction surrénalienne, ce qui peut nécessiter une action appropriée.
    Au cours de la transition du traitement glucocorticoïde à action systémique au traitement avec le spray nasal Nasonex, certains patients peuvent subir un arrêt du GCS pour une utilisation systémique (par exemple, douleurs dans les articulations et / ou les muscles, fatigue, dépression), malgré une diminution de la sévérité des symptômes lésion de la muqueuse nasale; ces patients doivent être spécifiquement convaincus de l’opportunité de poursuivre le traitement avec le spray nasal Nasonex. Des modifications thérapeutiques peuvent également révéler des maladies allergiques déjà développées, telles que la conjonctivite allergique et l'eczéma, qui étaient auparavant masquées par une thérapie systémique aux glucocorticoïdes.
    Les patients traités par glucocorticoïdes ont une réactivité immunitaire réduite et doivent être avertis du risque accru d’infection par contact avec des patients atteints de maladies infectieuses (comme la varicelle, la rougeole).
    Utilisation en pédiatrie
    Lors des essais cliniques contrôlés par placebo chez les enfants, lorsque Nasonex a été utilisé à une dose de 100 µg / jour pendant un an, il n’y avait pas de retard de croissance.
    Les données sur l'utilisation du médicament chez les enfants de moins de 2 ans ne sont pas disponibles, par conséquent, l'utilisation de Nasonex ne peut pas être recommandée dans ce groupe d'âge.

    Le médicament a un faible (<=0.1%) системной биодоступностью, поэтому маловероятно, что при передозировке потребуется принятие каких-либо специальных мер, кроме наблюдения и последующего назначения в рекомендованной дозе.
    Avec l'utilisation prolongée de GCS à fortes doses ou avec l'utilisation simultanée de plusieurs GCS, il est possible de supprimer le système hypothalamo-hypophyso-surrénalien.

    L'utilisation simultanée de nasonex et de loratadine n'a pas entraîné de modification de la concentration de la loratadine ou de son principal métabolite dans le plasma sanguin, tandis que la présence de furoate de mométasone n'a pas été déterminée, même à la concentration plasmatique minimale.
    Les études d'interaction médicamenteuse avec d'autres médicaments nasonex n'ont pas été menées.

    Rhinite vasomotrice - Description, causes, symptômes et traitement chez l'adulte

    La rhinite vasomotrice est un nez qui coule inclus dans la liste des plus courantes chez l'homme. Sous l'influence de la violation manifeste du tissu muqueux commencent à gonfler et produisent une grande quantité de mucus. En outre, la conductivité des vaisseaux sanguins et de tous les tissus de la cavité nasale se détériore, leur tonus et leurs performances diminuent.

    Ensuite, examinez plus en détail le type de maladie dont il s'agit, quels sont les symptômes et les causes de la rhinite vasomotrice, ainsi que le traitement prescrit pour un soulagement rapide du rhume.

    La rhinite vasomotrice: qu'est-ce que c'est?

    La rhinite vasomotrice est une hyperréactivité de la membrane muqueuse de la cavité nasale en violation du tonus vasculaire général et local. Un écoulement nasal persistant aggrave la qualité de vie et peut même affecter l’état psycho-émotionnel d’une personne: troubles du sommeil, inattention au travail, nervosité accrue, irritabilité, dépression.

    La rhinite vasomotrice est une maladie pour laquelle les symptômes suivants sont typiques:

    • Démangeaisons dans le nez;
    • Nez qui coule (rhinorrhée);
    • Éternuement;
    • Congestion nasale.

    L'écoulement de mucus à l'arrière du pharynx provoque un mal de gorge chronique. Une sécrétion excessive résulte d'une insuffisance de nettoyage de l'infiltrat inflammatoire.

    Raisons

    Le développement de la rhinite vasomotrice est basé sur une violation de la régulation du tonus des vaisseaux sanguins, situés dans la cavité nasale (cornet inférieur) dans la couche sous-muqueuse. Chez une personne en bonne santé, les vaisseaux réagissent de manière adéquate à l'air entrant dans les voies respiratoires, modifiant ainsi l'apport de sang à la membrane muqueuse en fonction de la température et de l'humidité.

    Les raisons de cette pathologie peuvent être les suivantes:

    • Dystonie végétative.
    • Acceptation de certains groupes de médicaments.
    • Hypotension.
    • La présence de polypes dans la cavité nasale.
    • Troubles au niveau endocrinien.
    • Stress physique / émotionnel.

    La plupart des rhinites vasomotrices sont affectées par les adultes (femmes de 20 ans et plus) et l’état pathologique survient à n’importe quel moment de l’année.

    Facteurs contribuant à l'apparition d'une pathologie:

    • courbure du septum nasal;
    • des végétations adénoïdes;
    • des excroissances apparaissant sur le septum nasal (pointes, crêtes, etc.);
    • troubles du tractus gastro-intestinal;
    • hypothermie prolongée

    Le développement de la maladie contribue à toutes sortes de troubles endocriniens, ainsi qu'à des modifications du système neuro-végétatif.

    Classification

    De nombreuses études ont permis d'identifier deux de ses formes principales: la rhinite allergique neuro-végétative et vasomotrice. Les deux types ont beaucoup en commun, mais chacun d’eux présente des symptômes spécifiques. De plus, le traitement de différentes formes de rhinite vasomotrice est légèrement différent.

    Rhinite vasomotrice neurovégétative

    Qu'est ce que c'est Neurovégétatif - cette forme est causée par une violation de la chaîne des mécanismes nerveux. En conséquence, la muqueuse répond avec toute l'abondance des symptômes en réponse à des stimuli normaux. La rhinite vasomotrice neurovégétative survient dans la plupart des cas paroxystique. Les attaques perturbent généralement les patients le matin. Et s'il est possible d'examiner la muqueuse à ce moment-là, sa cyanose et sa pâleur seront clairement visibles.

    En règle générale, la saisonnalité n'est pas typique pour cette forme. Il est également courant en toutes saisons et dépend principalement soit de facteurs provoquant externes (formation de poussière dans les pièces, couples agressifs dans l'air inspiré, présence de courbures de contact du septum nasal), soit du dysfonctionnement neuro-végétatif général mentionné précédemment. Habituellement, dans ce dernier cas, les patients sont des patients non seulement du rhinologue, mais également du neurologue.

    Rhinite vasomotrice allergique

    Forme allergique - causée par le contact avec la substance muqueuse-allergène. Lors de l'inspection, la muqueuse peut sembler bleutée ou hyperémique, avec un œdème marqué, les voies nasales sont bouchées par elle et obstruée par du mucus. Joint souvent et le syndrome asthmatique.

    Divisé en deux types principaux:

    • Rhinite allergique saisonnière (par exemple, rhume des foins, pollinose - une allergie au pollen)
    • Rhinite allergique toute l'année (par exemple, allergies à la poussière de maison, phanères d'animaux, plumes d'oiseaux, poussière de bibliothèque, etc.).

    Selon les symptômes de la tension artérielle, il peut y avoir:

    • bon moteur vasculaire (gonflement grave, dans lequel l'écoulement de mucus n'est pas observé);
    • hypersécrétoire (une grande quantité de contenu muqueux est attribuée aux voies nasales);
    • combinés (manifestation et gonflement, et la séparation du mucus).

    Symptômes de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

    La rhinite vasomotrice se produit lorsque le bon fonctionnement des vaisseaux sanguins de la cavité nasale. À la suite d'une violation du tonus vasculaire et de l'augmentation de leur volume sanguin provoque un gonflement de la membrane muqueuse.

    Principaux symptômes chez l'adulte:

    • congestion nasale alternante constante ou périodique (le symptôme est plus prononcé au repos, lorsqu'une personne prend une position horizontale);
    • malaise général, faiblesse;
    • une personne est tourmentée par un écoulement nasal muqueux abondant, modéré ou peu abondant;
    • il peut y avoir une sensation de brûlure et des démangeaisons dans les sinus;
    • sensation de larmoiement dans la cavité nasale;
    • éternuement constant ou périodique (parfois se produit soudainement et s'arrête soudainement).

    Les symptômes se manifestent particulièrement bien lors des crises, qui peuvent durer de plusieurs heures à plusieurs jours. Dans le même temps, la personne ressemble à un patient souffrant d'un rhume sous une forme active.

    Un signe de rhinite vasomotrice est une difficulté à respirer par le nez en décubitus dorsal. Une respiration difficile en position latérale est également caractéristique, tandis que la moitié inférieure du nez ne respire pas. Le ronflement, le mauvais sens de l'odorat, la pharyngite fréquente, la trachéite, la laryngite peuvent indiquer une maladie.

    • congestion nasale
    • sécrétions abondantes de mucus.

    Les symptômes dans ce cas augmentent au moment de la prochaine attaque. Les patients développent des démangeaisons, des maux de tête et des sensations de pression intolérables. Ces attaques se produisent soudainement et passent dans 2-3 heures.

    • Puffiness des paupières;
    • Déchirure;
    • Congestion nasale;
    • Rougeur conjonctivale;
    • Perte auditive due à une inflammation de la trompe d'Eustache;
    • Mucus copieux.

    La rhinite vasomotrice au cours d'un traitement chronique à long terme perturbe également le bien-être général, provoquant irritabilité, augmentation de la fatigue, insomnie, maux de tête et autres symptômes de troubles du système nerveux.

    Des complications

    Le traitement tardif de la rhinite vasomotrice peut entraîner des complications telles que:

    • sinusite aiguë ou chronique;
    • prolifération d'adénoïdes dans le nez;
    • inflammation des sinus maxillaires et auriculaires;
    • le passage de la maladie à la forme chronique, plus difficile à traiter.

    Diagnostics

    Le diagnostic est établi sur la base d'une collecte approfondie d'informations anamnestiques sur l'évolution de la maladie, d'un examen du patient par un oto-rhino-laryngologiste, d'examens de laboratoire et d'instruments, qui permettent d'exclure d'autres maladies de la muqueuse nasale présentant des symptômes similaires.

    A l'examen, un groupe de signes cliniques est mis en évidence:

    • Une augmentation des parois latérales du nez (œdème);
    • mauvaise contraction des parois lors de la respiration;
    • la couleur de la membrane muqueuse enflammée est rouge.

    L’examen du diagnostic de la rhinite vasomotrice a pour but de la différencier de l’allergique. Pour ce faire, étudiez le secret nasal qui vous permet d’identifier les tests d’éosinophilie, à la recherche d’allergènes.

    Éosinophilie - l’apparition de leucocytes à éosinophiles dans le mucus libéré par le nez indique une réaction allergique. Dans la rhinite vasomotrice neurovasculaire, les éosinophiles sont absents des sécrétions muqueuses.

    Traitement de la rhinite vasomotrice

    Le traitement de toute forme de rhinite doit être fondé sur l'élimination des causes des symptômes de la maladie. Dans ce cas, les méthodes conservatrices utilisant des préparations médicales et l'utilisation de méthodes traditionnelles seront efficaces.

    La rhinite vasomotrice n'est pas toujours un traitement curatif, mais il est souvent possible d'assurer une rémission stable.

    Drogues

    La préférence est donnée aux médicaments suivants:

    • anesthésiques et glucocorticoïdes, à travers lesquels des blocages nasaux sont effectués;
    • médicaments vasoconstricteurs, gouttes d'atropine dans le nez;
    • "Eskuzanu", "Stugeronu", "Glevenopu" - médicaments qui améliorent la microcirculation sanguine;
    • "Physiomer", "Aquamaris" - préparations à base d’eau de mer pour le lavage des voies nasales;
    • "Nazoneksu", "Avamysu", "Nasobek", "Rinokortu" - aérosols de glucocorticostéroïdes;
    • «Kromoheksalu», «Allergodilu» - vaporisateurs pour rhinites allergiques, ainsi que des antihistaminiques - «Zirteku», «Loratadine», «Zodak»;
    • "Sinupret" et d'autres remèdes homéopathiques réduisant les symptômes de la rhinite.

    Ne soignez pas vous-même les médicaments vasoconstricteurs pour la rhinite vasomotrice, car cela n'apportera qu'un soulagement temporaire et contribuera au développement d'une dépendance à ces médicaments.

    Lors du choix des gouttes, la préférence est donnée aux solutions salines et aux médicaments hormonaux. Ils n'inhibent pas les vaisseaux, ne causent pas de dépendance et ont une petite liste de contre-indications et d'effets secondaires.

    Comment traiter le type allergique de rhinite vasomotrice? Il est traité avec l'utilisation d'antihistaminiques et de médicaments à base de corticostéroïdes, une immunothérapie spécifique, qui est effectuée pendant une longue période.

    Selon le mécanisme d'action, tous les antihistaminiques sont divisés en 2 catégories:

    • La sédation est caractérisée par des médicaments de la 1ère génération (clémensine, chlorphéniramine, diphényldramine). Interdit en conduisant;
    • Les antihistaminiques non sédatifs (comprimés de cétirizine et de loratadine) doivent être utilisés avec prudence en association avec d’autres médicaments afin d’éviter les effets indésirables imprévus. Un représentant commun du groupe est l'azélastine.

    Le traitement de la forme chronique est effectué avec les médicaments suivants:

    • Sprays nasaux stéroïdes;
    • Stéroïdes oraux;
    • Antihistaminiques;
    • Spray décongestionnant;
    • Médicaments amincissants;
    • Immunothérapie spécifique;
    • Fonds combinés.

    Physiothérapie

    Le traitement pour un traitement complexe sera plus rapide. Par conséquent, la physiothérapie est également prescrite avec des médicaments:

    • Électrophorèse en chlorure de calcium - renforce la paroi vasculaire, augmente le tonus et la résistance, réduit le gonflement et contribue à la normalisation de la fonction du plexus veineux.
    • phonophorèse - l'échographie accélère la circulation sanguine en agissant sur la fermeture vasculaire. Il est utilisé strictement en association avec la pommade à l’hydrocortisone;
    • acupuncture (acupuncture).

    Les procédures physiques sont effectuées quotidiennement pendant 10 à 12 jours.

    Traitement chirurgical

    S'il n'est pas possible de vaincre la rhinite vasomotrice pendant une longue période, les symptômes de la respiration nasale ne cessent pas, le médecin prend le plus souvent la décision de recourir à une intervention chirurgicale.

    Méthodes de traitement chirurgical de la rhinite vasomotrice:

    • Septoplastie - opérations visant à lisser le septum nasal, à éliminer les végétations adénoïdes et autres formations de la cavité nasale,
    • excision partielle des vaisseaux de la membrane muqueuse de la conque nasale inférieure (vasotomie sous-muqueuse),
    • coagulation électroplasmique - destruction de vaisseaux sanguins avec un coagulateur;
    • désintégration par ultrasons - destruction des vaisseaux dilatés par ultrasons,
    • Traitement au laser. La thérapie au laser est classée comme méthode la plus efficace. Cela s'explique par le fait qu'il contribue à améliorer le métabolisme capillaire et l'élimination persistante de l'œdème de la muqueuse nasale. Les avantages indéniables de cette méthode de traitement sont que le laser a un effet local sur les muqueuses altérées du nez.

    Avec un traitement opportun à l'oto-rhino-laryngologiste et la nomination d'un candidat choisi individuellement et le plus efficace dans ce cas particulier de traitement, le pronostic de la rhinite vasomotrice est favorable.

    Remèdes populaires

    Les méthodes traditionnelles de traitement peuvent également donner de bons résultats dans le traitement de la rhinite vasomotrice. Mais ils doivent être pris uniquement selon les indications et dans les dosages décrits dans la recette. Cela évitera l'apparition d'effets secondaires et de désordres graves dans le corps.

    1. Menthe. Une cuillère à soupe d'herbe est versée à un demi-litre d'eau bouillante, infusé pendant 60 minutes. Filtrer et boire la perfusion de 100-150 ml quatre fois par jour.
    2. Les sinus maxillaires peuvent être lubrifiés avec de l'huile de sapin ou d'argousier tout en massant le pont nasal. Le massage est recommandé d'effectuer environ 3-4 fois par jour.
    3. Achetez de l'huile de menthe dans une pharmacie, mélangez-le avec du miel dans un rapport de 1: 2. La pommade obtenue doit être lubrifiée par les voies nasales (avec un doigt ou un coton-tige, appliquez simplement la pommade sur la membrane muqueuse).
    4. Traitez la rhinite vasomotrice avec du miel. Le miel étant un antiseptique naturel, les gouttes et une solution de lavage du nez qui en découle constituent un traitement efficace contre la rhinite. Pour préparer la solution, prenez une cuillère de miel et dissolvez-la dans un verre d'eau potable. Le liquide résultant est instillé dans le nez ou lavé alternativement à chaque passage nasal.
    5. Noyer La pommade contient 10% de pommade à base de vaseline. Stocké dans le froid, mieux dans le frigo. Pendant la journée, la muqueuse nasale est barbouillée trois fois.
    6. Utilisez du jus de Kalanchoe au lieu de sprays nasaux et de gouttes. Pendant la journée, enterrez une ou deux gouttes 4 à 8 fois.

    Prévention

    À titre préventif, afin d'éviter l'apparition de symptômes désagréables de la maladie, il est recommandé d'effectuer les procédures de calage:

    • Traiter en temps opportun les infections chroniques
    • Dormir au moins 7 heures par jour
    • Marcher souvent au grand air
    • Tempère
    • Le traitement rapide de la maladie sous-jacente, qui a entraîné des processus stagnants et un gonflement de la membrane muqueuse, joue un rôle important dans la prévention.

    La rhinite vasomotrice se réfère à des pathologies chroniques, il est donc impossible de s'en débarrasser complètement. Mais avec l'aide d'une thérapie bien effectuée et d'examens préventifs réguliers, il sera possible d'introduire la maladie dans une rémission à long terme.

  • Vous Aimerez Aussi