Rhinite vasomotrice - symptômes et traitement chez les adultes, médicaments

Transition rapide sur la page

Qu'est ce que c'est Par définition, le célèbre otolaryngologiste universitaire V.Voyachek, la rhinite vasomotrice est une fausse rhinite (rhinite), qui fait référence à des pathologies chroniques affectant le tissu muqueux de la cavité nasale. Manifeste à la suite d'une hyperréactivité des structures muqueuses dans le contexte d'un dysfonctionnement des mécanismes de régulation végétative et endocrinienne de la tension vasculaire.

La perturbation de l'équilibre interne des hormones et l'influence de divers stimuli non spécifiques provoquent une modification de la réactivité de la muqueuse nasale et conduisent à la manifestation de divers symptômes désagréables - difficultés respiratoires par le nez, éternuements prolongés (paroxystiques) et sécrétions nasales abondantes et persistantes (rhinorrhée).

Formulaires et fonctionnalités

Diverses formes de rhinite vasomotrice sont causées par l'influence de facteurs provocateurs se manifestant:

1. La forme neuro-végétative due aux dysfonctionnements du SNA - les fonctions endocriniennes sont particulièrement affectées, ce qui se manifeste par des troubles de la régulation de la tension vasculaire et des déséquilibres hormonaux.

En conséquence, des sauts de pression intravasculaire apparaissent, la tension intravasculaire dans la membrane muqueuse des cavités nasales change. Même le plus petit facteur irritant (odeurs nettes ou variations de température) provoque des modifications caractéristiques du tonus vasculaire et un gonflement des tissus muqueux, provoquant l’impossibilité de respirer en raison de la congestion nasale.

2. Forme allergique résultant de la réaction du corps à l'introduction d'allergènes étrangers au contact de la muqueuse nasale. L'hyperactivation de la phagocytose se manifeste par une réaction allergique sous forme d'œdème.

3. Rhinite médicale de nature vasomotrice, se manifestant à la suite d'une utilisation inadéquate de médicaments vasoconstricteurs Galasolin ou Naphthyzine, provoquant la formation d'une pharmacodépendance. Les patients atteints de rhinite vasomotrice chronique ne peuvent plus imaginer leur vie sans l'utilisation constante de médicaments nasaux vasoconstricteurs.

Leur effet est temporaire. Pour assurer un état de confort, les patients sont obligés de réduire l'intervalle entre les doses de médicaments et leur posologie est augmentée. Ce processus est assez rapide et c'est lui qui crée la dépendance à la drogue.

Symptômes de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

Les principaux symptômes de la rhinite vasomotrice se manifestent:

  • incapacité à respirer librement par le nez;
  • éternuements prolongés;
  • sécrétions abondantes du substrat liquide du nasopharynx et du nez.

L'évolution clinique de la maladie est paroxystique. Il y a une tendance à aggraver l'état après le sommeil le matin, pendant la période de repas et les baisses de température de l'air, sous l'influence du stress et des irritants chimiques.

Après une attaque, les symptômes peuvent disparaître immédiatement, laissant seulement une congestion nasale sèche. Cela peut prendre une forme de migration - la respiration est compliquée alternativement dans différentes moitiés des voies nasales. Ceci est particulièrement visible en position couchée. En tournant dans un sens ou dans l’autre, on note une congestion du côté du patient.

Lors d'une longue phase clinique de rhinite vasomotrice chronique, les symptômes sont exprimés par des signes de troubles du système nerveux central, de modifications de l'état de santé général, d'une irritabilité du patient et d'un épuisement de son énergie. Caractérisé par des troubles du sommeil et des crises de migraine.

En fonction de la fréquence des exacerbations des signes de rhinite vasomotrice, celle-ci est divisée en intermittente (intermittente) avec une fréquence de 2, 3 crises au cours de la semaine. Et à long terme (persistant) avec des manifestations d'exacerbations quotidiennes. En l’absence de détérioration de l’état général et de manifestations vives de symptômes locaux, l’évolution clinique de la maladie appartient à la forme bénigne.

L'évolution clinique modérée et sévère est diagnostiquée avec des processus prononcés d'insomnie (trouble du sommeil), des signes d'inhibition de l'activité et des manifestations fréquentes et accrues de la maladie à long terme. Ne retardez pas le diagnostic, avec la détection précoce des symptômes de la rhinite vasomotrice, le traitement des adultes et des enfants à ce stade assure la plus grande efficacité du traitement.

Caractéristiques de la maladie chez les enfants

Chez l'enfant, les premiers signes de la maladie apparaissent dès l'âge de 6 ou 7 ans. Ils sont souvent causés par la présence de tumeurs des amygdales pharyngiennes, par la courbure du septum nasal ou par des processus inflammatoires dans les sinus paranasaux. Parfois, leurs manifestations contribuent au stress subi par l’école.

Les symptômes de la rhinite vasomotrice chez un enfant sont exprimés:

  • un développement aigu du gonflement des structures muqueuses du nez;
  • sécrétions de nature séreuse et de larmoiement;
  • hyperémie des paupières et du visage;
  • rougeur des yeux et transpiration abondante.

En l’absence de convulsions, l’état de l’enfant peut redevenir normal ou des œdèmes mineurs subsisteront. Durant la période intercritique, les enfants peuvent ressentir une faiblesse, des cercles dans les yeux et des maux de tête.

Traitement de la rhinite vasomotrice, médicaments

Chez les enfants et les adultes, le traitement de la rhinite vasomotrice nécessite une approche intégrée - tout d’abord, tous les facteurs de provocation contribuant au développement de la maladie doivent être éliminés. Nommé traitement thérapeutique et chirurgical pour éliminer toutes les maladies ORL existantes (polypes, sinusite, amygdalite).

La correction consiste à normaliser les fonctions du SNA et à prendre des médicaments, à l'exclusion des médicaments susceptibles d'affecter le tonus vasculaire et la détérioration du tableau clinique de la maladie. La méthode de traitement conservatrice est basée sur la pharmacothérapie:

  1. Antihistaminiques systémiques tels que la loratidine, la desloratadine, la fexofénadine, la cétirizine et la zabastine.
  2. Avec des signes de rhinite vasomotrice, les gouttes et les pulvérisations sont prescrits avec effet antiallergique, sous la forme de médicaments essentiels ou de leurs analogues - "Dimetinden" et "Mometasone".
  3. En cas de gonflement grave et de congestion nasale constante, des préparations intranasales de glucocorticostéroïdes sont utilisées sous forme de «budésonide» ou de «béclométhasone».
  4. Dans le traitement initial, sur le fond de la thérapie médicamenteuse, on utilise des blocages de novocaïne endovasale, une introduction à la structure sous-muqueuse recouvrant les coques latérales, des médicaments sclérosants et des procédures de traitement thermique (cautérisation).

En cas d'échec du traitement conservateur, seul le médecin décide du traitement de la rhinite vasomotrice à l'avenir, en tenant compte de la clinique spécifique de la maladie et de l'état du patient. Habituellement, diverses techniques chirurgicales sont utilisées sous la forme de:

  • vasotomie sous-muqueuse;
  • désintégration par ultrasons;
  • radioélectrocoagulation intracrânienne;
  • photodestruction laser.

Toutes ces techniques ont à peu près la même efficacité. Leur raison d'être est due à la destruction de vaisseaux sous-muqueux dans les coquilles situées sur les parois latérales du nez afin d'empêcher leur augmentation. Parfois, il y a des indications pour une intervention réopératoire.

Si les techniques énumérées ne sont pas efficaces et n'éliminent pas les violations de la respiration nasale - ceci est une indication de la turbinectomie (vasotomie) - la résection du tissu muqueux envahi. Une intervention chirurgicale est souvent associée à une septoplastie, une adénotomie ou une correction endoscopique de structures à l'intérieur du nez.

Les traitements populaires sont-ils efficaces?

Les recettes populaires, testées depuis des décennies, font confiance à un vaste auditoire de patients. Il n'y a aucun doute sur leur efficacité et leurs propriétés curatives. Mais il y a beaucoup de "si". Les remèdes populaires, y compris les ingrédients à base de plantes, qui sont largement annoncés sur Internet, acquièrent les propriétés bénéfiques des médicaments. Lorsqu'ils sont collectés à un moment donné, seule une partie utile d'entre eux est détruite, lorsqu'ils sont correctement cultivés et stockés.

Même leur production indépendante ne garantit pas l'innocuité des «recettes de grand-mère», l'intolérance individuelle d'un composant séparé étant incluse dans la recette. De nombreuses recettes populaires proposées sont destinées au traitement des rhinites de nature inflammatoire, bactérienne ou virale.

Compte tenu des mécanismes de développement de la rhinite de type vasomoteur, de telles recettes seront au mieux inutiles, au pire; de ​​nombreux composants sur ordonnance peuvent constituer un irritant supplémentaire pour les structures muqueuses, ou provoquer des réactions allergiques, aggravant le cours de la maladie.

Il ne faut pas oublier que le développement de la rhinite vasomotrice est précisément causé par la sensibilité de l'organisme à toute nature de stimuli. Par conséquent, pour éliminer les symptômes désagréables, il faut éviter toute influence provocatrice de composants précédemment indésirables des agents thérapeutiques, même ceux proposés par des "guérisseurs traditionnels" bien connus.

Parmi les remèdes proposés par la médecine traditionnelle, il n’existe pas une seule ordonnance destinée au traitement de la rhinite vasomotrice exclusivement. Aucun autre remède populaire n'a montré d'effet dans le traitement de cette pathologie. Surtout lorsque l'évolution de la maladie s'accompagne de processus hypertrophiques et d'autres complications nécessitant une intervention chirurgicale.

Avant de commencer l'auto-traitement avec des remèdes populaires, considérez cette question attentivement. Traitez avec des recettes traditionnelles un nez qui coule, et confiez le traitement de la rhinite vasomotrice à des spécialistes.

Un appel opportun à un oto-rhino-laryngologiste et un traitement médical choisi individuellement fourniront un pronostic favorable.

Rhinite vasomotrice - Description, causes, symptômes et traitement chez l'adulte

La rhinite vasomotrice est un nez qui coule inclus dans la liste des plus courantes chez l'homme. Sous l'influence de la violation manifeste du tissu muqueux commencent à gonfler et produisent une grande quantité de mucus. En outre, la conductivité des vaisseaux sanguins et de tous les tissus de la cavité nasale se détériore, leur tonus et leurs performances diminuent.

Ensuite, examinez plus en détail le type de maladie dont il s'agit, quels sont les symptômes et les causes de la rhinite vasomotrice, ainsi que le traitement prescrit pour un soulagement rapide du rhume.

La rhinite vasomotrice: qu'est-ce que c'est?

La rhinite vasomotrice est une hyperréactivité de la membrane muqueuse de la cavité nasale en violation du tonus vasculaire général et local. Un écoulement nasal persistant aggrave la qualité de vie et peut même affecter l’état psycho-émotionnel d’une personne: troubles du sommeil, inattention au travail, nervosité accrue, irritabilité, dépression.

La rhinite vasomotrice est une maladie pour laquelle les symptômes suivants sont typiques:

  • Démangeaisons dans le nez;
  • Nez qui coule (rhinorrhée);
  • Éternuement;
  • Congestion nasale.

L'écoulement de mucus à l'arrière du pharynx provoque un mal de gorge chronique. Une sécrétion excessive résulte d'une insuffisance de nettoyage de l'infiltrat inflammatoire.

Raisons

Le développement de la rhinite vasomotrice est basé sur une violation de la régulation du tonus des vaisseaux sanguins, situés dans la cavité nasale (cornet inférieur) dans la couche sous-muqueuse. Chez une personne en bonne santé, les vaisseaux réagissent de manière adéquate à l'air entrant dans les voies respiratoires, modifiant ainsi l'apport de sang à la membrane muqueuse en fonction de la température et de l'humidité.

Les raisons de cette pathologie peuvent être les suivantes:

  • Dystonie végétative.
  • Acceptation de certains groupes de médicaments.
  • Hypotension.
  • La présence de polypes dans la cavité nasale.
  • Troubles au niveau endocrinien.
  • Stress physique / émotionnel.

La plupart des rhinites vasomotrices sont affectées par les adultes (femmes de 20 ans et plus) et l’état pathologique survient à n’importe quel moment de l’année.

Facteurs contribuant à l'apparition d'une pathologie:

  • courbure du septum nasal;
  • des végétations adénoïdes;
  • des excroissances apparaissant sur le septum nasal (pointes, crêtes, etc.);
  • troubles du tractus gastro-intestinal;
  • hypothermie prolongée

Le développement de la maladie contribue à toutes sortes de troubles endocriniens, ainsi qu'à des modifications du système neuro-végétatif.

Classification

De nombreuses études ont permis d'identifier deux de ses formes principales: la rhinite allergique neuro-végétative et vasomotrice. Les deux types ont beaucoup en commun, mais chacun d’eux présente des symptômes spécifiques. De plus, le traitement de différentes formes de rhinite vasomotrice est légèrement différent.

Rhinite vasomotrice neurovégétative

Qu'est ce que c'est Neurovégétatif - cette forme est causée par une violation de la chaîne des mécanismes nerveux. En conséquence, la muqueuse répond avec toute l'abondance des symptômes en réponse à des stimuli normaux. La rhinite vasomotrice neurovégétative survient dans la plupart des cas paroxystique. Les attaques perturbent généralement les patients le matin. Et s'il est possible d'examiner la muqueuse à ce moment-là, sa cyanose et sa pâleur seront clairement visibles.

En règle générale, la saisonnalité n'est pas typique pour cette forme. Il est également courant en toutes saisons et dépend principalement soit de facteurs provoquant externes (formation de poussière dans les pièces, couples agressifs dans l'air inspiré, présence de courbures de contact du septum nasal), soit du dysfonctionnement neuro-végétatif général mentionné précédemment. Habituellement, dans ce dernier cas, les patients sont des patients non seulement du rhinologue, mais également du neurologue.

Rhinite vasomotrice allergique

Forme allergique - causée par le contact avec la substance muqueuse-allergène. Lors de l'inspection, la muqueuse peut sembler bleutée ou hyperémique, avec un œdème marqué, les voies nasales sont bouchées par elle et obstruée par du mucus. Joint souvent et le syndrome asthmatique.

Divisé en deux types principaux:

  • Rhinite allergique saisonnière (par exemple, rhume des foins, pollinose - une allergie au pollen)
  • Rhinite allergique toute l'année (par exemple, allergies à la poussière de maison, phanères d'animaux, plumes d'oiseaux, poussière de bibliothèque, etc.).

Selon les symptômes de la tension artérielle, il peut y avoir:

  • bon moteur vasculaire (gonflement grave, dans lequel l'écoulement de mucus n'est pas observé);
  • hypersécrétoire (une grande quantité de contenu muqueux est attribuée aux voies nasales);
  • combinés (manifestation et gonflement, et la séparation du mucus).

Symptômes de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

La rhinite vasomotrice se produit lorsque le bon fonctionnement des vaisseaux sanguins de la cavité nasale. À la suite d'une violation du tonus vasculaire et de l'augmentation de leur volume sanguin provoque un gonflement de la membrane muqueuse.

Principaux symptômes chez l'adulte:

  • congestion nasale alternante constante ou périodique (le symptôme est plus prononcé au repos, lorsqu'une personne prend une position horizontale);
  • malaise général, faiblesse;
  • une personne est tourmentée par un écoulement nasal muqueux abondant, modéré ou peu abondant;
  • il peut y avoir une sensation de brûlure et des démangeaisons dans les sinus;
  • sensation de larmoiement dans la cavité nasale;
  • éternuement constant ou périodique (parfois se produit soudainement et s'arrête soudainement).

Les symptômes se manifestent particulièrement bien lors des crises, qui peuvent durer de plusieurs heures à plusieurs jours. Dans le même temps, la personne ressemble à un patient souffrant d'un rhume sous une forme active.

Un signe de rhinite vasomotrice est une difficulté à respirer par le nez en décubitus dorsal. Une respiration difficile en position latérale est également caractéristique, tandis que la moitié inférieure du nez ne respire pas. Le ronflement, le mauvais sens de l'odorat, la pharyngite fréquente, la trachéite, la laryngite peuvent indiquer une maladie.

  • congestion nasale
  • sécrétions abondantes de mucus.

Les symptômes dans ce cas augmentent au moment de la prochaine attaque. Les patients développent des démangeaisons, des maux de tête et des sensations de pression intolérables. Ces attaques se produisent soudainement et passent dans 2-3 heures.

  • Puffiness des paupières;
  • Déchirure;
  • Congestion nasale;
  • Rougeur conjonctivale;
  • Perte auditive due à une inflammation de la trompe d'Eustache;
  • Mucus copieux.

La rhinite vasomotrice au cours d'un traitement chronique à long terme perturbe également le bien-être général, provoquant irritabilité, augmentation de la fatigue, insomnie, maux de tête et autres symptômes de troubles du système nerveux.

Des complications

Le traitement tardif de la rhinite vasomotrice peut entraîner des complications telles que:

  • sinusite aiguë ou chronique;
  • prolifération d'adénoïdes dans le nez;
  • inflammation des sinus maxillaires et auriculaires;
  • le passage de la maladie à la forme chronique, plus difficile à traiter.

Diagnostics

Le diagnostic est établi sur la base d'une collecte approfondie d'informations anamnestiques sur l'évolution de la maladie, d'un examen du patient par un oto-rhino-laryngologiste, d'examens de laboratoire et d'instruments, qui permettent d'exclure d'autres maladies de la muqueuse nasale présentant des symptômes similaires.

A l'examen, un groupe de signes cliniques est mis en évidence:

  • Une augmentation des parois latérales du nez (œdème);
  • mauvaise contraction des parois lors de la respiration;
  • la couleur de la membrane muqueuse enflammée est rouge.

L’examen du diagnostic de la rhinite vasomotrice a pour but de la différencier de l’allergique. Pour ce faire, étudiez le secret nasal qui vous permet d’identifier les tests d’éosinophilie, à la recherche d’allergènes.

Éosinophilie - l’apparition de leucocytes à éosinophiles dans le mucus libéré par le nez indique une réaction allergique. Dans la rhinite vasomotrice neurovasculaire, les éosinophiles sont absents des sécrétions muqueuses.

Traitement de la rhinite vasomotrice

Le traitement de toute forme de rhinite doit être fondé sur l'élimination des causes des symptômes de la maladie. Dans ce cas, les méthodes conservatrices utilisant des préparations médicales et l'utilisation de méthodes traditionnelles seront efficaces.

La rhinite vasomotrice n'est pas toujours un traitement curatif, mais il est souvent possible d'assurer une rémission stable.

Drogues

La préférence est donnée aux médicaments suivants:

  • anesthésiques et glucocorticoïdes, à travers lesquels des blocages nasaux sont effectués;
  • médicaments vasoconstricteurs, gouttes d'atropine dans le nez;
  • "Eskuzanu", "Stugeronu", "Glevenopu" - médicaments qui améliorent la microcirculation sanguine;
  • "Physiomer", "Aquamaris" - préparations à base d’eau de mer pour le lavage des voies nasales;
  • "Nazoneksu", "Avamysu", "Nasobek", "Rinokortu" - aérosols de glucocorticostéroïdes;
  • «Kromoheksalu», «Allergodilu» - vaporisateurs pour rhinites allergiques, ainsi que des antihistaminiques - «Zirteku», «Loratadine», «Zodak»;
  • "Sinupret" et d'autres remèdes homéopathiques réduisant les symptômes de la rhinite.

Ne soignez pas vous-même les médicaments vasoconstricteurs pour la rhinite vasomotrice, car cela n'apportera qu'un soulagement temporaire et contribuera au développement d'une dépendance à ces médicaments.

Lors du choix des gouttes, la préférence est donnée aux solutions salines et aux médicaments hormonaux. Ils n'inhibent pas les vaisseaux, ne causent pas de dépendance et ont une petite liste de contre-indications et d'effets secondaires.

Comment traiter le type allergique de rhinite vasomotrice? Il est traité avec l'utilisation d'antihistaminiques et de médicaments à base de corticostéroïdes, une immunothérapie spécifique, qui est effectuée pendant une longue période.

Selon le mécanisme d'action, tous les antihistaminiques sont divisés en 2 catégories:

  • La sédation est caractérisée par des médicaments de la 1ère génération (clémensine, chlorphéniramine, diphényldramine). Interdit en conduisant;
  • Les antihistaminiques non sédatifs (comprimés de cétirizine et de loratadine) doivent être utilisés avec prudence en association avec d’autres médicaments afin d’éviter les effets indésirables imprévus. Un représentant commun du groupe est l'azélastine.

Le traitement de la forme chronique est effectué avec les médicaments suivants:

  • Sprays nasaux stéroïdes;
  • Stéroïdes oraux;
  • Antihistaminiques;
  • Spray décongestionnant;
  • Médicaments amincissants;
  • Immunothérapie spécifique;
  • Fonds combinés.

Physiothérapie

Le traitement pour un traitement complexe sera plus rapide. Par conséquent, la physiothérapie est également prescrite avec des médicaments:

  • Électrophorèse en chlorure de calcium - renforce la paroi vasculaire, augmente le tonus et la résistance, réduit le gonflement et contribue à la normalisation de la fonction du plexus veineux.
  • phonophorèse - l'échographie accélère la circulation sanguine en agissant sur la fermeture vasculaire. Il est utilisé strictement en association avec la pommade à l’hydrocortisone;
  • acupuncture (acupuncture).

Les procédures physiques sont effectuées quotidiennement pendant 10 à 12 jours.

Traitement chirurgical

S'il n'est pas possible de vaincre la rhinite vasomotrice pendant une longue période, les symptômes de la respiration nasale ne cessent pas, le médecin prend le plus souvent la décision de recourir à une intervention chirurgicale.

Méthodes de traitement chirurgical de la rhinite vasomotrice:

  • Septoplastie - opérations visant à lisser le septum nasal, à éliminer les végétations adénoïdes et autres formations de la cavité nasale,
  • excision partielle des vaisseaux de la membrane muqueuse de la conque nasale inférieure (vasotomie sous-muqueuse),
  • coagulation électroplasmique - destruction de vaisseaux sanguins avec un coagulateur;
  • désintégration par ultrasons - destruction des vaisseaux dilatés par ultrasons,
  • Traitement au laser. La thérapie au laser est classée comme méthode la plus efficace. Cela s'explique par le fait qu'il contribue à améliorer le métabolisme capillaire et l'élimination persistante de l'œdème de la muqueuse nasale. Les avantages indéniables de cette méthode de traitement sont que le laser a un effet local sur les muqueuses altérées du nez.

Avec un traitement opportun à l'oto-rhino-laryngologiste et la nomination d'un candidat choisi individuellement et le plus efficace dans ce cas particulier de traitement, le pronostic de la rhinite vasomotrice est favorable.

Remèdes populaires

Les méthodes traditionnelles de traitement peuvent également donner de bons résultats dans le traitement de la rhinite vasomotrice. Mais ils doivent être pris uniquement selon les indications et dans les dosages décrits dans la recette. Cela évitera l'apparition d'effets secondaires et de désordres graves dans le corps.

  1. Menthe. Une cuillère à soupe d'herbe est versée à un demi-litre d'eau bouillante, infusé pendant 60 minutes. Filtrer et boire la perfusion de 100-150 ml quatre fois par jour.
  2. Les sinus maxillaires peuvent être lubrifiés avec de l'huile de sapin ou d'argousier tout en massant le pont nasal. Le massage est recommandé d'effectuer environ 3-4 fois par jour.
  3. Achetez de l'huile de menthe dans une pharmacie, mélangez-le avec du miel dans un rapport de 1: 2. La pommade obtenue doit être lubrifiée par les voies nasales (avec un doigt ou un coton-tige, appliquez simplement la pommade sur la membrane muqueuse).
  4. Traitez la rhinite vasomotrice avec du miel. Le miel étant un antiseptique naturel, les gouttes et une solution de lavage du nez qui en découle constituent un traitement efficace contre la rhinite. Pour préparer la solution, prenez une cuillère de miel et dissolvez-la dans un verre d'eau potable. Le liquide résultant est instillé dans le nez ou lavé alternativement à chaque passage nasal.
  5. Noyer La pommade contient 10% de pommade à base de vaseline. Stocké dans le froid, mieux dans le frigo. Pendant la journée, la muqueuse nasale est barbouillée trois fois.
  6. Utilisez du jus de Kalanchoe au lieu de sprays nasaux et de gouttes. Pendant la journée, enterrez une ou deux gouttes 4 à 8 fois.

Prévention

À titre préventif, afin d'éviter l'apparition de symptômes désagréables de la maladie, il est recommandé d'effectuer les procédures de calage:

  • Traiter en temps opportun les infections chroniques
  • Dormir au moins 7 heures par jour
  • Marcher souvent au grand air
  • Tempère
  • Le traitement rapide de la maladie sous-jacente, qui a entraîné des processus stagnants et un gonflement de la membrane muqueuse, joue un rôle important dans la prévention.

La rhinite vasomotrice se réfère à des pathologies chroniques, il est donc impossible de s'en débarrasser complètement. Mais avec l'aide d'une thérapie bien effectuée et d'examens préventifs réguliers, il sera possible d'introduire la maladie dans une rémission à long terme.

Le traitement le plus efficace de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

La variante de la rhinite chronique, quand il n'y a pas de changements significatifs de la part de la membrane muqueuse, pas d'allergies ou d'inflammation, mais qu'il y a une congestion nasale, est appelée rhinite vasomotrice.

Son autre nom est neurovégétatif. Cela souligne que la source du rhume est le plus souvent une caractéristique de l'innervation des vaisseaux et non une infection. L'allergie peut être un facteur d'accompagnement, mais pas la cause de la maladie.

Diagnostics

Le diagnostic est posé par un oto-rhino-laryngologiste. Matière:

  • plaintes: nez qui coule, éternuements, nez qui pique;
  • absence d'association de symptômes et d'allergènes;
  • une personne peut dire qu'elle a utilisé des gouttes vasoconstricteurs pendant plusieurs années;
  • rougeur de la membrane muqueuse lors de l'inspection;
  • radiographie des sinus paranasaux du crâne;
  • numération sanguine normale.

Très rarement, avec une congestion nasale prolongée, le contenu en globules rouges et en hémoglobine dans le sang peut diminuer. Lorsque la respiration est rétablie, ces indicateurs deviennent normaux.

Les plaintes concernant la rhinite vasomotrice sont non spécifiques, elles pourraient bien masquer un autre type de rhinite.

Les analyses sont effectuées principalement pour exclure d'autres types de rhinite:

  • Les changements hypertrophiques sont visibles lors de l'inspection et sur la radiographie.
  • La rhinite allergique a toujours un lien évident avec l'allergène - poussière, herbes, odeurs. Des analyses de sang déterminent l’éosinophilie et les taux élevés d’immunoglobuline E.
  • L'atrophie est facilement confirmée après l'inspection de la cavité nasale - le mucus est pâle et mince.

En savoir plus sur les symptômes et les effets de la rhinite vasomotrice au lien.

Traitement de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

Après avoir rejeté d'autres types de rhinite chronique, une rhinite vasomotrice est diagnostiquée. D'une part, c'est bien. La rhinite vasomotrice peut être complètement guérie, contrairement aux allergiques.

Mais le traitement est difficile, long, avec la connexion de différentes méthodes de thérapie.

Traitement chirurgical

Prouvé que souvent la cause de la rhinite vasomotrice devient un septum incurvé du nez, une crête saillante ou des végétations adénoïdes.

Ces formations irritent la muqueuse sensible, provoquant son gonflement et sa formation de mucus.

Si l'otorhinolaryngologist a découvert l'un de ces problèmes, il peut proposer une correction rapide. Dans de tels cas, la chirurgie peut débarrasser le patient de la rhinite pour toujours.

Il se trouve que le nez va bien anatomiquement, mais que la rhinite l’est. L'essence du problème réside dans les vaisseaux trop réactifs de la muqueuse nasale.

Ils réagissent brusquement aux changements de température de l'air, aux odeurs, au stress et se dilatent immédiatement, provoquant une congestion. Les médecins recommandent alors une coagulation par ultrasons ou électroplasmique.

La signification de ces opérations est la destruction partielle des vaisseaux de la membrane muqueuse.

Traitement au laser

Le traitement au laser est l’une des méthodes les plus prometteuses. Pendant la procédure, des vaisseaux supplémentaires de la membrane muqueuse de la cavité nasale se collent et disparaissent. Après le laser, le tissu cicatriciel n'est pas formé, aucun anesthésique n'est requis.

Un résultat positif sous forme de respiration nasale libre est noté par 9 personnes sur 10.

L'intervention se déroule sous anesthésie locale et ne présente donc pratiquement aucune contre-indication. En l'absence de saignement, il n'est pas nécessaire de porter des turunds serrés au nez pendant quelques jours pour arrêter le sang.

À la maison pendant quelque temps, il n’est pas recommandé au patient de boire de l’alcool, de se rendre dans les bains et les saunas. Ceci est fait pour éviter les saignements nasaux dus à une pression accrue.

Massages

L'accumulation de mucus dans la cavité nasale ne peut pas toujours être éliminée par simple soufflage.

Les murs gonflés ne permettent pas de laisser le contenu aussi facilement, et l'utilisation quotidienne de gouttes vasoconstrictrices est dangereuse.

Le massage nasal aide à éliminer le mucus. Il est nécessaire de masser le pont nasal pendant plusieurs minutes et les points situés sur les ailes du nez.

Cela améliorera la circulation sanguine des cavités et facilitera dans une certaine mesure l'évacuation du mucus.

Un tel massage régulier associé à un rinçage peut remplacer les gouttes vasoconstricteurs.

Les blocus

En médecine, le blocus est l'introduction d'anesthésiques locaux près du nerf principal ou du plexus nerveux.

Les médicaments gèlent les nerfs, ce qui réduit leur activité.

On utilise une solution de novocaïne qui est injectée dans la région du cornet inférieur (dans le nez). L'œdème diminue après les premières procédures, mais pour un effet durable, une cure de 10 blocs est recommandée.

Physiothérapie

Les méthodes non médicamenteuses aident bien au-delà de la période aiguë, quand il n'y a pratiquement pas d'écoulement nasal. La thérapie diadynamique consiste à utiliser des courants diadynamiques à partir d’une électrode située dans le nez.

Un cycle d'au moins 10 procédures facilite grandement la respiration et réduit les risques de congestion dans le futur. Les personnes ayant suivi un traitement diadynamique ont indiqué qu’elles avaient cessé de prendre des gouttes vasoconstricteurs.

L'électrophorèse en chlorure de calcium est parfois excellente pour les personnes souffrant de rhinite vasomotrice.

L'essence de la procédure est que l'effet des courants provoque le déplacement des ions calcium du tampon vers la muqueuse nasale.

Le calcium renforce les vaisseaux sanguins en empêchant leur gonflement. S'il y a un composant allergique, le chlorure de calcium facilite les choses.

La restauration de la respiration a lieu après les deux premières procédures, mais l'effet est cumulatif et le nez peut respirer autant que possible après le parcours complet.

Traitement de la toxicomanie

En règle générale, une personne subit une intervention chirurgicale ou un traitement au laser après plusieurs années de traitement médicamenteux infructueux.

Cependant, les médicaments aident beaucoup de gens, soulageant grandement l'état lors d'exacerbations. Différents groupes de médicaments sous forme de gouttes, comprimés, inhalations et sprays sont utilisés.

La principale chose que les gens oublient souvent, c’est que l’utilisation de gouttes vasoconstricteurs pendant plus de 5 à 7 jours provoque en soi une rhinite.

Ces outils ont été conçus pour les affections aiguës, lorsqu'un œdème inflammatoire grave entravait considérablement la respiration. Les utiliser en cas de rhinite vasomotrice chronique signifie aggraver la rhinite.

Les médicaments pour la rhinite vasomotrice

Parmi les options de traitement de la rhinite vasomotrice, les médicaments les plus couramment utilisés sont les comprimés, les gouttes et le lavage.

Des médicaments particulièrement efficaces en combinaison avec des méthodes physiothérapeutiques.

Soulager la condition d'une personne souffrant de rhinite vasomotrice peut être une variété de moyens.

Lavage nasal

Une procédure connue depuis de nombreuses années consiste à se laver le nez. L'essence est très simple: le mucus est lavé des cavités nasales et l'utilisation de solutions salines soulage le gonflement. Pour le lavage, vous pouvez utiliser:

  • décoctions d'herbes - camomille, eucalyptus;
  • solution saline;
  • une solution de sel de mer ou ordinaire;
  • solutions de pharmacie prêtes à l'emploi - Aquamaris.

Il est plus pratique de rincer la cavité nasale avec des produits vendus en pharmacie, par exemple Dolphin. Ce sont des navires spéciaux qui peuvent être remplis. Ils donnent une pression d'eau constante, pas trop forte, mais suffisante pour la purification.

Il n’est pas recommandé d’utiliser une seringue pour le rinçage - cela donne un jet d’eau trop puissant, dont la pression peut causer des complications aux oreilles - otite.

Avant la procédure, en cas de congestion nasale sévère, les agents vasoconstricteurs sont nécessairement enfouis.

Gouttes

Gouttes et sprays - la première chose qu'une personne saisit avec un nez bouché. La rhinite vasomotrice accompagne une personne depuis de nombreuses années, il est donc utile de traiter le choix des gouttes avec discernement, en évitant les remèdes provoquant une dépendance.

  • Les gouttes et sprays vasoconstricteurs - naphtyzine, xylométazoline - n’ont qu’un effet temporaire.
  • Il est conseillé de les utiliser avant le lavage du nez, lors de l'exacerbation de la rhinite et de l'apparition d'une infection bactérienne, d'une durée maximale de 5 jours.

    • Les sprays hormonaux sont largement utilisés pour soulager la condition des personnes souffrant de rhinite vasomotrice. Ces médicaments comprennent Nazonex, Nazarel.

    Les sprays éliminent rapidement le gonflement, réduisent la formation de mucus, éliminent le composant allergique. Leur effet est durable et persiste longtemps après l'application.

    Certaines gouttes hormonales, par exemple, Avamys, sont utilisées pour les végétations adénoïdes - une augmentation de l'amygdale nasopharyngienne. Les adénoïdes peuvent causer une rhinite vasomotrice chronique.

    L'utilisation prolongée d'un spray aux hormones réduit la taille de l'amygdale et supprime la congestion nasale, les maux de tête et la voix nasale.

    N'ayez pas peur des effets secondaires des hormones. Ce sont des médicaments modernes qui contiennent des glucocorticoïdes très faibles, qui n'ont qu'un effet local.

    Ils ne sont pratiquement pas absorbés et leur utilisation est autorisée, même par les enfants.

    • Des gouttes immunomodulatrices peuvent être utilisées dans le traitement complexe de la rhinite chronique.

    L'immunosuppression accompagne presque toujours la rhinite constante, contribue à l'apparition rapide de l'infection.

    Pour les gouttes immunomodulatrices, par exemple, Derinat. Ce sont des gouttes sûres qui peuvent être utilisées par les enfants.

    Ils réduisent l'enflure, suppriment l'inflammation, le cas échéant, améliorent la circulation et stimulent l'immunité locale de la muqueuse nasale.

    • Gouttes souvent nommées contenant de l'argent, par exemple, Protargol ou Sialor.

    De tels outils peuvent être utilisés chez les adultes et les enfants atteints de rhinite aiguë et chronique, avec des végétations adénoïdes.

    Les ions argent désinfectent parfaitement les muqueuses en détruisant les microorganismes pouvant rapidement rejoindre la rhinite vasomotrice.

    Pilules

    Lorsque la rhinite vasomotrice dans les cas graves, vous pouvez avoir besoin de comprimés. Ce sont des antihistaminiques qui, une fois ingérés, éliminent le nez qui coule, l’enflure, la congestion nasale et soulagent grandement la maladie.

    Vous pouvez prendre des médicaments tels que:

    Les comprimés peuvent être utilisés séparément ou en association avec des pulvérisations et des gouttes locales.

    Il est conseillé de choisir de nouveaux médicaments - Tsetrin, Zyrtec, Erius. Ils ne sont pris qu'une fois par jour, ne provoquent pas de somnolence et leur effet dure même après la fin de la réception.

    L'inhalation

    Pour l'inhalation est très pratique d'utiliser un appareil spécial - un nébuliseur. Il transforme le médicament en un gaz, permettant au médicament d'être inhalé et appliqué localement.

    En cas de rhinite vasomotrice, inhalations avec:

    • huiles essentielles;
    • solutions salines;
    • solutions antiseptiques;
    • décoction de plantes;
    • eau minérale.

    En utilisant régulièrement l'inhalation par le biais d'un nébuliseur, ils remplacent avec succès les agents vasoconstricteurs, même pour ceux qui creusent dans la nazivine depuis de nombreuses années. L'inhalation contribue à réduire l'enflure, à une meilleure évacuation du mucus et à l'hydratation de la membrane muqueuse.

    En l'absence de nébuliseur, l'inhalation de vapeur peut être effectuée. Cependant, l'eau ne doit pas bouillir - sinon, il est facile de brûler les muqueuses.

    Vous pouvez faire cuire un grand récipient rempli d'eau chaude et déposer quelques gouttes d'huile essentielle de sapin ou d'huile essentielle de pin.

    Si vous respirez dans le réservoir pendant 15 à 20 minutes - le gonflement est éliminé, la respiration nasale est facilitée.

    Médecine traditionnelle

    En plus des médicaments pour la rhinite chronique, il existe des remèdes populaires efficaces. Ils soulagent les poches et désinfectent la muqueuse nasale.

    À la maison, les plus efficaces sont les décoctions pour laver la cavité nasale chez:

    • marguerites;
    • calendula;
    • eucalyptus.

    Lors de la fixation d'une infection bactérienne sur la rhinite vasomotrice, il est utile d'enterrer le jus d'aloès dilué avec une quantité égale d'eau.

    Efficace avec les gouttes de rhinite vasomotrice:

    • jus de betterave;
    • le jus de carotte;
    • sève de bouleau.

    Enterrez 2 gouttes de jus chauffé à température ambiante dans chaque narine trois fois par jour.

    Exercices de respiration

    Une bonne respiration peut rendre la vie plus facile aux personnes souffrant de rhinite vasomotrice. Lors de l'effort physique, il est particulièrement important de ne pas oublier d'inspirer avec le nez. Pour qu'il ne soit pas paresseux, la circulation sanguine dans la cavité nasale est activée, le gonflement diminue.

    Il est utile de faire des exercices de respiration consistant à alterner la respiration:

    • devrait prendre une position confortable;
    • une expiration libre se fait par le nez;
    • la narine gauche se ferme - une respiration lente dans la droite;
    • expiration encore plus lente avec le nez entier;
    • la narine droite se ferme - une respiration lente dans la gauche.

    Cet exercice vise à éliminer l'œdème et à améliorer la fonction respiratoire de la cavité nasale. Les respirations répétées doivent être répétées 10 fois par jour.

    En plus des exercices de respiration, le durcissement est efficace, maintient l’immunité, marche fréquemment à l’air frais.

    Homéopathie

    La direction homéopathique de la médecine n’est pas reconnue de tous, son efficacité suscite interrogations et suspicions. Cependant, il existe des cas où ce traitement bénéficie:

    • chez les femmes enceintes;
    • chez les personnes souffrant d'allergies multiples, lorsqu'il est impossible de choisir un médicament;
    • si la rhinite est déclenchée par des facteurs mentaux.

    Vous devriez choisir un homéopathe avec un certificat valide qui peut vraiment aider. Malheureusement, il y a beaucoup de charlatans dans cette industrie qui essaient de tromper des patients désespérés.

    Un vrai homéopathe doit interroger et examiner soigneusement une personne, en sélectionnant le médicament strictement individuellement. Peut être utilisé des médicaments:

    Il existe des préparations homéopathiques prêtes à l'emploi pour la rhinite vasomotrice, contenant une combinaison de moyens:

    Il est impossible de dire exactement combien de personnes souffrent de rhinite vasomotrice. Des milliers de personnes vont pendant des années avec le nez bouché, sans consulter un médecin, à cause de la rhinite habituelle.

    Une personne atteinte de rhinite vasomotrice doit se soumettre à plusieurs spécialistes avant de bénéficier d’un traitement efficace et approprié. Cependant, plus la visite chez le médecin est différée, plus le risque de complications est élevé - sinusite chronique, polypes.

    Vidéos connexes

    En savoir plus sur la nature de la maladie et sur la façon de guérir la rhinite vasomotrice dans la vidéo:

    Symptômes et traitement de la rhinite vasomotrice chez l'adulte

    La rhinite vasomotrice est une maladie du nez caractérisée par une violation du tonus naturel de la membrane muqueuse. Les perturbations de l'apport sanguin entraînent un gonflement des phares nasaux et, par conséquent, le développement du stade chronique du rhume. Une congestion nasale constante, des écoulements de liquide et des difficultés à respirer rendent la personne irritable, ne dort pas bien, ne peut plus se concentrer sur son travail et se sent généralement insatisfaisante. Déterminer le nombre exact de patients confrontés à ce problème est assez difficile. En règle générale, les personnes essaient de gérer elles-mêmes les symptômes, et le traitement chez l'adulte a souvent lieu à domicile. Bien que la maladie ne soit pas considérée comme particulièrement dangereuse, elle est très inconfortable et nécessite une intervention médicale en temps voulu.

    Les causes

    L'émergence d'une rhinite vasomotrice (directement ou indirectement) peut contribuer à divers facteurs, parmi lesquels:

    • Infections virales. Le processus inflammatoire est une réaction normale du système immunitaire à l'ingestion d'une infection virale. Une des manifestations de la "réponse" immunitaire est l’expansion des vaisseaux sanguins, le gonflement des muqueuses et le nez qui coule de façon prolongée.
    • Caractéristiques qualitatives de l'air inhalé. Le nez peut réagir brusquement à l'air trop froid ou, au contraire, à l'air chaud, ainsi qu'à un brusque changement de climat. Certaines personnes sont très sensibles à la fumée de tabac, aux arômes floraux prononcés et aux parfums. L'inhalation de vapeurs de gaz et de produits chimiques toxiques s'accompagne presque toujours d'une dilatation réflexe des vaisseaux et de la sécrétion de mucus par le nez. Cependant, chez une personne en bonne santé, ce processus disparaît rapidement après l'avoir retiré de l'environnement irritant et, chez les personnes souffrant de rhinite vasomotrice, les symptômes persistent pendant une période beaucoup plus longue.
    • Les changements hormonaux associés à une augmentation des taux d'œstrogènes chez les femmes. Ceux-ci incluent: la grossesse, la menstruation (ménarche), la prise de contraceptifs, la puberté chez les adolescentes. Cela inclut également les maladies des organes du système endocrinien qui affectent la régulation du tonus vasculaire.
    • Stress fréquent. L'instabilité du système nerveux entraîne un dysfonctionnement de l'apport sanguin vers le réseau vasculaire de la cavité nasale et, par conséquent, une rhinite chronique.
    • L'abus de plats épicés et épicés, qui provoque une irritation des récepteurs du goût et conduit à l'expansion des plexus veineux du nasopharynx. Ces manifestations de la rhinite sont généralement temporaires.
    • Utilisation à long terme de médicaments vasoconstricteurs (Nazol, Naphthyzinum, Galozolin, etc.). Si le traitement est dépassé (7 à 10 jours), il se produit un effet d'accoutumance - le corps ne produit pas ses propres substances actives qui contribuent à la vasoconstriction et la muqueuse nasale est dans un état œdémateux constant.
    • Maladies allergiques. Les patients souffrant d'asthme et de dermatite atopique ont beaucoup plus de risques de contracter simultanément une rhinite vasomotrice chronique que les personnes en bonne santé.
    • Anomalies anatomiques du nez congénital ou acquis à la suite de blessures diverses. La courbure de la cloison nasale, ainsi que la présence de polypes, de défauts adénoïdiens et d'autres excroissances nuisent à la circulation normale de l'air dans le nasopharynx, ce qui finit par entraîner la stagnation du sang dans les vaisseaux et le gonflement de la membrane muqueuse.
    • Maladies du tube digestif. Avec l'augmentation de l'acidité, le suc gastrique irrite non seulement l'œsophage, mais également les récepteurs de la cavité nasale.
    • Prendre un certain nombre de médicaments pour réduire la pression artérielle (Methyldop, Prazosin), ainsi que des médicaments anti-inflammatoires (Ibuprofen, Aspirin), affectant le travail du système végétatif-vasculaire.

    Symptômes principaux

    Les symptômes de la rhinite vasomotrice peuvent être permanents et saisonniers (si la maladie est activée dans le contexte de manifestations allergiques). Il est exprimé dans les caractéristiques suivantes:

    • Difficulté à respirer. Pour compenser le manque d'air, le patient doit respirer par la bouche, ce qui peut provoquer des maux de tête et une bouche sèche.
    • Nez qui coule La nature des écoulements nasaux est individuelle, allant du mucus liquide clair aux crachats de consistance épaisse vert jaunâtre. Certains patients décrivent leur état comme «sortant du nez, comme un robinet».
    • Éternuements fréquents, avec des démangeaisons constantes dans le nez. Il y a une envie de se gratter à l'intérieur, surtout après avoir soufflé.
    • Détérioration de l'odorat. En raison du gonflement de la cavité nasale, la capacité de reconnaître les odeurs est altérée ou disparaît complètement.
    • Rougeur des ailes, de la pointe et des narines du nez. Causée par le frottement constant du nez avec les mains et les mouchoirs, ainsi que par l’augmentation du flux sanguin vers les vaisseaux de la cavité nasale.
    • Yeux rouges, larmoiement involontaire. Particulièrement caractéristique de la rhinite allergique, accompagnée d'une conjonctivite.
    • Malaise général - faiblesse dans le corps, migraines, perte de force physique, irritabilité, insomnie, larmoiement, changements d'humeur fréquents. Le nez qui coule au quotidien a des effets néfastes sur le fonctionnement du système nerveux. Une personne est donc constamment en tension et ne peut pas se détendre complètement, même en rêve.

    Diagnostics

    Le diagnostic d'une maladie commence toujours par un entretien avec le patient. L'oto-rhino-laryngologiste doit s'intéresser aux symptômes du rhume, aux conditions de vie du patient, ainsi qu'à ses activités professionnelles et aux sources d'allergie pouvant avoir contribué à l'apparition de la rhinite vasomotrice. Ensuite, la présence ou l'absence de maladies concomitantes (augmentation de la pression artérielle, dystonie végétative-vasculaire, dermatite, dysfonctionnement de la thyroïde, etc.) et la liste des médicaments pris avant de consulter un médecin sont déterminés.

    L'étape suivante - la rhinoscopie, c'est-à-dire l'étude du nez avec un outil spécial (miroirs nasaux, entonnoirs auriculaires). Le miroir est inséré dans l'ouverture nasale à une certaine profondeur et s'ouvre, après quoi les différents segments de la cavité nasale sont inspectés. Une anesthésie locale peut être appliquée si nécessaire.

    La vidéoinoscopie est pratiquée avec succès dans les cliniques plus équipées, ce qui permet d'afficher une "image" sur un écran d'ordinateur et de réaliser le diagnostic de manière aussi claire que possible.

    Outre le contrôle visuel, des tests de laboratoire peuvent être prescrits, notamment:

    • Formulation sanguine générale et avancée.
    • Tests d'allergie. L'objectif est d'identifier l'allergène responsable des attaques de rhinite. Celles-ci comprennent des tests cutanés et l'analyse du sérum sanguin pour détecter divers allergènes d'origine végétale et animale.
    • Immunogramme
    • Cultiver le mucus nasal pour déterminer l'infection pathogène. Si l’on en identifie un, une analyse supplémentaire est réalisée sur la sensibilité de l’agent pathogène à différents types d’antibiotiques afin de développer des tactiques de traitement supplémentaires.
    • Radiogramme Il éclaire les sinus paranasaux, montrant non seulement l'état de la membrane muqueuse, mais également la présence de formations polypeuses.
    • Cardiogramme.

    Si nécessaire, d'autres études peuvent être assignées pour identifier les comorbidités et déterminer le diagnostic exact.

    Traitement

    La décision de traiter la maladie est prise en tenant compte de la complexité et de la forme de la rhinite, de l'âge et du sexe du patient, de la présence de pathologies concomitantes et d'autres facteurs. Toutes les méthodes de traitement existantes peuvent être divisées en deux groupes principaux: conservateur et chirurgical. Considérez chacune d’elles plus en détail.

    Assainissement

    Rincer la cavité nasale. Il appartient à la catégorie des activités pouvant être réalisées à domicile et exclut la charge de drogue sur le corps. Le lavage est effectué avec des solutions à base de sel et de minéraux préparées indépendamment ou achetées dans des pharmacies déjà finies. Cette procédure aide à réduire le gonflement des sinus nasaux, dilue le mucus et contribue à son élimination rapide à l'extérieur.

    Pour un traitement efficace de la rhinite, il est recommandé de faire plusieurs lavages pendant la journée. En tant qu’outil de travail, des outils spéciaux et des moyens improvisés sont utilisés: seringues, théières, tasses, etc. En plus des solutions salines, des solutions de préparations antivirales et antihistaminiques peuvent être injectées dans la cavité nasale.

    Traitement médicamenteux

    Basé sur l'utilisation de sprays, gouttes, inhalateurs, comprimés de différents spectres d'action. Par exemple:

    • gouttes nasales: Baconase, Nasonex, Budésonide, Nasobek;
    • médicaments antiallergiques: Prevalin, Allergodil, Suprastin, Kestin, Telfast;
    • médicaments de nature vasoconstrictive: Galazolin, Farmazolin, Sanorin, Nazivin;
    • anticholinergiques (pour lutter contre les exacerbations de l'asthme): bromure d'ipratropium;
    • Remèdes homéopathiques: Delufen.

    Important: tout médicament doit être pris conformément aux instructions et à la posologie indiquée par le médecin. Tout écart par rapport au schéma accepté peut déclencher l’apparition de complications et la détérioration du patient.

    Physiothérapie

    Généralement prescrit en association avec un traitement de base. Une bonne tendance positive est obtenue en effectuant un cycle de phonophorèse (exposition aux ultrasons) avec des préparations hormonales, une électrophorèse en association avec du chlorure de calcium, ainsi qu’une thérapie au laser. Les procédures physiques sont effectuées quotidiennement pendant 7 à 12 jours.

    Intervention chirurgicale

    La méthode chirurgicale consiste à corriger les défauts anatomiques de la cavité nasale - redressement du septum nasal, élimination des végétations adénoïdes, des polypes et d’autres formations fibreuses. Les opérations de restauration du réseau vasculaire de la membrane muqueuse sont assez courantes: coagulation par électroplasma, destruction par laser, désintégration par ultrasons.

    Les blocus

    Ils consistent en l'introduction de corticostéroïdes ou de novocaïne directement dans la membrane muqueuse des sinus nasaux, ce qui entraîne une vasoconstriction et une amélioration de la sensibilité des récepteurs olfactifs.

    Recommandations générales

    Les personnes qui ont déjà souffert de rhinite vasomotrice et qui savent ce qu’elle est réellement sont tout à fait disposées à assumer toutes les recommandations médicales données après le traitement principal. Il sera utile que les «débutants» sachent à quoi faire attention et comment reconstruire leur vie conformément au diagnostic.

    • apport périodique de complexes vitaminiques (idéalement une fois tous les six mois) contenant des vitamines B, A, C, des oligo-éléments et des acides gras;
    • activités physiques (course à pied, gymnase, piscine, marche) en fonction de leur âge, de leur poids, de leur entraînement initial;
    • pas d'abus d'alcool, arrêter de fumer;
    • durcissement à l'eau froide;
    • une nutrition adéquate, en éliminant l'utilisation de produits semi-finis, de restauration rapide, de boissons gazeuses, de café, de produits à forte teneur en agents de conservation;
    • minimiser le stress nerveux;
    • sommeil sain durant au moins 8 heures.

    À des fins prophylactiques, il est nécessaire de procéder à un examen médical annuel afin de détecter rapidement les maladies du système respiratoire et de prescrire un traitement approprié.

    Vous Aimerez Aussi