Rhinite neurovégétative

Contenu de l'article

Concepts de base

La rhinite neurovégétative ne se produit pas moins que la rhinite infectieuse ou la rhinite de nature allergique. De plus, en raison des sécrétions muqueuses, il est souvent confondu avec la rhinite virale et en raison de crises d'éternuement - avec une inflammation allergique de la muqueuse nasale. Cependant, cette maladie n’est pas associée à une réaction allergique et n’a pas de lien direct avec l’infection.

Existe-t-il une différence entre la rhinite neuro-végétative et la rhinite vasomotrice? Selon les classifications existantes, la définition de «forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice» est plus correcte. Étant donné que la rhinite allergique et la rhinite neuro-végétative sont des sous-espèces de la motricité vasomotrice, cette clarification permet de comprendre quelle pathologie est impliquée.

Le développement de la rhinite est associé à des troubles du système nerveux autonome. Au moins une fois, de nombreux patients ont entendu parler du syndrome de dystonie végétative (VVD). La rhinite neurovégétative est l’une des manifestations de cette pathologie. Pour mieux comprendre le mécanisme de développement des symptômes, vous devez savoir ce qui se passe pour la membrane muqueuse de la cavité nasale:

  1. L’hyperréactivité se forme, c’est-à-dire une hypersensibilité aux irritants familiers aux autres (air froid, humidité élevée, etc.).
  2. L'attaque est provoquée par une forte augmentation du volume des cornets - leur volume augmente, la soi-disant «fausse hypertrophie» se pose, ce qui constitue un obstacle à une respiration nasale adéquate.
  3. En raison d'un œdème important, les voies nasales sont rétrécies.

Ainsi, le développement de la rhinite neuro-végétative entraîne une réponse inadéquate de la muqueuse nasale aux stimuli normaux, même physiologiques.

Manifestations de la maladie

Quels sont les signes utilisés pour corroborer le diagnostic de "rhinite vasomotrice, forme neuro-végétative"? Les symptômes classiques sont:

  • violation de la respiration par le nez;
  • écoulement du nez sans mélange de pus;
  • éternuement épuisant, paroxystique.

Si le nez ne respire pas, il est difficile pour le patient de s'endormir et de bien se reposer, il est forcé de respirer par la bouche, ce qui provoque l'assèchement de la membrane muqueuse de l'oropharynx et peut provoquer des douleurs en avalant. Un excès de mucus provoque une irritation de la peau du triangle nasogénien et du vestibule nasal, exacerbée par le frottement avec des lingettes. La congestion nasale est accompagnée de maux de tête, de vertiges et de larmoiement pouvant survenir à la suite d'un accès d'éternuement. La capacité de travail se dégrade, il y a une faiblesse générale.

Il est à noter que les crises apparaissent souvent le matin et que le patient ne peut pas toujours associer l'apparition des symptômes à une cause spécifique. Parfois, les éternuements commencent lorsque vous essayez de nettoyer le nez de la décharge; Il existe un risque de symptômes résultant d'un stress émotionnel. La quantité d'écoulement peut être si importante qu'une rhinorrhée abondante est observée - du mucus aqueux coule littéralement du nez et le patient ne se sépare pas du mouchoir.

Les symptômes de la cavité nasale peuvent apparaître avec d’autres signes de dystonie vasculaire:

  • transpiration, anxiété, somnolence;
  • palpitations ou, inversement, une diminution de la fréquence cardiaque (bradycardie);
  • diminution ou augmentation de la pression artérielle, etc.

La congestion nasale de la rhinite neurovégétative est souvent unilatérale et alternée. En plus des difficultés respiratoires bilatérales persistantes du nez, il peut également y avoir une congestion à droite ou à gauche. Ce phénomène est le plus souvent observé lors du changement de position du corps du patient, qui se trouve à l’envers, d’un côté à l’autre.

Formes, changements d'objectifs

Il existe trois formes principales de rhinite:

  1. Hypersecretory.
  2. Vasodilatateur
  3. Mixte

Dans la très grande majorité des cas, on rencontre la forme mixte dont le tableau clinique comprend à la fois l'écoulement de mucus aqueux et une congestion nasale prononcée. Sous forme hypersécrétoire, les plaintes de rhinite abondante prédominent, et chez les patients vasodilatateurs, la difficulté principale est la difficulté à respirer par le nez.

L'examen de la muqueuse nasale peut détecter:

  • gonflement important, augmentation des conchas nasaux inférieurs, rétrécissement des voies nasales;
  • couleur inégale, apparition de taches «gris-gris» pâles, blanchâtres sur le fond bleuâtre;
  • écoulement muqueux dans la cavité nasale.

En cas de rhinite neuro-végétative isolée, il n’ya pas de signes de sécheresse, d’inflammation aiguë de la membrane muqueuse. Un échantillon avec anémisation (lubrification de la membrane muqueuse avec une solution à 0,1% d'adrénaline) vous permet d'éliminer rapidement l'œdème, ce qui confirme l'exactitude de l'hypothèse de "fausse hypertrophie". Il ne faut pas oublier que la présence à long terme de troubles vasomoteurs peut être accompagnée par la formation d'une hypertrophie secondaire de la conque nasale, qui ne peut être résolue que par une intervention chirurgicale.

Comment traiter

Le traitement commence par la recherche des causes pouvant conduire au développement d'une sensibilité accrue de la muqueuse nasale aux stimuli. S'il s'agit d'une maladie de reflux gastro-oesophagien caractérisée par la libération d'acide agressif de l'estomac dans l'œsophage, le larynx, le pharynx ou la courbure de la cloison nasale, le soulagement des symptômes avec la bonne approche ne vous fera pas attendre.

Mais que se passe-t-il si la raison n'est pas trouvée? Recommandations générales thématiques:

  1. Suffisamment de sommeil et de repos, limitant le stress.
  2. Élimination du contact avec les déclencheurs probables (fumée de tabac, odeurs fortes, etc.).
  3. L'exclusion de fortes fluctuations de température et d'humidité.

L'identification et le traitement des pathologies végéto-vasculaires, endocriniennes, neurologiques sont nécessaires.

Si un patient constate une dépendance aux gouttes vasoconstrictrices, il est nécessaire de les abandonner - dans le cas contraire, la formation de rhinite médicale et l'aggravation des symptômes ne peuvent être évitées.

La nécessité de rétablir la respiration nasale, une diminution significative de l'œdème sous l'influence d'agents vasoconstricteurs (décongestionnants) peuvent conduire à l'abus de ces médicaments et au développement d'une rhinite médicale, dans laquelle, comme dans la forme végétative, une dilatation de la concha est observée.

La pharmacothérapie comprend la nomination de médicaments:

  • antihistaminique (desloratadine), stabilisants de la membrane des mastocytes (kétotifène) - aident à réduire la sensibilité de la membrane muqueuse aux irritants;
  • Glucocorticoïdes topiques (Nasonex) - éliminent les gonflements douloureux et facilitent également le "syndrome de sevrage" des décongestionnants;
  • préparations à base de dexpanthénol - contribuent à la restauration de l'épithélium cilié de la cavité nasale;
  • solutions salines (Salin, Aqua Maris) - pour humidifier, nettoyer du mucus.

La physiothérapie est également utilisée (électrophorèse intranasale du calcium, ultrafonophorèse en suspension d'hydrophorisone) et l'acupuncture. Si les méthodes de traitement énumérées sont inefficaces et que la respiration nasale n’est pas rétablie, une intervention chirurgicale (échographie, conchotomie au laser, vasotomie) est indiquée.

Le but du traitement chirurgical est l'ablation d'une partie de la membrane muqueuse, la destruction des plexus veineux vasculaires de la conque nasale (après l'opération, une cicatrice se forme à la place). Cela évite la montée de l'œdème, même lorsqu'il est déclenché. Mais si le contact avec les facteurs provoquants est répété régulièrement, le ton des vaisseaux qui n'ont pas été endommagés pendant la chirurgie change et les symptômes réapparaissent.

Pour confirmer le diagnostic de rhinite neuro-végétative, seul un médecin peut prescrire un traitement. Ne mettez pas votre santé en danger en utilisant des méthodes d'auto-guérison. Si des symptômes caractéristiques de la forme autonome de la rhinite apparaissent, il est utile de consulter un oto-rhino-laryngologiste, un médecin généraliste ou un médecin généraliste.

Comment traiter la forme neuro-végétative de la rhinite vasomotrice

La rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative est une maladie qui n’est pas oto-rhino-laryngologique, mais neurologique. Se produit en raison d'une violation des processus vasomoteurs dans le corps, conduit à l'apparition de symptômes spécifiques.

Au stade initial, la maladie ressemble à un type de rhinite chronique. Mais les symptômes de la maladie ne se développent pas dans le contexte des processus inflammatoires et bactériens, mais dans celui des pathologies neurologiques qui entraînent des problèmes de respiration et de gonflement de la muqueuse nasale.

Qu'est ce que c'est

La rhinite neurovégétative est une maladie qui, à première vue, ressemble à la forme chronique de la rhinite, avec des symptômes caractéristiques.

La maladie se développe sous une forme latente, au stade initial, le patient n’est concerné que par un léger nez qui coule, qui apparaît le matin et disparaît au bout de peu de temps. Les symptômes ne réapparaissent que le soir ou sont absents pendant la période d'activité.

Provoquer l'apparition de symptômes désagréables peut:

  1. Situations stressantes, troubles émotionnels.
  2. Redémarrez la nature physique.
  3. Affaiblissement général du corps, qui s'est produit sur le fond du surmenage.

Un nez qui coule se produit spontanément, il n'y a pas de fièvre, pas d'autres signes caractéristiques d'une maladie virale ou catarrhale.

Sur la vidéo - informations générales sur la maladie:

Provoquer l’apparence de congestion peut:

  • lésion traumatique du système respiratoire;
  • corps étranger dans les sinus;
  • polypes ou autres formations à caractère glandulaire.

Dans ce cas, les signes d'une rhinite vasomotrice sont présents de manière continue. Ils sont dus à une altération du flux sanguin vers les muqueuses. Faire face à la maladie aidera à éliminer rapidement les formations ou les polypes.

Alors, quelle est la rhinite neuro-végétative? Il s’agit d’une maladie neurologique présentant les principaux signes de la maladie ORL. C'est-à-dire que, dans le contexte des troubles circulatoires et des processus métaboliques, un œdème caractéristique de la membrane muqueuse apparaît, non causé par un processus inflammatoire ni par le contact avec la membrane muqueuse de virus et de bactéries pathogènes.

L'œdème se développe en raison de modifications de l'état de la membrane muqueuse, de l'afflux d'oxygène dans les tissus et de la diminution du tonus vasculaire. Un secret peut s'accumuler dans les sinus, qui a une structure spéciale et dense, il ne sera pas possible de se débarrasser de ce secret de manière naturelle.

Si la maladie n'est pas traitée, la muqueuse devient plus fine compte tenu des modifications qui se produisent, des polypes ou d'autres formations se forment dans la cavité nasale. Ils peuvent perturber le processus respiratoire, entraînant une insuffisance respiratoire.

Quelles maladies provoquent la forme neuro-végétative de la rhinite:

  1. Dystonie végétative.
  2. Dystonie vasomotrice.
  3. Maladies endocriniennes.
  4. D'autres pathologies neurologiques sont associées à une altération du flux sanguin vers le cerveau.

La maladie se manifeste dans le contexte d'hypotension, de bradycardie et d'hypoxie (à condition que la privation d'oxygène ne soit pas très prononcée).

Les symptômes

Un certain nombre de caractéristiques permettront de reconnaître la rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative:

  • l'apparition d'un rhume le matin;
  • sensation de congestion dans 1 narine;
  • augmenter la quantité de sécrétions muqueuses;
  • changer la densité du secret.

Il existe également une autre symptomatologie non spécifique, indiquant une violation des processus d'approvisionnement en sang:

  • maux de tête fréquents;
  • sensation d'engourdissement dans la colonne cervicale;
  • crunch caractéristique qui se produit lorsque vous tournez la tête.

Dans la plupart des cas, les patients se plaignent de la détérioration de l'état général. Ils s'inquiètent de la douleur intense qui serre ou qui dure.

La maladie est causée par un affaiblissement du tonus vasculaire de la muqueuse nasale. À l'état normal, ils sont constamment en hypertonie, ce qui assure leur activité normale. Dès que le tonus est réduit, il se produit certains changements dans la structure de la membrane muqueuse.

Les symptômes peuvent augmenter avec des situations de stress grave, des chocs émotionnels. Après cela, les signes de rhinite augmentent, un nez qui coule fort, une congestion nasale apparaît. Initialement, il est présent dans 1 narine, mais passe progressivement à une autre, une insuffisance respiratoire se produit.

Faire un diagnostic

Le diagnostic de la maladie se résume à: interroger le patient, prendre ses antécédents et effectuer certaines procédures de diagnostic.

Si des signes caractéristiques apparaissent, la personne devra contacter l’otolaryngologue. Si nécessaire, le médecin référera le patient à un neurologue.

En principe, le diagnostic d'un spécialiste ne provoquera pas de diagnostic, mais si nécessaire, le patient peut se voir attribuer un certain nombre de procédures de diagnostic spécifiques:

  1. Radiographie du crâne (partie antérieure).
  2. SKT de la partie faciale du crâne (nommé en cas de suspicion de polypes).

Dans la plupart des cas, l'examen habituel par un oto-rhino-laryngologiste est suffisant, avec un secret des sinus pour l'analyse.

Traitement

La thérapie est complexe, elle comprend:

  1. Élimination de la cause première de la maladie (caractère neurologique ou endocrinien).
  2. Élimination des symptômes désagréables (nez qui coule, traitement de la congestion nasale).

Si la cause fondamentale n'est pas éliminée, l'utilisation de médicaments vasoconstricteurs n'aura aucun effet. En outre, avec le temps, la personne développera une dépendance, auquel cas l'œdème muqueux sera régulier et devra être traité par d'autres méthodes.

Dans la vidéo - comment est le traitement:

Comment se déroule la physiothérapie?

  • électrophorèse sur la colonne cervicale;
  • thérapie magnétique sur la zone nasale et le nez;
  • traitement au laser.

La physiothérapie est perçue comme un complément au médicament principal, qui comprend:

  1. Prendre des médicaments vasodilatateurs (améliore le flux sanguin vers le tissu cérébral).
  2. Les médicaments, normalisant l'état de la muqueuse nasale.

Les gouttes nasales vasoconstricteurs moins utilisées, elles aident si le gonflement est prononcé et empêchent une personne de respirer. Au stade initial du développement de la maladie, cette thérapie se caractérise par une efficacité relative.

L'utilisation de telles gouttes aidera à traiter l'œdème et l'écoulement nasal, mais l'effet du traitement ne durera pas longtemps, car les agents ne peuvent pas influencer la cause première de la maladie.

Le traitement est à long terme, mais avec la bonne approche, il aidera à faire face non seulement à la rhinite, mais également à une insuffisance de l'apport sanguin.

Des complications

En l'absence de traitement adéquat, la maladie entraîne certaines complications désagréables:

Forme compliquée, après la sinusite

Mais le plus souvent, des modifications des membranes muqueuses conduisent à la formation de polypes ou de peignes dans les sinus. Ils bloquent le passage nasal, perturbant le processus de respiration.

Les polypes nécessitent une intervention chirurgicale, ils sont enlevés de différentes manières. En ce qui concerne la sinusite, un autre traitement est appliqué. À l’aide d’outils spéciaux, effectuez la ponction du sinus maxillaire, ce qui ne permet pas toujours d’obtenir le résultat souhaité.

La raison en est que le secret est trop épais et ne peut pas sortir seul du sinus maxillaire.

La rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative est une maladie spécifique, dont le traitement présente certaines caractéristiques. Afin de faire face aux signes de la maladie, il est nécessaire non seulement d'utiliser des gouttes, mais également de traiter la cause première du processus pathologique, qui est souvent de nature neurologique. Ce n’est que dans ce cas qu’il sera possible d’obtenir le résultat souhaité et d’éliminer en permanence le rhume et la congestion nasale.

Rhinite neurovégétative

La rhinite neurovégétative est une affection caractérisée par un gonflement de la muqueuse nasale et une congestion nasale. On appelle habituellement rhinite nez qui coule, c'est-à-dire une inflammation du mucus. Mais la rhinite neuro-végétative apparaît en médecine sous le terme "faux", car les muqueuses du nez atteintes de cette maladie ne sont pas enflammées.

Une telle pathologie fait référence à une variété vasomotrice du rhume, ne contient aucun composant infectieux, ne dépend pas de la saison et du climat, des plantes à fleurs ou de la présence d'autres allergènes.

Qu'advient-il d'une personne souffrant de cette maladie? Quelles sont les causes de la "fausse allergie"? Comment traiter la rhinite vasomotrice neuro-végétative?

Nous allons essayer de trouver des réponses à toutes ces questions.

Rhinite neurovégétative - présentation générale

Les troubles vasomoteurs provoquant l'écoulement nasal peuvent avoir une nature d'origine différente. En fonction de cela, les types de rhinite allergique, neuro-végétative et hormonale sont isolés.

Dans la forme de rhinite neurovégétative, des lésions de la muqueuse nasale surviennent en raison d'une dysrégulation du tonus vasculaire. Les membranes internes de la cavité nasale deviennent enflées, une congestion nasale est observée (généralement alternativement, puis d'une part, puis de l'autre).

Selon le déroulement des processus dégénératifs, sécrète une rhinite vasomotrice aiguë, subaiguë et chronique d'étiologie neuro-végétative.

En fait, cet état de la muqueuse n’est pas une maladie, mais appartient à la liste des signes de maladies endocriniennes, de dystonie vasculaire ou de troubles du système nerveux central.

Le tableau clinique peut varier en sévérité et type de sévérité. En ce qui concerne ce dernier, il existe deux types de rhinite neuro-végétative:

  • Rhinite sèche (sans écoulement nasal)
  • Rhinorrhea (hypersecretion du nez, dans lequel une quantité accrue de mucus est sécrétée)

De telles formes peuvent alterner, se manifester avec une fréquence différente. La principale caractéristique de la fausse rhinite est la difficulté à respirer par le nez.

Comment ça se passe?

Dans la physiologie normale du nez due à la circulation sanguine dans les canaux vasculaires, la concha est rétrécie et élargie, contrôlant le flux d'air inhalé. Les violations du tonus vasculaire conduisent au fait que le soi-disant cycle nasal est perdu, il devient plus court ou plus long. L'écoulement de sang faiblit, il s'accumule trop dans les tissus mous de la cavité nasale et, par conséquent, la membrane muqueuse se gonfle.

En raison de ces processus pathologiques, la performance des structures nasales diminue: humidification, filtration, réchauffement de l'air sont incomplets, la sécrétion du nez est perturbée et les voies nasales sont obstruées.

Pourquoi est-ce que cela se passe?

Le système nerveux végétatif est responsable de la régulation du tonus des vaisseaux sanguins, ainsi que du travail stable de tout l'organisme. Ce département du système nerveux central n'est pas sujet à la conscience et est considéré comme autonome. L'activité et l'état des fibres nerveuses sont extrêmement difficiles à suivre et à surveiller. Les violations du système neurovégétatif ne sont toujours pas bien comprises. Par exemple, certains spécialistes ne reconnaissent même pas la maladie comme une dystonie vasculaire.

D'une manière ou d'une autre, si le rétrécissement et la dilatation des vaisseaux ne se produisent pas complètement, cela pose de nombreux problèmes. Plusieurs facteurs peuvent conduire à un dysfonctionnement du système nerveux autonome:

  • Hérédité (le tonus vasculaire est le plus souvent perturbé chez ceux dont les proches ont des problèmes similaires)
  • Formes sévères de grippe (l'intoxication du corps provoque parfois des modifications physiologiques du système nerveux central)
  • Troubles endocriniens
  • L'utilisation de médicaments nasaux et d'autres médicaments qui affectent le tonus vasculaire
  • Mauvaise qualité de vie

Je voudrais accorder une attention particulière à cette dernière circonstance et déchiffrer cette définition plus précisément. Bien sûr, chacun de nous sait ce qu'est un mode de vie correct, mais il est rarement utilisé dans la pratique. Le faible niveau d'existence n'est pas la pauvreté (morale ou matérielle). Ce sont les mauvaises habitudes, la malnutrition, l’absence de régime, le faible degré de mobilité, le manque d’air frais. Le rythme moderne dicte ses propres règles, beaucoup n’ont tout simplement pas le temps de se détendre, de manger normalement, de reconstituer leurs réserves d’énergie. Mais en même temps passé la masse de cellules nerveuses. Et l'expression «toutes les maladies d'origine nerveuse» convient parfaitement pour expliquer les causes du développement de troubles neuro-végétatifs.

Les aliments nocifs et une alimentation irrégulière ont un effet négatif sur le métabolisme, conduisant au béribéri. Le travail sédentaire implique des processus stagnants, le manque d'oxygène, l'affaiblissement général du corps. Le stress constant provoque des exacerbations de maladies chroniques, diminue l'immunité, augmente l'anxiété, l'irritabilité. Et tout cela dans un complexe se reflète dans l'activité vasculaire.

L'équilibre mental est une chose très fragile. L'un des signes de la dystonie vasculaire est l'excitabilité excessive, des pensées obsessionnelles sur leur propre état. Une personne écoute ses sentiments, attend des signaux alarmants et, les recevant, elle est encore plus nerveuse, ce qui stimule l’apparition de nouveaux problèmes.

La rhinite vasomotrice neurovégétative survient à la suite de perturbations des mécanismes nerveux et la réaction hyperergique de la muqueuse nasale se développe sous l'effet des stimuli les plus simples. Que comprend la liste des agents pathogènes?

  • Forte odeurs
  • Assaisonnements
  • Plats chauds ou boissons
  • Alcool
  • Tabac (tabagisme actif et passif)
  • Air froid
  • Stress physique, émotionnel et mental
  • Changement climatique
  • Rester au soleil
  • Les rhumes

La formation de polypes, de crêtes, de pics dans le nez et le déplacement de la cloison nasale (congénitale ou due à une blessure) sont une autre raison clé de l'apparition d'une affection similaire dans la cavité nasale.

Signes de rhinite autonome

La caractéristique susmentionnée définissant la rhinite neuro-négative, la congestion nasale, entraîne l'apparition de signes accompagnant l'état pathologique de la membrane muqueuse. Dans certains cas, il s’agit d’une formation accrue de mucus nasal épais. En d'autres termes, le nez qui coule d'habitude. Les autres symptômes incluent:

  • Maux de tête constants (migraines)
  • Pression artérielle basse
  • Pouls faible
  • Détérioration de l'odorat
  • Démangeaisons dans la cavité nasale (provoquant souvent des éternuements)
  • Température corporelle inférieure à la normale
  • Doigts et orteils froids
  • Trouble du rythme cardiaque
  • Transpiration excessive
  • Excitabilité excessive

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de "rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative" est établi en tenant compte de la présence des symptômes susmentionnés, c'est-à-dire des principaux signes de troubles du système nerveux autonome. De plus, les diagnostics instrumentaux sont effectués avec l'aide d'un oto-rhino-laryngologiste. La rhinoscopie - examen des espaces internes du nez - vous permet de définir les paramètres suivants inhérents à cette pathologie:

  • pâleur des muqueuses,
  • surface cyanotique (totale ou partielle) des tissus
  • excroissances (polypes)

Des tests de laboratoire sont effectués pour déterminer la nature exacte de l'origine de la rhinite. Afin d'éliminer les composants viraux et bactériens, le bacposev est prélevé dans le nez. Il est également nécessaire d'effectuer des tests d'allergie. Ils consistent en l'administration d'allergènes par voie sous-cutanée et l'identification de la réaction locale du corps. Dans le même but, un test sanguin général et biochimique est utilisé.

Il peut être nécessaire d’ajouter la conclusion d’un neurologue, d’un immunologiste et d’un endocrinologue aux résultats de ces examens.

Des complications

Avec cette forme de rhinite vasomotrice, il existe un risque d'inflammation des sinus nasaux et paranasaux. En raison d'une ventilation altérée et d'une hypersécrétion du nez, les sinus sont obstrués par du mucus, ce qui entraîne l'apparition d'une sinusite et d'une sinusite. Les complications possibles incluent également:

  • L'otite
  • Polyproduction
  • Atrophie et hypertrophie de la muqueuse nasale
  • Apnée du sommeil
  • Aggravation de problèmes neurologiques dus au manque de sommeil, au manque d'oxygène, à un inconfort permanent
  • Affaiblissement de l'immunité générale

Traitement

Le traitement de la rhinite autonome dépend de la gravité de l'état du patient. Dans certains cas, il suffit d'exclure les facteurs provocateurs, d'éviter l'hypothermie et les situations stressantes. Une dégénérescence grave de la muqueuse nécessite une approche plus approfondie. La lutte intentionnelle contre une telle lésion devrait comprendre un ensemble de méthodes non médicamenteuses et un traitement médicamenteux.

Traitement médicamenteux

En tant que traitement médicamenteux, les procédures suivantes sont généralement prescrites pour la forme neurovegative du rhume:

  • Lavage avec des solutions salines de la cavité nasale (grâce à leur effet, la muqueuse se calme, les gouttes gonflées, les voies nasales sont nettoyées)
  • Utilisation de sprays nasaux ou de gouttes à effet vasoconstricteur (avec prudence, uniquement sur prescription d'un médecin, afin de ne pas provoquer une dépendance)
  • Utilisation de corticostéroïdes
  • Médicaments antihistaminiques
  • Prendre des sédatifs
  • Blocus novocainique (introduction d'une solution de novocaïne à 1% dans le cornet inférieur)
  • Administration intraravine de mélanges sclérosants

Méthodes sans drogue

L'objectif principal ici est la restauration progressive de la stabilité émotionnelle et le renforcement de l'immunité du patient. Comme les lésions de la muqueuse nasale se produisent dans ces cas sur les nerfs, les experts conseillent vivement d'éviter les situations stressantes, de clarifier les relations, de minimiser l'impact négatif des programmes télévisés et des jeux informatiques agressifs, et d'améliorer les conditions de travail.

Le patient doit maintenir un mode de vie sain, abandonner ses mauvaises habitudes, procéder à une modération progressive et douce, établir une activité physique modérée.

En outre, les experts ont recommandé:

  • Recevoir des médicaments fortifiants, des multivitamines et des biostimulants
  • Acupuncture
  • Massage des fosses nasales
  • Massage thérapeutique général
  • Natation
  • Électrophorèse nasale
  • Exposition aux UV
  • Bains de soleil
  • Physiothérapie
  • Longues promenades au grand air

Opérations

Dans le cas où les méthodes de traitement conservateur n'apportent pas de résultats visibles et qu'il n'y a pas de dynamique positive, des interventions chirurgicales sont prescrites. Les examens préalables nécessaires sont effectués en tenant compte de l'état général du patient, du degré de lésions muqueuses, de la présence de maladies chroniques. En fonction de ces facteurs, une procédure chirurgicale spécifique est sélectionnée.

L'objectif principal de ces opérations est d'éliminer l'excès de tissu (avec la forme hypertrophique de la maladie), de stimuler les membranes muqueuses (avec sous-trophrophie). Les principales méthodes chirurgicales de restauration de la respiration nasale comprennent:

  • Galvanoplastie (méthode obsolète)
  • Vasotomie sous-muqueuse
  • Radioélectrocoagulation intraracine
  • Désintégration par ultrasons
  • Photodestruction laser

L'utilisation de la technologie laser est actuellement considérée comme l'intervention invasive la plus efficace, sûre et sans douleur.

Cependant, les techniques les plus innovantes n'excluent pas le risque de complications et de conséquences indésirables. Toute opération est un stress énorme pour le corps, vous devriez donc essayer de l'éviter de toutes vos forces.

Les mesures préventives bien connues sont particulièrement pertinentes dans les troubles neuro-végétatifs. Ne négligez pas les règles de la nutrition et un mode de vie sain. En cas d'anomalie congénitale de la structure ou de traumatisme du nez, il est nécessaire de procéder à la correction des heures supplémentaires, d'éliminer les polypes afin de ne pas déclencher les processus dégénératifs.

Aussi pour la prévention de la fausse rhinite est conseillé:

  • Examiné régulièrement par des spécialistes (neurologue, immunologiste, endocrinologue, ORL, allergologue)
  • Utiliser des agents nasaux à effet vasoconstricteur exclusivement sous la surveillance d'un médecin
  • Faire du sport (le choix du type d'exercice et du niveau de charge doit être approuvé par les médecins)
  • Traiter ou au moins atténuer les symptômes des troubles somatiques.
  • Évitez de travailler dans des emplois dangereux et dans des activités où il existe un risque accru et des situations stressantes constantes.

Prenez soin de votre santé et renforcez-la, ainsi que votre nez, vos nerfs, vos vaisseaux sanguins et tout le reste.

Quelle est la rhinite autonome

La rhinite neurovégétative n'a pas d'origine virale et peut survenir quelle que soit la saison. De plus, les patients ne réagissent pas à certains allergènes. Les médecins appellent ce type de rhinite une fausse rhinite, car elle se caractérise par l'absence de processus inflammatoire dans la muqueuse nasale. Cette maladie est une conséquence de la névrose autonome générale. Les symptômes, le traitement et les causes sont donc étroitement liés.

Symptômes de rhinite neuro-végétative et complications possibles

Le symptôme le plus important de la rhinite vasomotrice de la forme autonome est une congestion nasale constante, aggravée en position couchée. Le nez qui coule de ce type peut perturber le fonctionnement normal du nez.

Les rhinorrhées sont généralement accompagnées d'éternuements fréquents et se produisent soudainement plusieurs fois par jour. Dans la plupart des cas, la congestion augmente la nuit, en particulier du côté où la personne dort.

La rhinite neurovégétative se caractérise par la manifestation des symptômes suivants:

  • nombreuses décharges;
  • sensations douloureuses à l'intérieur du nez;
  • nez qui pique;
  • éternuements fréquents;
  • faiblesse générale;
  • augmentation de la fatigue corporelle;
  • rougeur des paupières et larmoiement;
  • mal de tête;
  • violation de la circulation cérébrale;
  • aggravation du sommeil;
  • perte de mémoire;
  • manque d'appétit;
  • distraction et inattention;
  • essoufflement et lourdeur dans les poumons lors de la respiration.

En l'absence de traitement opportun, la forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice peut déclencher l'apparition de nombreuses complications, par exemple:

  • la formation de polypes à l'intérieur du nez qui, avec le temps, bloquent complètement le passage nasal;
  • le développement d'une nature chronique de la sinusite qui provoque un gonflement autour des yeux et une douleur dans la région frontale;
  • otite moyenne (dans les formes les plus sévères, elle peut affluer dans l'inflammation du cortex cérébral);
  • accumulation de pus dans les sinus maxillaires, ce qui conduit à l'apparition de la sinusite.

Les causes de la maladie

L’état de l’environnement, le domaine de l’activité humaine, la présence de diverses maladies de nature chronique ou aiguë peuvent déclencher l’apparition de diverses pathologies, y compris des types complexes de rhinite.

Une rhinite vasomotrice neurovégétative peut survenir sous l’influence des facteurs suivants:

  • la présence de molécules d'irritants chimiques dans le flux d'air inhalé (déodorant, parfum, assainisseur d'air);
  • inhalation fréquente d'air pollué par les gaz d'échappement, la fumée;
  • grandes quantités de poussière dans l'air;
  • contact fréquent avec des animaux domestiques;
  • l'affaiblissement de la fonction immunitaire du corps sous l'action du rhume, des maladies virales et infectieuses;
  • dysfonctionnement du système nerveux;
  • séjour fréquent dans des situations stressantes;
  • instabilité émotionnelle.

Une réaction allergique à la nourriture peut entraîner le développement d'une rhinite de cette nature. Dans ce cas, il est important de limiter la consommation de chocolat, d'agrumes, ainsi que de certains types de viande et de poisson. En outre, il est nécessaire de se débarrasser des oreillers et des couvertures sur la base de duvet et de plumes pour donner la préférence aux détergents hypoallergéniques et aux produits de nettoyage. Il est recommandé de procéder à une analyse de l'identification des allergènes, en particulier chez les jeunes enfants.

Dans certains cas, une rhinite médicale peut se développer. Cette pathologie est un processus inflammatoire chronique de la membrane muqueuse du nez, provoqué par l'utilisation prolongée et incontrôlée de médicaments vasoconstricteurs sous forme de gouttes. Dans ce cas, le corps réagit de manière caractéristique au médicament bch. Il en résulte une rhinite, indépendante des bactéries pathogènes, qui peut ensuite entraîner une perte complète ou partielle de la sensibilité à un certain type de gouttes nasales.

Les scientifiques ont prouvé qu'en cas d'utilisation régulière de gouttes nasales à effet vasoconstricteur (y compris une rhinite neuro-végétative de nature vasomotrice), le nez qui coule peut prendre une forme organique, ce qui entraîne des modifications irréversibles de la structure des tissus des voies nasales. En conséquence, la rhinite devient hypertrophique.

Diagnostic et traitement de la rhinite neurovégétative

Pour diagnostiquer la forme autonome de rhinite, le médecin examine les plaintes du patient et procède à un examen général.

Le traitement de cette maladie est effectué par des oto-rhino-laryngologistes, des neurologues, des immunologistes et des allergologues, qui étudient chacun leur propre aspect de la question. La normalisation de l'état du système nerveux humain est au cœur du traitement de la pathologie. À cette fin, des médicaments à effet sédatif sont utilisés. En outre, il est nécessaire d’accorder une attention particulière aux techniques de restauration, telles que le durcissement, le maintien d’un style de vie actif, une alimentation adéquate, des promenades en plein air, la prise de complexes vitaminiques et des moyens d’améliorer le système immunitaire.

Lors du traitement de la rhinite neuro-végétative, les mesures thérapeutiques suivantes doivent être prescrites:

  • utilisation à court terme de gouttes nasales vasoconstricteurs (pour éliminer la congestion nasale et l'écoulement nasal);
  • effet de réflexe local sur la muqueuse nasale;
  • électrophorèse interne avec une solution de novocaïne à 1%;
  • utilisation du collier galvanique selon Scherbak avec du calcium;
  • administration intramuqueuse de corticostéroïdes;
  • thérapie magnétique.

Ces méthodes sont conservatrices. Si elles échouent, des traitements chirurgicaux peuvent être prescrits. Ainsi, en cas de détection d'une courbure de la cloison nasale, une intervention chirurgicale est tout d'abord effectuée pour la corriger. Dans certains cas, une conchotomie peut être nécessaire. Cette procédure est une élimination complète ou partielle de la muqueuse nasale, ce qui conduit à la restauration de la capacité respiratoire.

De nos jours, la galvanocaustique est assez largement utilisée. Cette opération consiste en un cautérisation et une séparation des cavités nasales à l'aide d'un fil de platine chauffé au moyen d'un courant galvanique. Dans ce cas, un nez mince cauter est introduit dans la cavité nasale et fermement appuyé contre la zone touchée, après quoi le courant est activé.

La vasotomie est un autre moyen efficace de traiter la rhinite neuro-végétative. Cette procédure est réalisée sous anesthésie locale. En même temps, ils effectuent l'intersection des vaisseaux sanguins les plus minces à travers lesquels les plexus caverneux sont remplis de sang.

Un moyen efficace de se débarrasser de la méthode de traitement au laser de la rhinite neurovégétative. En raison de son indolence et de sa petite période de récupération, cette méthode est très populaire.

Toutes ces méthodes de traitement de cette pathologie reposent sur un principe thérapeutique similaire, puisqu'elles sont basées sur la destruction de petits vaisseaux sanguins, par détachement partiel ou complet de la muqueuse nasale. Cependant, les rechutes se produisent assez souvent, car les petits vaisseaux et les nerfs périphériques sont capables de récupérer, il est donc très important de traiter la maladie aux premiers stades de développement.

Les médecins pensent que la rhinite neurovégétative peut être prévenue: pour ce faire, vous devez surveiller votre santé en permanence, administrer un traitement en temps voulu pour toutes les maladies et mener une vie saine.

Rhinite neurovégétative

Il peut apparaître à n’importe quel moment de l’année et n’a pas d’étiologie virale. Les patients ne détectent ni ne réagissent à aucun allergène spécifique. Les scientifiques oto-rhino-laryngologistes appellent ce nez qui coule «fausse rhinite», car il ne provoque pas d'inflammation de la muqueuse nasale et est une manifestation d'une névrose végétative générale.

Variété de rhinite

Toute rhinite peut être divisée en infectieuse et non infectieuse, qui sont divisées en aiguë et chronique. La rhinopathologie vasomotrice chronique peut être allergique et neuro-végétative. La rhinite vasomotrice est une expansion des vaisseaux sanguins dans la cavité des conchas nasaux inférieurs, provoquant un gonflement et une congestion nasale. Le plus souvent, ce type de rhinite se développe chez les personnes atteintes de dystonie végétative-vasculaire et d'hypotension artérielle.

Facteurs provocants

Parmi les causes de la rhinite vasomotrice de la forme autonome figurent des facteurs externes tels que la pollution de l'air, la poussière, des substances caustiques et les courbures de contact des septums nasaux. De plus, les dysfonctionnements neuro-végétatifs provoqués par le stress, le surmenage et la névrose, et parfois les maladies endocriniennes du corps, ont un effet décisif sur la survenue de cette maladie.

Tests de diagnostic et symptômes

Le diagnostic de la rhinite vasomotrice comprend l'analyse des plaintes et une inspection générale. Les symptômes suivants de la rhinite neuro-végétative peuvent être distingués:

  • congestion nasale périodique ou constante,
  • écoulement muqueux nasal
  • démangeaisons et sensation de pression dans le nez,
  • éternuer
  • mal de tête

Les crises de rhinorrhée s'accompagnent d'éternuements et apparaissent soudainement plusieurs fois par jour. Plus souvent la nuit, la congestion augmente, notamment du côté de la cavité nasale sur laquelle une personne dort.

Ce fait est également la pâte associée au travail du système nerveux la nuit. Les scientifiques soutiennent que, lorsqu'un stade fonctionnel prolongé de la forme autonome et l'utilisation constante d'agents vasoconstricteurs, le nez qui coule passe dans un stade organique lorsque des changements structurels irréversibles se produisent dans les tissus nasaux. Dans ce cas, la rhinite devient hypertrophique.

Photo: Étiologie et symptômes de la rhinite neurovégétative

Traitement de la rhinite vasomotrice neurovégétative

Ce problème est étudié par des oto-rhino-laryngologistes, des immunologistes, des neurologues et des allergologues, en essayant de proposer leurs propres solutions. Tout d'abord, le traitement de la rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative consiste à réduire la tension du système nerveux, à savoir: prendre des sédatifs. Les médecins conseillent de se concentrer sur le renforcement et le raffermissement du corps, de faire du sport en plein air et de prendre des médicaments fortifiants.

En outre, on prescrit au patient les procédures suivantes:

  • utilisation d'agents vasoconstricteurs au cours d'un traitement court pour soulager les symptômes et la congestion nasale,
  • effet de réflexe local sur la muqueuse nasale,
  • acupuncture
  • électrophorèse endonasale utilisant 1% de novocaïne,
  • utilisation d'un collier galvanique selon Scherbak avec du calcium,
  • administration intramuqueuse de corticostéroïdes,
  • cautérisation des extrémités antérieures des coquilles moyenne et inférieure avec une solution de nitrate d'argent,
  • thérapie magnétique.

Ceci est une liste de méthodes conservatrices de traitement de la rhinite vasomotrice neuro-végétative, mais dans certains cas, il est nécessaire d'utiliser des méthodes chirurgicales. Par exemple, lorsqu'il y a une courbure du septum nasal, l'opération de correction est d'abord effectuée. De plus, dans certains cas, une conchotomie est réalisée lorsque la muqueuse nasale est partiellement et complètement retirée, ce qui permet de rétablir la respiration nasale.

Intervention chirurgicale

Jusqu'à présent, la cautérisation et la séparation des tissus de la conque nasale à l'aide de fil de platine, chauffé par courant de galvanoplastie, sont largement utilisées. Cette opération s'appelle la galvanoplastie. Un mince cautère nasal est introduit dans la cavité nasale et un courant est activé, le plaçant contre la zone hypertrophiée.

La vasotomie est un autre type de chirurgie de la rhinite vasomotrice. Pendant l'opération sous anesthésie locale, des vaisseaux sanguins minces se croisent, à travers lesquels les plexus caverneux se remplissent de sang. La chirurgie au laser occupe également une place d'honneur dans la lutte contre cette maladie.

Toutes les méthodes de traitement chirurgical sont approximativement similaires et reposent sur le fait que lorsque la muqueuse nasale est détachée de l'os de la coque inférieure, les fibres nerveuses et les petits vaisseaux sont détruits. Cependant, il existe des cas de réensemencement, car les petits vaisseaux et les nerfs périphériques peuvent être régénérés.

Recommandations utiles

Comme mentionné ci-dessus, une attention particulière doit être portée au traitement de la rhinite vasomotrice de la forme autonome pour la restauration du système nerveux. Les psychologues examinent la psychosomatique du rhume à la tête en termes d’état émotionnel et mental d’une personne. Ils exhortent à ne pas se précipiter pour consommer de la drogue, mais d'abord à gérer leurs pensées, leur humeur et leur attitude à l'égard du monde.

Les personnes humiliées, offensées et déçues ont souvent le nez qui coule, contrairement aux personnes confiantes qui ont une attitude positive. Le lien entre la névrose autonome et de nombreuses maladies est évident, la cause principale étant l'excitabilité et la labilité accrues du système nerveux autonome.

Toutes sortes de facteurs émotionnels excitent le système nerveux, ce qui entraîne des modifications du système endocrinien et du travail des organes internes, y compris du travail du système respiratoire. Inversement, avec un œdème, la cavité nasale se rétrécit, la circulation sanguine dans le cerveau est perturbée et la ventilation des poumons se détériore. En conséquence, la rhinite provoque des troubles du système nerveux.

Afin de prévenir la rhinite vasomotrice neuro-végétative, toute inflammation du nasopharynx doit être traitée rapidement, le corps renforcé, durci et, bien entendu, vivre dans un état positif pour l'avenir.

Forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice

La forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice est une maladie résultant de troubles des processus nerveux qui affectent la physiologie naturelle du nez. La pathologie conduit à une réaction muqueuse hyperergique aux stimuli normaux. Les allergènes dans ce cas ne sont pas des facteurs provoquant un état anormal. Le développement de la maladie peut être associé à des modifications fonctionnelles et organiques de la NA et de l'hypothalamus. Les troubles endocriniens sont un certain danger. Si le patient développe une forme neuro-végétative, la rhinite vasomotrice se manifeste par des symptômes similaires à la rhinite allergique.

Symptômes de la rhinite

La maladie se caractérise par une congestion nasale épisodique ou régulière. Autres signes de pathologie:

  • écoulement aqueux;
  • mal de tête;
  • sensation de pression dans la cavité nasale;
  • respiration nasale problématique.

Des attaques de sécrétions muqueuses sont souvent observées immédiatement après le réveil ou à plusieurs reprises pendant la journée. Accompagné par des éternuements, des démangeaisons dans le nez. Habituellement, la fréquence des attaques est jusqu'à 10 fois. La nuit, le nez est bouché, car le système nerveux parasympathique est amélioré. La congestion est nettement plus intense dans la partie du nez sur laquelle repose le patient. Dans l'autre moitié, le symptôme disparaît progressivement. Ces processus sont associés à la faiblesse des vasoconstricteurs.

Si la rhinite vasomotrice est trouvée chez un patient et que la forme neuro-végétative n'est pas traitée pendant une longue période, la pathologie se transforme de organique à organique. Il y a un processus hypertrophique, le tissu conjonctif se développe. Très souvent, l'utilisation à long terme de décongestionnants entraîne de telles conséquences.

Aide à la rhinite vaso-motrice neurovasculaire

La rhinite vasomotrice neurovégétative fait référence aux maladies chroniques de la cavité nasale. D'après son nom, les causes de la maladie sont des troubles de la régulation nerveuse de la membrane muqueuse. Manifesté par une détérioration de la respiration et un écoulement séreux du nez. Vu de la concha, aucun changement inflammatoire caractéristique n'est observé. L'utilisation de médicaments vasoconstricteurs pour guérir n'est pas nécessaire, mais nécessite principalement des effets sur le système nerveux.

Rhinite vasomotrice neurovégétative

Classification

L'adoption de la classification finale de la rhinite chronique n'est pas complètement terminée. Une variété d'étiologie, de pathogenèse et de changements morphologiques rendent cette tâche plus difficile. La rhinite vasomotrice ne fuit pas avec des signes d'inflammation de la membrane muqueuse et est de nature fonctionnelle. Il existe deux formes de la maladie:

  1. rhinite neuro-végétative vasomotrice.
  2. Rhinite allergique vasomotrice.

V.I. Voyachek a distingué ces maladies dans le groupe «fausse rhinite». Ils ne s'accompagnent pas de la destruction de complexes cellulaires de la membrane muqueuse, de l'accumulation d'exsudat purulent. L'influence principale sur le développement de la rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative est réalisée par le trouble de la régulation nerveuse. Dans le même temps, le réseau vasculaire de la membrane muqueuse se dilate et contribue à l'œdème tissulaire et à la détérioration respiratoire. Des signes de dystonie neurocirculatoire, d'hypotension et de bradycardie sont souvent observés chez ces patients.

Causes de la rhinite autonome

La rhinite vasomotrice de la forme neuro-végétative se manifeste dans le contexte de troubles du système nerveux. Le centre de la régulation nerveuse de la paroi vasculaire et de la muqueuse nasale est situé dans l'hypothalamus. Le stress, le surmenage et l'hypotension affectent l'hypothalamus et, en réponse, il est difficile de respirer. Causes du développement de la rhinite neurovégétative:

  • troubles fonctionnels du cerveau: névrose, dystonie neurocirculatoire, dystonie végéto-vasculaire;
  • maladies de la thyroïde: hypothyroïdie, thyroïdite auto-immune;
  • recevoir des médicaments vasoconstricteurs en gouttes: galazoline, otrivine, rinonorm, etc.
  • contact constant avec la poussière au travail et à la maison;
  • courbure du septum nasal, des polypes et des crêtes de la conque;
  • rester constant dans l'air froid.

La principale raison de l'apparition des symptômes de la maladie est la réaction des vaisseaux au stimulus. Ils se dilatent, épaississent la paroi de la membrane muqueuse, perturbant la microcirculation du sang. Les cellules réagissent par une sécrétion active de mucus, le volume de la concha diminue. Cette image est observée plus souvent dans une moitié du nez, peut facilement aller de l'autre côté.

Symptômes de la forme neuro-végétative

Le tableau clinique de chaque forme de rhinite vasomotrice est similaire. La forme neuro-végétative se manifeste par des sécrétions nasales abondantes, des accès d'éternuement, des difficultés respiratoires nasales, une sensation de brûlure et une maigreur. Une caractéristique particulière est la nature périodique des symptômes. Ils apparaissent tôt le matin après le sommeil, ce qui indique une perturbation du système nerveux autonome. Une exposition prolongée au froid, au surmenage, au stress émotionnel accroît la manifestation des symptômes.

Au début, les patients se plaignent de congestion dans une moitié du nez. Dans le même temps, la respiration libre de l'autre moitié est maintenue. Cette condition peut changer pour permettre une récupération complète, mais les symptômes apparaîtront avec un changement de la position de la tête, avec des contraintes statiques prolongées. Ces symptômes surviennent chez les personnes souffrant de dystonie, d'hypotension et de névrose neurocirculatoires. Dans ce cas, la rhinite vasomotrice est traitée par un neurologue.

La saisonnalité de la rhinite neurovégétative est inhabituelle. Les symptômes apparaissent à tout moment de l’année, contrairement à la rhinite allergique, lorsque le nez qui coule et la congestion nasale se produisent lorsque les plantes fleurissent au printemps ou en été. L'influence continue des facteurs pathologiques conduit à la manifestation constante de symptômes et à l'hypertrophie de la membrane muqueuse. Le résultat d'un tel traitement est la formation de polypes dans la cavité nasale, qui nécessite un traitement chirurgical.

Diagnostic de la maladie

Les plaintes de congestion nasale et d'écoulement nasal sont très courantes chez les personnes en bonne santé. Ces symptômes ne font attention que lorsqu'ils interfèrent sérieusement avec le sommeil et le travail. Tout d'abord, avec de tels problèmes, vous devez contacter un oto-rhino-laryngologiste. Le médecin effectuera les examens suivants:

  1. rhinoscopie antérieure. Avec cette méthode, le médecin ORL examine la cavité nasale des deux côtés et évalue l'anatomie. Lorsque la forme végétative dilate les vaisseaux de la conque nasale inférieure, le contenu de mucus transparent, l'oedème de la membrane muqueuse augmente.
  2. L'analyse du mucus nasal est réalisée en grattant avec un coton-tige dans la cavité du cornet. Le matériau est examiné au microscope. En faveur de la rhinite neuro-végétative, le rapport normal des neutrophiles et des éosinophiles - 1:10, l'absence de mastocytes.
  3. La rhinomanométrie aide à déterminer le volume d'air lors d'une inspiration et d'une expiration à l'aide d'un appareil spécial. La méthode est appliquée avant et après le traitement. Un gonflement de la membrane muqueuse des muqueuses nasales peut gêner la respiration nasale, alors que le volume d'air inhalé est réduit à 40% du côté sain.
  4. Une radiographie du crâne facial est réalisée pour déterminer la courbure de la cloison nasale, l'accumulation de liquide dans les sinus paranasaux, la suspicion de corps étrangers.
  5. Le SKT du crâne facial est effectué dans des cas exceptionnels. En cas de suspicion de polypes de la cavité nasale, de tumeurs malignes, d'effets résiduels post-traumatiques.

Un test sanguin général et une consultation de neurologue peuvent être ajoutés aux mesures de diagnostic. Les résultats de l'analyse présentent parfois une éosinophilie caractéristique de la rhinite allergique. Les patients ayant établi une forme de rhinite neurovégétative sont examinés par un neuropathologiste. Étant donné que les manifestations de la maladie sont associées à la labilité du système nerveux, le TRI ou la dystonie neurocirculatoire.

Traitement

La tâche principale du traitement de la forme neuro-végétative de la rhinite vasomotrice consiste à éliminer les facteurs provoquants. Ils ont souvent une nature réflexe et sont associés au système nerveux. Normalisation de la journée de travail, sommeil sain et sain, limitation des situations stressantes, exercices matinaux pour réduire la fatigue, renforcer le tonus du système nerveux autonome. Ce complexe affecte le travail du cerveau et, en conséquence, régule la respiration nasale.

Dans les crises aiguës de rhinite vasomotrice et de forte détérioration de la respiration nasale, les alpha-adrénomimétiques sont utilisés par voie topique. Ces médicaments contractent fortement les vaisseaux sanguins, réduisent le gonflement de la membrane muqueuse et la sécrétion d'exsudat muqueux. Parmi ceux-ci, les plus efficaces sont les sprays et les gouttes de galazoline, pour transporter l'otrivine, la nazivine et le lazolvan. Dans la phase aiguë, introduire dans chaque narine 2-3 gouttes de 3 t / j ou 1-2 injections 3-4 fois par jour. Cependant, leur utilisation à long terme contribue à la dépendance, à une efficacité réduite, à des saignements de nez fréquents et à une atrophie des muqueuses.

Les antihistaminiques sont capables d'éliminer l'œdème, de réduire la perméabilité de la paroi vasculaire et de la rhinorrhée, de maintenir le tonus vasculaire, d'inhiber la libération de médiateurs inflammatoires. Parmi les médicaments de ce groupe peuvent être largement utilisés Erius, Telfast, Traxil. Utilisez 1 comprimé 1 fois le matin. La durée du traitement est de 4 semaines maximum avec une pause obligatoire de 1-2 mois. Ces médicaments n'ont pas de propriétés sédatives et n'affectent pas le taux de réaction ni la fonction cardiaque.

Les procédures de restauration sont applicables à tous les troubles neuro-végétatifs. L'électrophorèse sur le collet, le massage, la douche, le durcissement créent un effet de renforcement général. Dans le même temps, les vaisseaux du cou se dilatent, l'apport sanguin au cerveau et la conductivité des influx nerveux sont améliorés et la fonction des complexes membranaires cellulaires est normalisée. Le rayonnement laser basse fréquence appliqué localement, affecte la membrane muqueuse d'un champ magnétique constant. Les radiations de l'extérieur sont projetées sur la base du nez et de l'intérieur - sur le cornet inférieur.

Un traitement chirurgical doit être utilisé pour les polypes, les crêtes et les épines du septum nasal. Ces conditions contribuent à la violation de la régulation nerveuse des vaisseaux sanguins et des cellules mucineuses. Dans ces zones, il se produit un œdème muqueux, une dilatation des vaisseaux sanguins et une diminution de la quantité d'air inhalé. Des formations supplémentaires sont brûlées à l'aide d'un rayonnement laser (laser) ou d'un coagulateur.

Complications de la maladie

La forme neurovégétative de la rhinite vasomotrice avec symptômes exprimés contribue à la formation de complications. Souvent, des polypes se forment dans la conque et le septum nasaux. Ils bloquent le passage nasal et les ouvertures des sinus. Le traitement chirurgical consiste à enlever le polype.

Une sinusite frontale purulente et une sinusite surviennent dans le contexte d'un long trajet de rhinite vasomotrice. Le gonflement des muqueuses entraîne l'accumulation d'exsudat visqueux, ce qui empêche son élimination naturelle. Attache la flore bactérienne et la formation de contenu purulent dans les sinus paranasaux. Les patients se plaignent de maux de tête, de fièvre et d'écoulements purulents du nez. Le traitement nécessite l'utilisation d'antibiotiques et le lavage des sinus avec des antiseptiques après la ponction du sinus paranasal.

Vous Aimerez Aussi