Polypes dans le traitement des sinus frontaux

Une telle maladie insensée, comme un nez qui coule, que beaucoup de gens n’ont pas l’habitude de soigner, il faut le noter, peut finalement conduire à des complications et à des maladies très désagréables. La frontite est une de ces maladies qui, en règle générale, touche les adultes qui n’ont guéri aucune maladie respiratoire symptomatique à l’époque.

Sinusite frontale

Le crâne humain contient des cavités vides, appelées sinus. Au total, il existe quatre types de sinus, dont deux sont les plus fréquents pour l'apparition de processus inflammatoires:

sinus situés au dessus des dents du haut, à droite et à gauche du nez, sinus situés dans la partie frontale, au dessus des yeux.

Les sinus, bien qu’ils soient vides, jouent un rôle important dans le corps:

ils servent à soulager le poids de la tête; les sinus servent à filtrer les particules de poussière et autres irritants contenus dans l'air par l'écoulement de mucus dans le nez; en raison de son vide, les sinus contribuent à l'effet de résonance et renforcent le son émis par la gorge.

En cas d'inflammation des sinus, les fonctions énumérées cessent d'être remplies dans la mesure nécessaire. En conséquence, la personne ressent une douleur et une lourdeur à la tête, un nez qui coule apparaît et le son de la voix change.

Qu'est-ce que c'est - frontal? L'inflammation de la membrane muqueuse des sinus s'appelle la sinusite. Selon le site d'inflammation, il existe plusieurs types de cette maladie. Les formes les plus courantes sont la sinusite du sinus maxillaire (sinusite) et la sinusite du sinus frontal - sinusite frontale. En russe, le nom abrégé était fixe - frontal.

Signes typiques de la maladie

Le symptôme le plus prononcé de la frontalite est une douleur dans la région du nez, des yeux, du bas du front et des maux de tête. Il convient de noter que la douleur augmente pendant la nuit.

Autres signes de frontalite:

L'augmentation de la température n'est généralement pas très forte, autour de 37,5 ° C. Dans la forme aiguë, elle peut atteindre jusqu'à 39 ° C. L'écoulement de mucus épais du nez, jaune ou vert. Si cela se produit principalement le matin, on devrait parler d'un front chronique morose. La douleur peut être donnée dans les oreilles et la mâchoire supérieure. Peur de la lumière vive. Se sentir mal, faiblesse. L'affaiblissement de l'odeur, la difficulté à respirer en raison du gonflement du mucus.

En cours d'exécution sont possibles:

maux de gorge; toux qui s'aggrave la nuit; haleine désagréable. Raisons du développement d'une maladie frontale Pathogènes et infections virales
Nos sinus sont remplis de minuscules poils - des cils qui retiennent les particules de poussière, ainsi que toutes sortes de bactéries, micro-organismes et virus, les empêchant de pénétrer à l'intérieur. Cependant, les cils ne font pas toujours face à cette tâche. Quand une personne a le nez qui coule, un grand nombre d'agents pathogènes se trouvent dans son nez. Dans ce cas, ils tombent encore du nez profondément dans les sinus, où ils se réchauffent et commencent à se multiplier rapidement, ce qui entraîne une inflammation de la muqueuse du sinus. Dans ce mode de réalisation, la sinusite frontale peut survenir comme une complication après avoir souffert de maladies respiratoires. Allergic long nez qui coule
Le long nez qui coule, même de nature non infectieuse, peut causer une sinusite frontale en raison de la fermeture du mucus sortant du sinus frontal, de la perte de la fonction de drainage et de l'accumulation de liquide à l'intérieur. Polypes
Polypes dans le sinus frontal - excroissances qui dégradent le flux d'air et la capacité de le filtrer et augmentent la quantité de mucus accumulé. Les polypes interfèrent également avec la fonction de drainage normale des sinus.
Courbure de la cloison nasale ou autres défauts anatomiques ou mécaniques empêchant la circulation de l'air.

Si le nez ne fonctionne pas correctement, le risque de problèmes avec les sinus frontaux augmente.

La rhinopharyngite est une autre maladie qui affecte le rhinopharynx. Tout sur le traitement de la rhinopharyngite.

Si votre nez réagit froidement à l'air froid, vous pourriez souffrir de rhinite vasomotrice. Lisez à propos des signes de rhinite vasomotrice ici.

Formes de la maladie: classification

Ainsi que toute maladie inflammatoire interne du front, la nature de son parcours est divisé en:

forme aiguë, forme chronique.

La frontite aiguë se caractérise par une forte apparition de symptômes, de la fièvre, des douleurs.

La sinusite frontale chronique peut se développer pendant longtemps sans symptômes prononcés. Une légère élévation de la température, un petit mal de tête, un petit nez qui coule, qui commence alors, puis passe soudainement, l'écoulement nasal purulent matinal de la couleur jaune-vert - tous ces symptômes ne vous inquiétez pas beaucoup, et une personne cesse parfois de faire attention à eux la douleur ne sera pas si forte qu'elle deviendra évidente: elle ne passera pas d'elle-même.

Quoi et comment traiter une frontite

Traitement conservateur et chirurgical

Considérez les principales méthodes de traitement de la sinusite frontale. Le traitement médical de la sinusite frontale sans ponction inclut:

action dirigée par des antibiotiques en fonction de l'agent infectieux; des antihistaminiques qui réduisent l'enflure et réduisent les réactions allergiques; gouttes vasoconstrictrices; vaporisateurs antiseptiques (après des gouttes vasoconstricteurs); mucolytique (amincissement du mucus) signifie.

Les antibiotiques sont administrés plus efficacement par injection. Prescrire le traitement de la frontite avec des antibiotiques devrait être un médecin conformément à l'analyse des données.

Les méthodes de traitement physiothérapeutiques sont utilisées conjointement avec un traitement médical et comprennent:

Procédures UHF et tubus-quartz; électrophorèse intranasale; en cas d'évolution chronique, il est possible d'utiliser des compresses chauffantes.

En règle générale, même dans les cas les plus graves et les plus négligés, les thérapies conservatrices soulagent la douleur, soulagent les symptômes et se transforment en une forme paresseuse. Dans les formes extrêmement aiguës, la chirurgie est indiquée.

Comment guérir une sinusite chirurgicale? La chirurgie peut être des types suivants:

Ponction des sinus frontaux pour aspirer le contenu purulent et laver les sinus. Ne laisse pas de cicatrices, presque sans douleur, avec une aiguille spéciale. Ouverture du sinus frontal avec un équipement endoscopique. La méthode la plus moderne de traitement chirurgical de la sinusite frontale. La chirurgie traditionnelle consiste à ouvrir la peau par-dessus le nez, à trépaner, à sucer du pus, à rincer. Coutures cousues. La chirurgie traditionnelle provient de la pratique médicale du traitement de la sinusite frontale.

La chirurgie est un moyen efficace de traiter la frontite. Une dynamique positive et l'absence d'autres rechutes de la maladie se produisent dans 90% des cas d'intervention chirurgicale.

Traitement de la sinusite frontale à la maison

Rinçage du nez avec une solution saline

Après l'instillation de médicaments vasoconstricteurs, il est nécessaire de laver le nez avec de l'eau légèrement saline. Vous pouvez expérimenter avec concentration, mais le lavage du nez le plus confortable se produit quand une demi-cuillère à thé est dissoute dans un verre d'eau tiède (30-35 degrés C).

Le rinçage du nez ne devrait pas causer de gêne, de brûlure et de larmoiement. S'il y a des sensations désagréables, la concentration en sel est trop élevée ou trop basse. Rappelez-vous que la procédure de lavage du nez aide à assurer la fonction de drainage et à éliminer des sinus le mucus accumulé dans ceux-ci, que les cils des sinus ne sont pas capables de retirer.

Rincer le nez avec de l'eau avec l'ajout de sel peut être dans d'autres maladies du nez. Lors du rinçage à l'eau saline est indiqué.

Comment nettoyer le nez d'un nouveau-né, apprenez dans cet article.

Vous pouvez lire sur le traitement de la sinusite (une maladie liée au sinus frontal) chez les femmes enceintes au lien suivant.

Le rinçage nasal doit être effectué avec des dispositifs otolaryngologiques spéciaux vendus dans toutes les pharmacies, par exemple Dolphin.

En bougeant le nez, la respiration est facilitée et l'état général des voies nasales est amélioré. Cependant, se laver n'est pas un remède. Il s'agit d'une procédure supplémentaire qui devrait être accompagnée d'un traitement antibactérien et anti-inflammatoire.

Inhalation et réchauffement

Dans la forme chronique de la sinusite frontale et en l’absence de température élevée, un réchauffement aisé est utile, ce qui ramollit le mucus épais et améliore la production de mucus accumulé des sinus.

Vous devez être conscient qu'en présence d'inflammation dans la phase active, il est impossible d'exercer un effet thermique sur les zones inflammatoires. Dans ce cas, le processus inflammatoire s'intensifie et peut entrer dans la phase aiguë avec une température élevée.

Soyez prudent avec le traitement de la sinusite frontale par inhalation et réchauffement. Les médecins pensent que ces procédures font plus de mal que de bien. Gardez également à l'esprit que le chauffage de la tête entraîne l'expansion des vaisseaux de la tête, y compris du cerveau, ce qui ne peut que provoquer une attitude méfiante vis-à-vis des procédures de chauffage.

Remèdes populaires et homéopathie dans le traitement de la sinusite frontale

L'ignorance parcourt obstinément la terre et promeut les connaissances pseudoscientifiques, en les présentant comme des moyens et des méthodes réellement efficaces. Cet état de fait est doublement dangereux pour la santé humaine. C'est un triple danger quand il s'agit de processus inflammatoires se produisant près du cerveau.

Internet regorge de divers remèdes populaires et homéopathiques pour le traitement de la frontite. Les artisans proposent de brasser des herbes, de faire des décoctions à partir de légumes, de respirer deux par deux de vinaigre de cidre et de la feuille de laurier brassée. Parmi les remèdes homéopathiques figurent des médicaments tout simplement dangereux pour la santé.

Rappelez-vous: pas de décoctions ni de lotions, ni d'homéopathie, les maladies inflammatoires, y compris la sinusite frontale, ne sont pas traitées. Les inflammations ne sont traitées qu'avec des antibiotiques et des antiseptiques. Il n'y a pas de remèdes populaires et homéopathiques efficaces dans le traitement de la frontite.

Complications possibles de la maladie

Sans traitement approprié, le front est menacé de complications. Trouver la source de l'inflammation à proximité immédiate du cerveau et des yeux menace ces organes en premier lieu.

Les complications oculaires sont caractérisées par une inflammation des paupières, des orbites, l'apparition de fistules purulentes et un gonflement de la zone des yeux. Les complications du cerveau peuvent se manifester sous la forme de maladies difficiles à traiter, telles que la méningite, un processus inflammatoire du cerveau (abcès). En outre, une inflammation dans le corps sans traitement conduit toujours à une septicémie, c'est-à-dire à une infection sanguine générale. Caractéristiques de l'évolution et du traitement de la maladie chez les enfants

Malgré le fait que la sinusite touche jusqu'à un cinquième de toutes les maladies otolaryngologiques chez l'enfant, la défaite des sinus frontaux est rare. En général, les enfants avec un diagnostic de sinusite se caractérisent par la défaite de plusieurs sinus simultanément. Le gros de la sinusite pédiatrique est représenté par une combinaison de sinusite avec d’autres formes de sinusite.

Le front apparaît chez les enfants de 7 à 10 ans. La frontite infantile ne présente aucun symptôme particulier: congestion nasale, maux de tête, écoulements nasaux purulents, fièvre, faiblesse et malaise.

Le traitement de la sinusite frontale chez les enfants n’est pas non plus unique: des antibiotiques, des gouttes vasoconstrictives, un lavage nasal avec une solution saline, des procédures physiothérapeutiques (électro-, phonophorèse, magnétothérapie, etc.) sont indiqués.

Ici, il est nécessaire de mentionner non pas tant les caractéristiques du cours et du traitement, mais la nécessité de mener le traitement jusqu'au bout, jusqu'à la disparition complète de tout symptôme, sans rechute ni transition vers la forme chronique. Selon les statistiques, jusqu'à 50% des enfants qui ont eu ce type de sinusite acquièrent sa forme chronique, qui accompagne une personne tout au long de sa vie.

Cela ne veut pas dire que la frontite est un problème pour la médecine moderne. Cette maladie est traitée avec succès, les techniques chirurgicales ont tendance à devenir moins traumatisantes.

À propos de la manière de reconnaître les symptômes de la frontite, dira Elena Malysheva dans la vidéo suivante.

En conclusion, nous ferons attention à la prévention de la sinusite frontale. Dans cette affaire, nous conseillons fortement:

Ne pas surcharger. Ne déclenchez pas de maladies respiratoires avant l'apparition de dépôts purulents dans les sinus frontaux. Rincer le nez avec de l'eau à froid, et même sans rhinite de rougeur (sans fanatisme) - seul avantage.

La sinusite frontale ou sinusite frontale est une inflammation du sinus frontal. Dans le monde moderne, cette maladie est l'une des plus courantes. Environ 10 à 15% de la population mondiale souffre d'une maladie frontale. Environ 10% de tous les patients souffrent de la forme chronique de la maladie.

Récemment, l'incidence de cette maladie non seulement ne diminue pas, mais progresse progressivement. Environ un million de personnes souffrent de frontite dans la population de la Fédération de Russie. Pour comprendre l'étiologie et les causes de la maladie, il est nécessaire de connaître l'anatomie des sinus frontaux.

La structure des sinus frontaux

Un trait distinctif des sinus frontaux est leur absence au moment de la naissance.

Les sinus accessoires adjacents à la cavité nasale sont divisés en:

maxillaire ou maxillaire; sphénoïde; frontal; labyrinthe en treillis.

Ce sont de petites cavités situées dans les os du crâne, à travers lesquelles s’ouvrent les voies nasales. Dans les sinus, selon la norme, devrait contenir de l'air.

Les sinus remplissent des fonctions importantes, à savoir:

faciliter les os du crâne; hydrater et réchauffer l'air qui pénètre dans le corps humain; joue un rôle tampon dans diverses blessures au visage; protéger les globes oculaires et les racines des dents contre les fluctuations de température; agir comme un résonateur de voix.

Deux sinus frontaux de forme pyramidale se trouvent dans l'os frontal du crâne, tandis que la pyramide se situe au bas de la base et est divisée en deux parties au moyen du septum osseux.

Chaque sinus frontal a 4 parois: orbitale ou inférieure, antérieure, interne et postérieure. Le plus épais est le septum antérieur du sinus et le plus mince est le inférieur. Quant à la taille du sinus, elles peuvent varier en fonction des caractéristiques individuelles de la structure des os du crâne. Dans 10% des cas, la sinusite frontale est complètement absente - cette pathologie est héréditaire. Le volume du sinus frontal peut aller de 3 à 5 cm3.

À l'intérieur des sinus frontaux, une membrane muqueuse (prolongement de la muqueuse nasale) est tapissée et ne contient pas de tissu caverneux. Si nous comparons l'épaisseur des membranes muqueuses des sinus et du nez, elle est d'abord plus mince. Avec la cavité nasale, les sinus frontaux sont reliés par un étroit tubule sinueux et s’ouvrent avec un petit trou à l’avant des voies nasales.

Étiologie de la maladie

La sinusite frontale est caractérisée par une inflammation de la membrane muqueuse qui tapisse les sinus frontaux. La gravité de l'évolution et de la forme de la maladie dépend directement de l'agent causal. Le front le plus commun provoque:

les infections; réactions allergiques; polypes nasaux; corps étrangers; pathologie de la structure du nez; lésions des sinus paranasaux et du nez.

Infection

la pénétration dans le corps humain des microorganismes pathogènes provoquent une inflammation de la membrane muqueuse du nasopharynx, qui peut se propager à la membrane muqueuse des sinus frontaux

La sinusite frontale provoque le plus souvent des infections qui tombent dans les sinus frontaux à partir de la cavité nasale. L'inflammation des membranes muqueuses peut se développer non seulement dans les sinus frontaux, mais aussi dans les sinus maxillaires, auquel cas le patient est diagnostiqué avec deux maladies: la sinusite frontale et la sinusite. Les causes d'infection dans le corps humain sont les affections respiratoires des voies respiratoires supérieures (amygdalite, ARVI, grippe), ainsi que des affections telles que la diphtérie, la rougeole, la scarlatine et d'autres.

Quant aux agents pathogènes, ils diffèrent selon la forme de la sinusite frontale (virale et bactérienne). Pour la forme virale, les agents responsables sont les rhino, les adéno et les coronovirus, ainsi que les virus respiratoires et sentimentaux. Bvkterialnuyu sous forme de micro-organismes tels que: staphylocoque, streptocoque et pneumocoque.

Les champignons pathogènes peuvent également déclencher une frontite. S'il existe des poches d'infection fongique dans le corps, par exemple un abcès, des dents carieuses et d'autres champignons, elles pénètrent dans le sang par voie hématogène (par le sang), provoquant une inflammation de la membrane muqueuse.

Réactions allergiques

Des maladies telles que l'asthme bronchique ou la rhinite vasomotrice (la rhinite allergique, en particulier sa forme chronique) peuvent provoquer un œdème et des processus inflammatoires dans la membrane muqueuse des sinus frontaux. Lorsque l'œdème muqueux recouvre le trou par lequel le liquide sort du sinus frontal.

La cause de la sinusite frontale sont des réactions allergiques, à savoir la rhinite vasomotrice

Polypes nasaux

Les structures bénignes qui ont une forme arrondie et sont causées par une dégénérescence muqueuse sont appelées polypes. Lorsqu'un patient développe des polypes nasaux, la membrane muqueuse se gonfle, ce qui complique l'écoulement du liquide des sinus frontaux et entraîne sa stagnation, ainsi que des difficultés respiratoires, qui peuvent nuire au fonctionnement du système cardiovasculaire et au fonctionnement des organes respiratoires. En raison de la stagnation du liquide dans les sinus frontaux, une inflammation de la membrane muqueuse se produit, qui s'appelle une sinusite frontale.

Corps étrangers

La pénétration de corps étrangers et leur long séjour dans les voies nasales provoquent également une inflammation des muqueuses des sinus. Le plus souvent, les corps étrangers sont la cause de la sinusite frontale chez les jeunes enfants.

Les polypes nasaux ainsi que les corps étrangers présents dans les voies nasales entravent la ventilation naturelle du nasopharynx.

Pathologie de la structure des structures du nez

Les modifications pathologiques (acquises ou congénitales), par exemple la courbure de la cloison nasale, peuvent également perturber l'écoulement du liquide et, partant, la microflore pathogène des sinus paranasaux, à la suite de laquelle le processus inflammatoire commence. La guérison complète de la sinusite frontale, provoquée par des modifications pathologiques des structures nasales, ne peut être effectuée que par voie chirurgicale.

Blessures

Les blessures au visage, accompagnées de meurtrissures graves ou de lésions des os du crâne, peuvent également provoquer une sinusite frontale, car les bleus provoquent un gonflement des tissus, ce qui perturbe l'irrigation sanguine, ce qui provoque une inflammation de la muqueuse des voies nasales et des sinus frontaux. En raison d'un œdème, la sortie de fluide des sinus paranasaux est perturbée et certaines lésions peuvent provoquer un changement pathologique des structures nasales.

La courbure congénitale ou acquise du septum nasal perturbe la circulation naturelle de l'air dans la cavité nasale. provoquant ainsi l'apparition de processus inflammatoires dans les voies nasales et dans les sinus paranasaux

Symptômes de la sinusite frontale

Selon l'évolution de la maladie, la frontite peut être de deux types: aiguë et chronique. La maladie est beaucoup plus difficile que les autres sinusites et peut entraîner de graves complications.

Les signes de la forme aiguë de la sinusite frontale sont:

douleurs au front sévères et aiguës, aggravées par la pression ou la palpation; inconfort dans le coin interne de l'œil; photophobie, déchirure; douleur et douleur dans les yeux; obstruction de la respiration nasale et de la congestion nasale; écoulement nasal muqueux abondant (si vous ne commencez pas le traitement à temps, alors avec le temps, l'écoulement acquiert un caractère purulent); si une frontite droite ou gauche se développe, on observera un écoulement dans la moitié correspondante du nez; dans certains cas, le patient change la couleur de la peau immédiatement au-dessus des sinus frontaux; En règle générale, la température corporelle augmente (de 38 à 39 degrés), mais dans certains cas, la température corporelle du patient peut ne présenter que de faibles écarts par rapport à la norme; le patient a une intoxication générale de l'organisme, à la suite de quoi il a un sentiment de léthargie et de somnolence; Avec la rhinoscopie, le patient présente un gonflement de la membrane muqueuse, une inflammation et un écoulement mucopurulent.

Les symptômes suivants sont caractéristiques de la sinusite frontale chronique:

douleur pressante ou douloureuse dans la région frontale; lorsque vous appuyez dessus, vous ressentez une vive douleur dans le coin interne de l'œil; écoulement purulent des voies nasales, ayant une odeur désagréable; le matin, une grande quantité d'expectorations purulentes est libérée.

La forme chronique de la maladie se développe 4 à 8 semaines après le début de la sinusite frontale et est due à un traitement inadéquat ou à un mépris total de la forme aiguë de la sinusite frontale.

En cas de sinusite frontale, le patient ressent une vive douleur dans la région frontale.

Diagnostic de la maladie

Pour déterminer le diagnostic exact, un otolaryngologue peut utiliser les types de diagnostic suivants:

la rhinoscopie; prise d'histoire; endoscopie du nez; examen ultraviolet des sinus paranasaux; transillumination (diaphanoscopie); thermographie; examen bactériologique des écoulements nasaux; radiographie des sinus paranasaux; études informatiques (tomographie); études cytologiques des sécrétions. L'analyse aux rayons X permet d'estimer le volume de fluide accumulé dans le sinus frontal, les caractéristiques de taille et de structure des sinus.

L'objectif général du diagnostic est de collecter les plaintes détaillées des patients et de clarifier les symptômes de la maladie. En effectuant une rhinoscopie, il est possible de déterminer la présence d'un processus inflammatoire, de remarquer une rougeur et un gonflement de la membrane muqueuse, ainsi que de révéler la présence de polypes ou de modifications pathologiques des structures nasales, pouvant à leur tour provoquer ou compliquer l'évolution d'une sinusite frontale. Pour identifier le degré d'inflammation et contrôler l'efficacité du traitement, une échographie des sinus frontaux est prescrite.

Pour déterminer les micro-organismes qui provoquent la sinusite frontale, un examen bactériologique du contenu de la cavité nasale est effectué. Associé à la cytologie, l'ensemencement bactérien permet non seulement de déterminer non seulement l'agent pathogène, mais également sa sensibilité aux antibiotiques. Grâce à ces tests de laboratoire, un otolaryngologue peut prescrire le traitement le plus efficace. Au lieu de longues études cliniques, on propose souvent au patient de subir un test rapide de recherche sur la microflore pathogène et sa sensibilité aux antibiotiques. L'une des caractéristiques de cette méthode de recherche est la possibilité d'obtenir le résultat quelques minutes après la prise du secret, libéré par les voies nasales.

Types de sinusite frontale

Le front est divisé en fonction de la forme du flux, de la localisation et du type de processus inflammatoire.

Selon le type de flux:

pointu chronique

unilatéral (gauche ou droite); deux sens.

Par type de processus inflammatoire:

catarrhal; purulent; kystique, polypeuse; hyperplasique pariétal. En fonction de la localisation du processus inflammatoire, de l'évolution et de la cause de la maladie, ils classifient divers types de sinusite frontale.

Frontite aiguë

Les causes de la maladie sont la rhinite allergique, les blessures au visage, les maladies infectieuses. Les symptômes sont prononcés. Utilisé pour le traitement des antibiotiques, des médicaments vasoconstricteurs, des analgésiques et des antipyrétiques.

Sinusite frontale chronique

La cause de la maladie est une frontite aiguë prolongée ou sa récurrence, une rhinite aiguë, une grippe, des polypes dans le nez, des modifications pathologiques des structures nasales, par exemple une courbure du septum nasal, un corps étranger dans les voies nasales, un affaiblissement de l'immunité locale. Les symptômes ne sont pas aussi prononcés que dans la sinusite frontale aiguë, mais ils apportent au patient une gêne non seulement physique, mais aussi émotionnelle (en particulier un écoulement purulent).

Pour le traitement, décongestionnants, préparations vasoconstricteurs et homéopathiques, antibiotiques, électrophorèse, lavage, dilatation de la valve fronto-nasale, ponction des sinus.

Forme unilatérale de la maladie

La forme unilatérale de la maladie se caractérise par la présence de sécrétions provenant d'un seul passage nasal (droit ou gauche), de maux de tête, d'une augmentation de la température corporelle allant jusqu'à 39 degrés. Les causes peuvent être des bactéries, des virus, des allergènes, une immunité locale réduite, des traumatismes du visage. Des anti-œdèmes, des antihistaminiques, des analgésiques, des antipyrétiques et des anti-inflammatoires, ainsi que des antibiotiques, sont utilisés à des fins thérapeutiques et, dans le cas de l’inefficacité d’un traitement conservateur: la chirurgie.

Forme bilatérale de la maladie

La forme bilatérale présente les mêmes symptômes et provoque la même chose que la sinusite frontale unilatérale, seul l'écoulement est observé à partir des deux voies nasales. Pour la thérapie, un traitement conservateur est utilisé et en cas d’inefficacité, la sinusite frontale est traitée chirurgicalement.

Avec une inflammation des sinus frontaux, le patient ressent une douleur dans la région frontale. Selon la forme de l'évolution et la localisation de l'inflammation, la douleur peut être tout aussi grave ou augmenter périodiquement.

Formulaire catarral

Il se caractérise par de graves maux de tête, de la fièvre et un gonflement sous les yeux. La maladie survient à la suite de processus inflammatoires et infectieux dans la muqueuse nasale. Pour le traitement, utiliser un lavage nasal, des médicaments vasoconstricteurs, antiallergéniques, des antibiotiques, des médicaments normalisant la microflore.

Frontite purulente

Les maladies se caractérisent par des écoulements purulents de la cavité nasale, une intoxication corporelle, une faiblesse, des maux de tête sévères, une forte fièvre, des difficultés respiratoires. Les bactéries provoquent la maladie, ainsi que des polypes ou des modifications pathologiques des structures nasales. La présence d'une source d'infection dans le corps peut également provoquer une sinusite frontale. Des antibiotiques, des analgésiques et des anti-inflammatoires, des décongestionnants, une ponction pour éliminer le pus sont utilisés comme traitement.

Forme polypeuse

Les principaux symptômes sont des douleurs dans la région frontale, des difficultés respiratoires et des écoulements muqueux. Les causes sont la croissance pathologique de la muqueuse nasale et la formation de kystes. Le traitement est effectué uniquement de manière chirurgicale: le sinus frontal est ouvert et les données de formation sont supprimées.

Forme pariéto-hyperplasique de la maladie

Car cette forme de la maladie est également caractérisée par une douleur douloureuse, une décharge lourde, une difficulté à respirer et une croissance de la membrane muqueuse des sinus paranasaux. Les infections bactériennes, les réactions individuelles du système immunitaire à l'inflammation, la division accrue des cellules muqueuses provoquent la maladie. Pour le traitement utilisant des antibiotiques et des médicaments vasoconstricteurs.

Traitement médicamenteux de la maladie

Le traitement médicamenteux de la sinusite frontale ne doit être prescrit que par le médecin traitant, car l'automédication peut entraîner de graves complications. Certaines formes de frontite ne nécessitent pas d'antibiotiques: sinusite frontale virale ou allergique. L'acceptation d'antibiotiques dans ces formes de la maladie entraîne une détérioration de l'état général du patient, une immunité réduite et une dysbiose. Les formes restantes de la maladie sont traitées dans un complexe, y compris l'utilisation d'antibiotiques.

Le traitement de la sinusite frontale est conservateur. En cas d'inefficacité, ils ont recours à une intervention chirurgicale.

Pour le traitement de la maladie, il est extrêmement important de procéder au lavage de la cavité nasale, car ils aident à dégager les sécrétions des voies nasales. Pour accélérer la récupération, en plus des lavages, l'électrophorèse, la thérapie UHF, la thérapie au laser et le Solux sont prescrits.

En raison de l'inefficacité du traitement conservateur, on a recours à la chirurgie, le patient est perforé du sinus frontal, à travers lequel son contenu est retiré. La procédure est réalisée sous anesthésie locale à l'aide d'un appareil spécial - le trépan. L'intervention chirurgicale est extrêmement importante dans le traitement de la sinusite frontale, provoquée par des modifications pathologiques des structures nasales (courbure du septum, croissance de la membrane muqueuse, formation de kystes et de polypes).

Thérapie pendant la grossesse

Les antibiotiques peuvent avoir un effet négatif sur l'enfant pendant la grossesse, ainsi que pendant l'allaitement. Par conséquent, les agents antimicrobiens sont prescrits aux doses efficaces minimales, et le traitement lui-même doit être observé par un oto-rhino-laryngologiste et un gynécologue qualifiés.

Méthodes de médecine traditionnelle

Le traitement à domicile de la sinusite frontale est autorisé dans les formes bénignes de la maladie. Les traitements prescrits par un médecin peuvent être complétés par des inhalations, des pommades et des agents chauffants. Les méthodes traditionnelles peuvent aider à faire face à la maladie plus efficacement et rapidement. Cependant, il est nécessaire que les résultats du traitement soient contrôlés par un ORL.

Il y a une indication que cette méthode de traitement vous convient. Si, après la procédure, les tapotements au centre du front ne provoquent pas de douleur, cela signifie que le sinus frontal s'est libéré du contenu muqueux et des micro-organismes.

Il n’ya qu’une limite: il ne faut en aucun cas rappeler que vous pouvez réchauffer le front avec un front purulent. Cela peut entraîner la propagation de pus dans les tissus environnants.

La médecine traditionnelle pour le traitement de la frontite ne peut être utilisée qu'après consultation de votre médecin

Complications possibles

Un traitement inadéquat ou intempestif augmente le risque de propagation du processus inflammatoire à d'autres sinus paranasaux, entraînant une sphénoïdite, une sinusite et une ethmoïdite. Frontier provoque des complications oculaires telles qu'un abcès des paupières, un gonflement des tissus de l'orbite, une cellulite de l'orbite, etc. Les complications les plus graves de la sinusite frontale sont la sepsie, les abcès au cerveau et la méningite.

Prévention de la frontite

Par mesure préventive, il est recommandé de renforcer l’immunité locale et générale, de prendre des complexes vitaminiques et des médicaments immunostimulants, de durcir, d’éviter le contact avec des personnes souffrant de maladies respiratoires des voies respiratoires supérieures et le contact avec des allergènes.

Le traitement rapide du rhume fait également référence aux mesures préventives contre la sinusite frontale.

Qu'est-ce qu'un polype nasal? Les polypes nasaux sont des tumeurs oblongues non malignes de la muqueuse nasale et des sinus (sinus) - labyrinthe en forme de coin, maxillaire, frontal, ethmoïde, atteignant 3–4 cm de long.

A quoi ressemblent les polypes? Visuellement, ils ressemblent à des excroissances lisses gris-rose ou jaunâtres sous forme de haricots, de champignons, indolores, se déplaçant facilement. Habituellement, ils se développent en "grappes" entières. Peut accrocher sur une jambe ou s'asseoir sur une base large.

En remplissant la cavité nasale et les sinus, ils sont capables de bloquer complètement les voies respiratoires et, avec des excroissances massives, on peut les voir sortir du nez ou la veille sans équipement de diagnostic.

L'état pathologique récurrent de la membrane muqueuse du maxillaire ou d'autres cavités contenant de l'air (sinus), qui sont remplies d'excroissances sous forme de polypes multiples en médecine, est défini comme un maxillaire polypeux ou une rhinosinusite, si plusieurs sinus différents sont atteints.

Les patients confondent souvent les polypes et les végétations adénoïdes. Ou prenez un kyste pour polype du sinus maxillaire.

Cependant, contrairement aux végétations adénoïdes, qui sont des amygdales nasopharyngiennes envahies par la végétation, c’est-à-dire des éléments physiologiques du nasopharynx, un polype dans le nez est un néoplasme qui apparaît et se développe pour certaines raisons. Le kyste est une excroissance creuse avec un contenu interne - liquide, épais et un polype dans le nez est un nœud tissulaire dense.

De telles formations dans les sinus sont observées plus souvent chez les adultes (2 à 4%) et les patients masculins sont retrouvés 3 à 4 fois plus souvent que les femmes.

Deux types principaux de polypes sont séparés, qui sont classés en fonction de la région où ils se sont formés:

Polypes ethmoïdaux. Ils se développent sur la membrane muqueuse des cellules du labyrinthe ethmoïdal, qui représente également le système apparié des sinus pneumatiques. Souvent, ils sont multiples et se forment des deux côtés du septum nasal. Si le sinus droit est affecté, des excroissances se trouvent dans la cavité gauche. Habituellement trouvé chez les patients adultes. Le polype hoanal (un autre termite en médecine est le fibromixome). Formé en Choan - le trou qui relie la cavité nasale et la partie supérieure du pharynx. Habituellement, la tumeur «repose» sur le pédicule, a une texture particulièrement dense et se développe du choanal vers les voies nasales et l'oropharynx. Les polypes matures deviennent rougeâtres.

Un polype dans le sinus maxillaire s'appelle anthochoanal. Cette formation est considérée comme une manifestation de la sinusite polypeuse. Le polype anthraculaire formé dans le sinus maxillaire, passe du sinus maxillaire au rhinopharynx et ressemble à une excroissance pendante, gris blanchâtre, qui augmente et atteint l'oropharynx.

En règle générale, une formation de type choanal semblable à une tumeur apparaît soit dans le sinus maxillaire gauche, soit dans le droit, c'est-à-dire d'un côté. Plus souvent diagnostiqué chez les enfants.

Étapes du processus anormal

Selon la taille du ganglion tumoral et le degré de croissance, la maladie se divise en trois étapes:

au stade 1, les nœuds occupent une petite zone sur la muqueuse nasale; au stade 2, les excroissances multiples remplissent un volume important de sinus; à l'étape 3, la masse polypeuse croît si activement qu'elle bloque complètement les voies respiratoires.

Raisons

Pourquoi les polypes se forment-ils dans le nez? L’apparition de processus polypes est directement associée à une hyperplasie (croissance anormale) des tissus muqueux.

Mais d'où viennent ces excroissances et pour quelle raison la muqueuse commence-t-elle à former de tels nœuds?

Parmi les causes de polypes, les principales sont l'inflammation à long terme de la membrane muqueuse dans les sinus, y compris l'inflammation dans le sinus frontal (sinusite frontale), la sinusite maxillaire (sinusite) et les cellules du labyrinthe ethmoïdal (ethmoïdite).

En outre, parmi les causes de l'apparition de polypes dans le nez sont:

caractéristiques et anomalies des structures de la cavité nasale et du développement de la membrane muqueuse - déformation du septum, passages rétrécis, fistule; infections fréquentes, SRAS avec un long nez qui coule; rhinite allergique, pollinose (rhinoconjonctivite qui se manifeste de façon saisonnière); prédisposition génétique; réaction anormale des mécanismes immunitaires locaux.

Les conditions et facteurs provocants incluent:

asthme bronchique, fibrose kystique - violation héréditaire de la sécrétion de glandes exocrines et troubles de la fonction respiratoire, de la digestion, du système musculo-squelettique; Syndrome de Churg-Strauss - la défaite de petits vaisseaux; mastocytose nasale (accumulation pathologique de mastocytes - mastocytes - dans les tissus), fibrose kystique, syndrome de Young; intolérance individuelle à l'acide acétylsalicylique.

Parmi les causes psychosomatiques qui provoquent la croissance des formations nasales, il y a les problèmes psychologiques et neurologiques, les dépressions à long terme et cachées, l'insomnie, les phobies (peurs refoulées).

Les symptômes

Pour combattre les polypes, vous devez être capable de reconnaître leurs signes caractéristiques.

Les symptômes typiques des polypes dans le nez incluent:

Respiration difficile par le nez, congestion nasale, sur laquelle les gouttes vasoconstrictives agissent peu. Dans un polype ethmoïdal, l’insuffisance respiratoire se produit plus fréquemment d’un côté à l’autre, puisque la formation se produit du côté gauche ou du côté droit du nez. Sensation de corps étranger dans le nez. La perturbation du timbre de la voix, le nasalisme. Diminution de l’odeur (hyposmie) due au dysfonctionnement des récepteurs qui perçoivent les odeurs. Déficience auditive. Écoulement muqueux, symptôme du travail excessivement actif des glandes. L'apparition de la morve verte, la fièvre avec une infection bactérienne. Éternuements fréquents, ronflements nocturnes.

maux de tête, troubles du sommeil, nervosité, fatigue, dépression. Tout cela est un signe de manque d’oxygène des cellules cérébrales en raison de la difficulté à respirer; douleur dans la partie frontale de la tête, sous les yeux, autour du nez, associée au développement d'une inflammation dans le sinus atteint de polypes - sinusite polypeuse maxillaire.

Complications et conséquences

Quels sont les dangers et quelles sont les conséquences de la propagation des excroissances nasales?

Perte complète de l'odeur (anosmie). Perte auditive d'un degré ou d'un autre en raison du chevauchement de la trompe d'Eustache reliant la cavité tympanique au nasopharynx. Inflammation des sinus paranasaux (sinusite) due à une mauvaise ventilation des sinus et de la cavité nasale et à la création d'un environnement favorable à la reproduction de bactéries pathogènes. Exacerbation de la sinusite bactérienne, si le polype est enflammé. Maladies fréquentes des organes respiratoires et du nasopharynx, notamment laryngite, amygdalite, trachéite, bronchite, pneumonie et crises d'asthme. Cela est dû à une violation de la fonction respiratoire nasale: puisque le patient respire par la bouche, de l'air froid, sec et non nettoyé provenant de toxines, d'allergènes et de poussières pénètre dans les bronches et les alvéoles des poumons. De multiples tumeurs nasales contractent les vaisseaux sanguins, obstruant l'apport en oxygène et nourrissant les cellules du tissu nasopharyngé, entraînant des conséquences telles que le développement d'une amygdalite chronique, une inflammation de l'oreille moyenne (otite) et du tube auditif (eustachite).

Quels sont les polypes dangereux chez les enfants?

Les conséquences de telles formations tumorales chez les enfants sont plus graves que chez les patients liés à l'âge en raison du développement spécifique et incomplet de la structure du nasopharynx, de la faiblesse de l'immunité et de l'immaturité générale du corps. Et plus l'enfant est jeune, plus les complications peuvent être graves.

Les polypes dans le nez d'un enfant, s'ils sont ignorés, à l'exception des complications qui surviennent chez l'adulte, peuvent conduire à:

Pour retarder le développement de la parole. À la déformation des os du visage du crâne et du septum nasal, au développement inapproprié du système dentaire, à la violation de la morsure. Les enfants en bas âge en raison de difficultés respiratoires deviennent difficiles à sucer, à avaler, à dormir, ils développent une malnutrition constante, une perte de poids, des troubles du sommeil, une apnée du sommeil, des névroses, des retards de développement mental et physique.

Diagnostics

Comment identifier les polypes dans le nez?

Lorsque le diagnostic de formations uviformes n’est pas difficile. Parfois, ils peuvent même être vus à la maison, regardant dans la bouche: si le polype grossit, il s'affaisse comme une "cloche" dans l'oropharynx.

Chez un enfant, son apparence indique des problèmes respiratoires: bouche ouverte, lèvres desséchées, affaissement de la mâchoire, pâleur apparente, léthargie.

Cependant, dans de nombreuses maladies du nasopharynx, les symptômes ressemblent aux symptômes de la polypose. Par conséquent, il est nécessaire de différencier, c'est-à-dire de distinguer la pathologie de la sinusite, des tumeurs, des végétations adénoïdes, de l'atrésie (fusion) du gland, de la synéchie (fusion des tissus) dans la cavité nasale.

Cela nécessite des diagnostics instrumentaux:

La rhinoscopie est une étude de la cavité interne à l'aide d'un miroir de poche et de dilatateurs, qui permet de voir les excroissances pendant dans l'oropharynx. Pour visualiser les buses des enfants de moins de 2 ans, le spécialiste ENT utilise des entonnoirs auriculaires. Rhinoscopie endoscopique. La procédure utilisant l'endoscope et la microcaméra permet d'étudier les cavités maxillaires et d'identifier les parties hypertrophiées de la membrane muqueuse dans les sinus et les polypes anthraciens. Tomodensitométrie (CT). Cette méthode est nécessaire pour une analyse plus approfondie du degré de croissance des noeuds et pour une clarification de leur localisation, en particulier avant un traitement chirurgical. Radiographie avec un agent de contraste. Utilisé pour évaluer l'état de la membrane muqueuse des sinus, si les possibilités de diagnostic par ordinateur ne sont pas disponibles.

Si vous suspectez une sinusite polypeuse, une rhinosinusite, effectuez une recherche avec un allergologue, un pneumologue, un immunologiste.

Prévention

Les mesures de prévention de la maladie devraient en premier lieu inclure des mesures visant à éliminer les causes sous-jacentes conduisant à la croissance de polypes:

Diagnostic précoce et traitement de l'inflammation dans les organes respiratoires et ORL, traitement et prévention des exacerbations de maladies allergiques. Correction des déformations des structures du nez, système dentaire. Traitement immunostimulant. Détection et correction des troubles psychosomatiques.

La pratique confirme que près de la moitié des patients qui ont reçu un traitement complet et opportun, y compris des patients après une chirurgie, les formations nasales repoussent.

Afin de minimiser le risque de rechute, les patients doivent être surveillés par un oto-rhino-laryngologiste, un médecin généraliste, un allergologue. Selon les indications, les glucocorticoïdes à action locale sont prescrits sous forme de sprays, de gouttes et, sur la base de l'immunogramme, des mesures et d'un traitement médicamenteux nécessaires au renforcement des défenses immunitaires mis au point par l'immunologiste.

Polypes nasaux

Polypes du nez - excroissances de la membrane muqueuse hypertrophiée de la cavité nasale ou des sinus paranasaux. Les polypes nasaux ont une évolution graduelle imperceptible et conduisent à des violations marquées de la respiration nasale, à une diminution ou à une absence totale d’odeur. Une respiration difficile par le nez peut provoquer des maux de tête, des troubles du sommeil, une diminution des performances, une altération de l'audition, une malocclusion et le développement de la parole chez les enfants. Les polypes nasaux sont diagnostiqués sur la base des résultats de l'examen endoscopique de la cavité nasale, de la radiographie et de l'examen tomographique des sinus paranasaux. En outre, ils effectuent une pharyngoscopie, une otoscopie, une numération sanguine complète, des examens bactériologiques. Les polypes nasaux sont généralement sujets à une ablation chirurgicale sous traitement postopératoire et anti-rechute.

Polypes nasaux

Les polypes nasaux sont une pathologie assez commune. Selon diverses statistiques, ils sont observés chez 1 à 4% des personnes. Les polypes nasaux sont principalement des adultes, les hommes 2 à 4 fois plus souvent que les femmes. La formation de polypes dans le nez est associée à une prolifération excessive (hypertrophie) de la muqueuse nasale, qui survient généralement à la suite d'un processus inflammatoire prolongé. Le fait est que la muqueuse nasale est constamment aux prises avec une inflammation, essayant d’affaiblir ou de compenser les réactions pathologiques qui en résultent. Cependant, au fil du temps, les fonctions de protection de la membrane muqueuse s'épuisent. Ensuite, le mécanisme compensatoire suivant est activé - il s'agit d'une augmentation de la surface de la membrane muqueuse due à sa croissance hypertrophique, à la suite de laquelle des polypes nasaux apparaissent.

Causes des polypes nasaux

L'otolaryngologie moderne considère les polypes nasaux comme une maladie polyétiologique. Les facteurs contribuant à l'apparition de polypes dans le nez comprennent: les caractéristiques anatomiques de la structure de la cavité nasale (courbure du septum nasal, passages nasaux étroits), les processus inflammatoires chroniques des sinus paranasaux (sinusite frontale, sinusite, ethmoïdite), les maladies allergiques du système respiratoire (pollinose, rhinite allergique), bronchite asthmatique, asthme bronchique), fibrose kystique.

Symptômes de polypes nasaux

En règle générale, les polypes nasaux commencent à se développer dans le sinus ethmoïdal et les parties supérieures de la cavité nasale. Au début de son développement, ces modifications du nez restent discrètes pour le patient. Au fil du temps, la taille des polypes nasaux augmente lentement, ce qui conduit à une difficulté progressive de la respiration nasale. Pour faciliter la respiration par le nez, le patient commence à utiliser des gouttes nasales vasoconstricteurs. Au début, ils apportent vraiment un soulagement, car ils réduisent le gonflement de la membrane muqueuse. Cependant, pour les gros polypes nasaux, les gouttes vasoconstricteurs cessent d’avoir aucun effet. C’est au cours de cette période que la plupart des patients ont commencé à consulter un oto-rhino-laryngologiste avec des plaintes de congestion nasale et des difficultés respiratoires.

La respiration nasale associée aux polypes nasaux entraîne une fatigue accrue des patients, une diminution de leurs performances mentales, l'apparition de maux de tête et de troubles du sommeil. Les patients se plaignent d'une détérioration de l'odorat pouvant aller jusqu'à l'absence totale de perception des odeurs (anosmie). Peut-être la sensation d’un corps étranger ou une gêne nasale permanente, divers changements de goût. La plupart des patients atteints de polypes nasaux ont le nez qui coule et éternuent fréquemment. Il peut y avoir une douleur dans les sinus paranasaux.

La grande taille des polypes du nez conduit à un ton de voix nasal. Les polypes envahis par la végétation peuvent bloquer l'entrée du nasopharynx au tube auditif, entraînant une diminution de l'audition (perte auditive) et des enfants - une violation du développement du langage.

L'apparition de polypes nasaux dans l'enfance, due à l'absence de respiration nasale normale, entraîne une formation anormale du crâne facial et du système maxillo-dentaire, qui se manifeste le plus souvent par divers troubles de la morsure. Chez les enfants de la première année de vie, des polypes au nez et des difficultés respiratoires nasales provoquent des troubles de la succion et de la déglutition d'aliments, ce qui entraîne une malnutrition chronique et une malnutrition chez l'enfant.

Complications des polypes nasaux

Une respiration nasale normale procure un réchauffement et une humidification de l'air entrant dans la cavité nasale, ainsi qu'une purification des particules de poussière qui se déposent sur la muqueuse nasale et sont progressivement excrétées avec son secret. Les polypes du nez, empêchant le passage de l'air à travers la cavité nasale, forçant le patient à remplacer partiellement ou totalement la respiration nasale en respirant par la bouche. En conséquence, l'air sec et froid pénètre dans les voies respiratoires. Ainsi, une violation de la respiration nasale qui se produit dans les polypes nasaux entraîne le développement de maladies telles que pharyngite, laryngite, trachéite, laryngotrachéite, bronchite, pneumonie.

Les polypes nasaux peuvent bloquer la communication des sinus paranasaux avec la cavité nasale, ce qui favorise leur apparition dans le processus inflammatoire et le développement de la sinusite. Les gros polypes dans le nez entraînent la compression des vaisseaux sanguins et des troubles circulatoires du nasopharynx, qui sont à leur tour la cause d'inflammations fréquentes de l'amygdale pharyngienne avec le développement d'adénoïdes, d'amygdales avec angine ou d'amygdalite chronique, du tube auditif (eustachite) et de l'oreille moyenne (otite).

Diagnostic des polypes nasaux

Identifier la violation de la respiration nasale, même en l'absence de plaintes des patients permet une nuance de voix nasale. Chez les enfants, la vue même de l'enfant parle de problèmes respiratoires par le nez: bouche ouverte, tombante de la mâchoire inférieure, douceur des sillons nasogéniens. L'étape suivante du diagnostic consiste à déterminer la cause des troubles respiratoires nasaux, qui peuvent être non seulement des polypes nasaux, mais aussi des végétations adénoïdes, une atrésie du choan, une sinusite, un corps étranger ou une tumeur bénigne du nez, une synéchie nasale. Le patient reçoit une rhinoscopie et une endoscopie de la cavité nasale qui, dans le cas de polypes nasaux, révèlent des excroissances uviformes caractéristiques de la membrane muqueuse.

Pour évaluer le degré de croissance des polypes nasaux, un scanner des sinus paranasaux est effectué. La tomodensitométrie est obligatoire pour les patients devant subir un traitement chirurgical des polypes nasaux, car les résultats de la tomodensitométrie permettent au chirurgien de déterminer à l'avance l'étendue de l'opération et de développer une tactique appropriée pour sa mise en œuvre. S'il n'y a aucune possibilité d'utilisation dans le diagnostic de la tomodensitométrie, l'état des sinus est examiné par rayons X.

Détection des maladies du nasopharynx qui accompagnent les polypes du nez, réalisée par pharyngoscopie, microlaryngoscopie, otoscopie, écoulement bakposeva du nez et frottis du pharynx. Lors de l'évaluation de l'activité du processus inflammatoire, les données d'une analyse clinique du sang (degré de leucocytose, niveau de la VS) sont prises en compte. Des tests allergiques sont effectués sur des patients dont les polypes nasaux apparaissent à l’origine de maladies allergiques.

Traitement des polypes nasaux

Traitement conservateur

Les méthodes de traitement conservatrices visent principalement à éliminer les facteurs qui ont provoqué les polypes nasaux. Cela inclut l'exclusion de l'exposition au corps des agents infectieux et des allergènes, ainsi que des allergènes alimentaires potentiels (colorants, arômes, etc.); réhabilitation des foyers d'infection chronique et traitement des maladies inflammatoires du nasopharynx; thérapie antiallergique et immunocorrection. En règle générale, le traitement conservateur des polypes nasaux ne donne pas le résultat souhaité. Par conséquent, il est généralement utilisé comme phase initiale du traitement d'association, après quoi les polypes nasaux sont soumis à un traitement chirurgical, c'est-à-dire un retrait.

Une méthode conservatrice est considérée comme la méthode dans laquelle les polypes nasaux sont éliminés par traitement thermique. Il peut être utilisé chez les patients soumis à des restrictions quant à l'utilisation de méthodes chirurgicales en raison d'insuffisance respiratoire, de troubles de la coagulation sanguine, d'hypertension décompensée, de coronaropathie, d'insuffisance cardiaque, d'asthme bronchique grave, etc. L'effet thermique sur les polypes nasaux est réalisé dans la cavité nasale fibre de quartz mince. Après avoir chauffé à une température de 60 à 70 degrés, les polypes du nez deviennent blancs et se séparent au bout de 1 à 3 jours de la muqueuse nasale, après quoi le médecin retire les polypes du nez avec un simple forceps ou le patient les expulse lui-même.

Traitement chirurgical

Les indications du traitement chirurgical sont les polypes nasaux, accompagnés d'une violation de la respiration nasale, d'un trouble olfactif, d'une sinusite récidivante, de crises d'asthme bronchique fréquentes, de ronflement, d'ozène et d'une courbure du septum nasal. Si des polypes dans le nez se révèlent au cours de la période d'exacerbation de l'asthme bronchique ou de la bronchite obstructive, le traitement chirurgical est différé jusqu'à la période de rémission stable de ces maladies. Le retrait chirurgical des polypes nasaux peut être effectué de différentes manières, non seulement par la technique d’exécution, mais aussi par le degré de traumatisme et d’efficacité.

Méthode encore assez largement utilisée dans laquelle les polypes du nez sont éliminés à l'aide d'une boucle polypeuse et d'autres instruments chirurgicaux. Le principal inconvénient de cette méthode est que seuls les polypes situés dans la cavité nasale sont éliminés. Comme dans la plupart des cas, les polypes du nez proviennent des sinus paranasaux, le tissu polypeux restant dans les sinus se dilate à nouveau avec la formation rapide de nouveaux polypes. En conséquence, les polypes dans le nez se reproduisent pendant les deux premières années après la chirurgie. L'élimination des polypes de boucle présente d'autres inconvénients, notamment une grande invasion et une hémorragie accompagnant l'opération.

L'élimination des polypes nasaux par la méthode au laser est moins sanglante et moins traumatisante. Une telle opération est réalisée en ambulatoire sous anesthésie locale. Il procure une stérilité maximale et une douleur minimale pendant la période postopératoire. La récupération complète du patient après que les polypes nasaux ont été enlevés au laser a lieu après 3-4 jours.

Le retrait endoscopique des polypes nasaux est considéré comme la méthode la plus efficace et la plus moderne. Il est accompagné d'une visualisation endovidéo-chirurgicale avec l'image de sortie du champ chirurgical sur le moniteur. Dans la méthode endoscopique, les polypes nasaux sont éliminés à l'aide d'un outil électrique spécial (microdébride ou rasoir), qui attire le tissu polypeux dans le trou de son extrémité et le rase à la base. La grande précision du rasoir et une bonne visualisation vous permettent de retirer soigneusement les polypes du nez et du tissu polypeux situés dans les sinus paranasaux, ce qui garantit une récurrence ultérieure des rechutes par rapport aux autres méthodes de traitement des polypes. De plus, en retirant les polypes nasaux par la méthode endoscopique, le chirurgien est en mesure de modifier l'architecture anatomique interne du nez afin d'améliorer le drainage des sinus paranasaux. En conséquence, les conditions optimales sont créées pour la mise en œuvre du traitement postopératoire le plus efficace, et il est simplifié d'effectuer des interventions chirurgicales ultérieures qui sont effectuées lorsque cela est nécessaire pour retirer de nouveau les polypes nasaux.

Traitement anti-rechute

En raison du fait que les polypes nasaux sont sujets à des récidives fréquentes, un traitement postopératoire et anti-rechute est obligatoire après leur retrait chirurgical. Les soins postopératoires de la cavité nasale doivent être effectués dans les 7 à 10 jours suivant la chirurgie. Il est recommandé que la toilette du nez et le rinçage de la cavité nasale soient effectués par un otolaryngologue. En l'absence d'une telle opportunité, le patient peut laver son nez à la maison avec du sérum physiologique à l'aide d'une poire ou d'une seringue en caoutchouc, et également appliquer les vaporisateurs Aquamaris et Physiometer à cette fin. Dans les cas où des polypes nasaux sont associés à des allergies, des antihistaminiques sont prescrits (loratadine, desloratadine).

En cas d'anti-rechute, après le retrait des polypes nasaux, un traitement topique au corticostéroïde de trois mois est prescrit sous forme d'inhalations dosées pour l'irrigation de la cavité nasale. La fluticasone est l'un des meilleurs médicaments pour le traitement anti-rechute. Il convient de noter qu’avec un tel traitement local par corticostéroïdes, ils n’ont pas d’effet systémique et leurs effets secondaires systémiques inhérents. Le traitement par corticostéroïdes est plus efficace si les polypes du nez ont été éliminés par une méthode endoscopique, ce qui garantit une bonne passabilité des canaux reliant la cavité nasale aux sinus paranasaux et crée ainsi les conditions nécessaires à la pénétration de corticostéroïdes dans les sinus.

Les patients atteints de polypes nasaux doivent être surveillés par un oto-rhino-laryngologiste pendant au moins un an après la chirurgie. Les visites chez le médecin sont recommandées au moins 1 fois en 3 mois. Les personnes allergiques en parallèle doivent être supervisées par un allergologue.

Pronostic et prévention des polypes nasaux

Malheureusement, aucun des traitements ne peut garantir que les polypes nasaux ne réapparaîtront pas. Un bon résultat est considéré si les polypes nasaux ne se reproduisent pas plus tôt que 6-7 ans après leur retrait. En l'absence de traitement opportun, les polypes nasaux peuvent entraîner le développement d'une anosmie résistante, dans laquelle la capacité de perception des odeurs n'est pas restaurée, même après un traitement chirurgical.

La prévention des polypes nasaux consiste à détecter rapidement les maladies allergiques, à en éliminer les causes et à prescrire un traitement approprié; diagnostic précoce des processus infectieux et inflammatoires dans le nasopharynx et leur élimination; ne permettant pas la transition des maladies du nasopharynx vers la forme chronique.

Vous Aimerez Aussi